Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes

Articles

  • Pour Pâques : Jeunesse turbulente et cloches de la Fresnaye au Sauvage - Avril 2015

    A cette occasion, je modifie ma méthode : 1° je vous conte l’histoire en la romançant quelque peu 2° je vous livre le texte de l’acte notarié. Jeunesse inconsciente Aujourd’hui, c’est fête à la Fresnaye-au-Sauvage : un fondeur de cloches, venu de la lointaine Lorraine, a été engagé par la fabrique de la paroisse pour refondre les vieilles cloches. Il en est même une dont n’ose plus se servir depuis longtemps. Non loin de l’église, le fondeur, Maitre Delapaix, un grand escogriffe, tout sec, long comme (...)
  • vers 1590-1650 Jean Bodo, peintre argentanais - Mars 2015

    BEAUTÉ DIVINE tel est le titre de l’exposition qui se tient au Musée de Normandie, exposition que je vous engage vivement à visiter. C’est l’occasion de se souvenir d’un peintre argentanais dont je ne connais aucun tableau mais qui est bien attesté dans les registres notariaux d’Argentan (1628) et les cahiers de comptes de l’abbaye de Silly-en-Gouffern (1623 & 1626). *** La commande de l’abbesse d’Almenesches *** Dudit mardy premier jour d’aoust mil six centz vingt huit apprès midy au (...)
  • Contrats de travail aux XVII et XVIIIe siècles - Novembre 2013

    Une fois n’est pas coutume, je vous invite à rejoindre le site de Thierry Sabot, site sur lequel je publie parfois des articles.
  • XIX et XXe siècles : une saga familiale et industrielle, la famille Guibout à Flers - Juin 2013

    L’ancêtre, parti de Belgique, installe une briqueterie, obtient la concession de la construction d’un tronçon de voie de chemin de fer dans le bocage avec ses ouvrages d’art. En 1944, la ville de Flers est bombardée, la briqueterie est détruite comme la quasi-totalité de la ville, l’entreprise se convertit au parpaing et existe toujours... Pour en savoir plus, je vous invite à visiter la page de Stéphane Guillon dédiée à cette famille Guibout. Attention, il s’agit de recherches généalogiques à l’état (...)
  • 22 avril 1589 la bataille des Gauthiers à Commeaux - Septembre 2013

    Au confins du Houlme, sur un rond point d’accès à l’autoroute A88 entre Argentan et Falaise, un panneau routier indique "ZA des Gauthiers". Qui sont donc ces Gauthiers ? Certains d’entre eux ont du avoir des descendants, mais qui se souciait de ces gens ? Cependant, je me souviens de l’émotion de Mr Auguste Beauvais lorsqu’il les évoquait dans les années 90. La bataille des Gauthiers a fait plus de 3000 morts le 22 Avril 1589 sur les communes de Nécy, Ronai et Montabard communes limitrophes de (...)
  • 24/12/1746 Oraison funèbre du curé de la Haute-Chapelle (en forme d’éloge) - Avril 2014

    Républicain, gauchiste (j’assume mon passé de mai 68), éduqué dans la religion catholique, je rencontre souvent, au cours de mes recherches, des curés de villages qui sont loin d’être des ignares ou des obscurantistes comme on le laisse croire trop souvent... Voici un curé exemplaire de son époque vu par son successeur... Naissance, études et premiers emplois Messire Jean Chalaust, prêtre, ancien curé de la parroisse de la Haute Chapelle dont l’extrait mortuaire est cy dessus, étoit originaire du (...)
  • 1546 : Retrait à droit de ligne et sang - Avril 2012

    Une pratique, très commune en Normandie jusqu’en 1792, nous est devenue totalement étrangère : il s’agit du retrait lignager. Après une vente, les héritiers du vendeur, sous certaines conditions, pouvaient réclamer les biens vendus : d’abord ils "clamaient", la justice se saisissait du litige (mais une transaction amiable devant notaire était possible) puis avait lieu la "rendue" des biens. Ci dessous il s’agit d’un retrait lignager à l’intérieur d’un contrat de mariage (la liste des ventes a été (...)
  • 1581 : Le maître d’école d’Habloville - Février 2012

    Une fondation pour installer un maître d’école qui devra aussi œuvrer pour le salut des fondateurs. MĒ PASQUIER MERIL VIVANT CURE DE HABLOV ILLE ET MĒ JEAN PICHONNIER PRĒ ONT FONDE UNE BASSE MESSE A PERPETUITE AU MERCREDI DE LA MAGDALAINE LE LIBERA ET ORAISONS A LA FIN D’ICELLE QUI DOIT ESTRE DICTE EN LA CHAPELLE DE LA MAGDALEINE PAR LE MĒ D’ ESCOLE QUI AURA POUR ICELLE 20 LL DE RENTE CHASCUN AN A PRĒDRE SUR LE THRESOR DE CEANS ET SERÕT LES THRESORIERS OBLIGE METTRE AUDIT SIEGE UN MĒ (...)
  • 1599 Travaux sur le clocher et le coq de l’église de Rânes - Novembre 2012

    Le vingt neufième jour d’aoust mil Vcc IIIIxx XIX A Raenne avant midy Furent présent Pierre Fourmy et Berthelemy dict Gueroust, couvreurs en ardoize demeurant en la parroisse de Javron. Lesquels [etc] l’un et chacun seul pour le toult et sans divizion ce sont submys et obligés à vénérables personnes mestres Jullien Lennet et Houdart Gaultier, prebtres, thrésoriers de l’église parochiale de Raenne de faire et réparer le clocher de ladicte église de Raenne en tant que de couverture et (...)
  • 1619 Visite de l’archidiacre du Houlme à Argentan - Juin 2016

    Les diocèses étaient à cette époque divisés en archidiaconés avec , à leur tête, un archidiacre, sorte de délégué de l’évêque. Une de ses tâches est de visiter et contrôler les paroisses de son ressort : cette inspection concerne aussi bien les aspects religieux (état de l’église, du clergé) que les aspects "laïques" (dîmes, mœurs locales). Le Concile de Trente s’est achevé cinquante ans auparavant mais il est loin de faire sentir tous ses effets. Le sixiesme jour d’octobre mil six centz dix neuf, nous nous (...)
  • 1621 Agrandissement de l’église des Tourailles - Février 2015

    En ce début de XVIIe siècle, la population des Tourailles semble s’accroitre mais c’est aussi un lieu de pèlerinage. L’église est trop petite, il faut l’agrandir... C’est le seigneur du lieu, un Turgot, qui financera les travaux et on fera venir des maçons de la paroisse voisine de Saires-le-Verrerie. Comme ainsy soit que depuis quelques années les habitants de la parroisse des Tourailles soyent augmentés en tel et sy grand nombre qu’il est maintenant impossible qu’ilz puissent tous entrer dans (...)
  • 1626 Brevet d’une vache à Dompierre. - Octobre 2012

    Louer une vache comme on loue une terre, une maison : cela semble étrange et pourtant cela était fréquent, mais les actes (brevets) sont rarement conservés dans les minutes notariales. Dudict jour et an audict lieu et heure par devant lesdicts tabellions Fut présente en sa personne Marie Amiard veufve de deffunct Richard Geslin de la parroisse de Dompierre laquelle a confessé que Jean Guérin de ladicte parroisse à ce présent et acceptant luy a baillé pour tenir avecque elle à (...)
  • 1631 Apprenti boucher à Trun - Avril 2014

    Dans la série des contrats d’apprentissage, celui-ci est doté d’une clause de dédit de la part du maitre d’apprentissage. Du jeudy apprès midy premier jour de may mil six cens trente ung à Trun Fut présent Jacques Baril fils de Pierre de ce lieu de Trun, lequel s’est submis envers Martin Bigeon bourgoys de ce li Villedieu présent de montrer à Ollivier Bigeon son fils le mestier et marchandize de boucher et de le nourrir et entretenir de chaussures de ce jour jourdhuy en ung an et luy (...)
  • 1635 Contrat de métayage à St André-de-Messei - Mai 2014

    Ce contrat de métayage est précis : les céréales : semence et récolte les bestiaux : apports et répartition des produits (beurre, produits d’élevage) l’entretien des bâtiments, des terres, l’engrais les bois les fruits principaux : pommes et poires. Le huictyesme jour d’octobre l’an mil six centz trente quatre devant les tabellions de Messey au bourg de St André viron midy Furent présentz François Hesnard et Mathieu Gauquelin de la parroise d’Eschallou, ledict Gauquelin stipulé et représenté par (...)
  • 1635 le ban et l’arrière-ban au service du Roy - Février 2013

    Cet acte, peu soigné dans sa rédaction, est tout de même intéressant sur la vie de ces nombreux petits nobles qui peuplaient notre région. Incapable de combattre, Benjamin Auvray tente d’échapper aux taxes. Fut présent Benjamin Auvrey, escuier, sieur du parcq de la paroisse de Saint André de Messey. Lequel a faict, nommé et constitué son procureur général et spécial, c’est à scavoir auquelz il a donné pouvoir de ce présenter meardy prochain venant par devant Monssieur le bailly (...)
  • 1635 Clameur lignagère de Marquise Hélix à Messei - Novembre 2012

    Dans cet acte, rien ne manque. On passe même par la case judiciaire (sans soucis des frais). Peut-être faut-il voir là les effets d’un conflit familial ? Après le décès de Charles Hélix, dit Grand Fontaine, on voit sa veuve et ses fils vendre un grand nombre de propriétés en peu de temps. Du vendredy quinze ième de juing mil six centz trente cinq à Messey devant les tabellions dudit lieu viron mydy C’est présentée Marquize Hélix fille de deffunct Charles. Laquelle nous a dict que par (...)
  • 1635 Apprenti drapier à Vieux-Pont - Novembre 2012

    Dudit jour et an (24/8/1635) Fut présent Mary Lesenechal fils de Laurens Lesenechal de la parroisse de VieuPont du mestier de drappier. Lequel s’est submys et obligé envers Pierre Lecerf filz de Jacques de la parroisse de Traize Saintz représenté par ledit Jacques de bien et deubment monstrer sondit estat de drappier audit Pierre durant le temps et terme de troys ans prochains venant, commencement du jour d’huy et finir à pareil jour ledit temps accomply. De ... luy (...)
  • 1635 : Une métairie - Mars 2012

    Voici un contrat de métayage de la ferme de la Motte à Craménil. Son principal intérêt est d’être assez détaillé. L’apport du fermier n’est pas précisé mais il se devait d’être équivalent à celui du propriétaire (la mention des semences est éclairante à ce sujet). Le contrat Le douz quatorziesne jour d’apvril l’an mil six centz trente cinq au pont neuf parroisse de Crasménil avant midy Fut présent Maistre Robert Bodey clerc pour luy son frère et ses soeurs de la paroisse de Cramesnil lequel a baillé a (...)
  • 1636 : commande et livraison d’un pressoir - Février 2012

    Déjà, les artisans ont du mal à respecter les délais... Du dernier jour de novembre MVIC trete six au tabellionnage de la Ferrière ---- Du procès pendant entre Messire Thomas Gallery greffier de viconté a Donfront au pledz du siege de Breouze tenuz aux Yveteaux sur l’action intentée par ledit Gallery a l’encontre de Nicollas Salles de la parroisse de la Coulonche pour le veoir condamner aux intherests faute de luy avoir livré un presoir de pierre composé de huict pierres qui luy avoit vendues par (...)
  • 1639 Voyage commercial : de la Normandie au Dauphiné - Décembre 2012

    Il s’agit ici de l’organisation de ce grand voyage : s’assurer d’un compagnon plutôt que d’un domestique régler les frais des hommes et des chevaux envisager la maladie. On imagine cette petite caravane par les chemins de l’époque. Mais de quelles marchandises s’agit-il ? Nous ne le saurons pas. Du vingtiesme jour d’apvril, l’an mil six cens trente neuf, à la Ferrière par devant Maitre Jean Bouley et Mathieu Letourneur tabellions royaux Furent présents en leurs personnes chascuns de (...)
  • 1642 Apprenti cloutier à Larchamp - Février 2013

    Un tout petit acte pour un métier, lié à la production de fer locale, qui fut longtemps florissant dans la région avant de disparaitre. Photo et coll. de la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg. Le douze de juillet l’an mil six cent quarante deux à Raenes [1] Fut présent Léonard Pichois fils de feu Jacop Pichois de St Martin l’esguillon. Lequel a promis et s’est obligé à Guy Leretaillé de (montrer le) mestier de cloustier à Larchamp près de la Ferrière [2] durant un an, à (...)
  • 1642 une société à demi compagnon à Lonlay le Tesson - Janvier 2013

    où une association commerciale voit le jour... Du traize iesme jour de février l’an mil six centz quarante deux devant les tabellions de la Ferté Macé audit lieu Fut présent Michel Hinoust, marchand de la parroisse de Lonlay le Tesson. Lequel, tant pour luy que que pour se faissant fort pour Guillaume et Pierre Prodhomme, Jacques Portier et Pierre Hinoust fils dudit Michel Hinoust et encorre Michel Durant \fils de René/, lequel ledit Hinoust a tenu pour bon, lesquels à la (...)
  • 1644 : le droit de "piler" dans la région de Putanges - Juillet 2012

    Les droits, ou "libertés", tels que droit d’eau, droit de passage, droit de piler, etc... sont source de conflits qui se règlent devant la justice. Au XVIIe siècle, devant les frais d’un "long et somptueux procès", il est fréquent de transiger "à l’amiable" devant notaire pour annuler le procès. Cette procédure semble disparaitre au XVIIIe siècle (au moins des registres des notaires). Le vingt quattre jour d’octobre, l’an mille six centz quarante quattre Pour mettre fin au descord et procez pendant (...)
  • 1645 : une verrerie à la Ferrière aux Etangs - Février 2012

    Les Archives départementales de l’Orne préparent une exposition sur ce thème. Si vous avez ou connaissez des documents inédits sur ce sujet, ils seront les bienvenus. [du] huit j[anvier] l’an mil [six cent] quaran[te cinq] à la Ferrière avant midy par devant Maitre Jean Boulley et Mathieu Letourneur tabellions Comme ainsy soit du precedent ce jour Jehan de Brossard escuyer sieur de Saint Jehan et Thomas de Brossard escuyer sieur de Rousseville se soient asociez pour faire construire une verrerie (...)
  • 1646 Fabriquer des tuiles à la Ferrière aux Etangs - Mai 2013

    De nombreux baux ajoutent aux fermages des fournitures en nature, notamment des tuiles. La fabrication en était artisanale et se faisait à proximité des lieux d’utilisation. Voici un contrat qui lie artisan et marchand, semble-t-il. Si l’un apporte son travail, l’autre apporte matière première et énergie ainsi qu’une garantie de vente. Tous deux participent aux frais. Le vingt cinquième jour de febvrier tabell mil six centz quarante six au tabellionage de la Ferrière avant midy devant ledict (...)
  • 1646 : Du charbon contre du fer - Février 2012

    Outre l’éventuel apport sur les techniques de l’époque, on y voit aussi une femme succéder à son mari dans une fonction inattendue... Le premier jour de mars l’an mil six centz quarante six après midy Fut présente Marie Peau maistresse de la forge grossière de Putanges laquelle a consenty et s’est obligée à messire Jacqyes de Vassy chevallier seigneur de la Forest qu’il prenne et fasse emporter la moitié du fer qui sera fait en icelle forge de l’ouvrage présent par chasque jour à mesure (...)
  • 1647 Vente et livrement de marchandises à Chanu - Novembre 2012

    Les banques n’existaient pas, on ne payait pas toujours immédiatement d’où de nombreuses reconnaissances de vente, prêts, etc... Il est assez frustrant de ne pas avoir de description précise de ces "marchandises". Le vingt cinqiesme jour de janvier l ’an mil six centz quarante sept apprès midy Fut présent en sa personne Ellouey Dugast, marchand de la parouesse de Lonlay ainsy qu’il a dict, ce submettant soubz ce pouvoir quand à ce. Lequel a promis et c’est obligé par corps et biens (...)
  • 1648 Construire une cheminée à Carrouges - Novembre 2012

    Le huitième jour de janvier l’an mil six centz quarante huit à Carouges Furent présents Jean Le Senechal et Nicollas Alesandre du mestier de masson de la parroisse de Sainct Marguerite de Carouges. Lesquels ont vendu et promist pro livrer dès le premier jour de mars prochain venant à Jacque Lebouc Raybondiere présent tant est le jambage d’une cheminée avec les corbeaux et gourges, une gueulle de four complette [avec le manteau] deulx huiseries garnies de cieulx d’huis et ce qui (...)
  • 1651 Bail du moulin du Chatelier - Avril 2013

    Bail assez banal, cependant on notera l’importance relative du loyer et de toutes les redevances et étrennes diverses. Le vingt six jour de septembre mil six centz cinquante et ung Fut présente damoiselle Jeanne de Guerville femme et espouse de Charles de Marseilles escuier sieur de la chastellière propriétaire des moulins du Chatellier laquelle a baillé à ferme et prix d’argent lesdits moulins à bled pour le temps et termes de trois ans révollus et aconplis qui commenseront le (...)
  • 1657 Bail de four à chaux à Montmerrei - Mai 2014

    On peut voir dans ce texte l’esquisse d’une exploitation rationnelle de la forêt à XVIIe siècle : le bois à peler : récupération des écorces pour les moulins à tan (et peut-être des beaux troncs comme bois d’œuvre) le bois propre à faire le charbon : grosses branches, troncs transformés en bûches (utilisé dans les forges et les verreries) le menu bois propre à faire les fagots pour, comme ici, fabriquer de la chaux ou plus simplement pour le chauffage domestique. Du XXVIme novembre mil six cents (...)
  • 1657 Bail d’héritages à Céaucé - Octobre 2012

    Le paiement se fait en nature et on y trouve quelques redevances assez originales : le pasqueret, l’aguillanneuf... Le douziesme jour de septembre mil six cent cinquante sept au tabellionnage de la Ferrière, avant midy, par devant lesdicts Morin et Letourneur tabellions Fut présent Jean Ruppé les Moustiers, mary et époux de Barbe Troseille, fille et héritière de deffunte Marie Michel, sa mère, paroissiens de Dompierre. Lequel a baillé à tiltre de ferme de bled pour le temps et (...)
  • 1657 vente d’un cheval à Dompierre - Octobre 2012

    Le cheval est un animal dont on parle rarement dans les archives notariales. Ici il semble valoir un peu moins de trois vaches ou la moitié d’une maison manable avec son jardin à choux et son clos à chanvre. Image du "Tour de France par deux enfants" (le 5/8/1657) Dudit jour et an au lieu de la Touche en Champsegrey après midi par devant lesdits tabellions Fu présent en sa personne Gilles Fouqué de la paroisse de Champsegré lequel c’est par corps et biens obligé payer dans toutes fois et (...)
  • 1658 Contrat d’apprentissage de couvreur en ardoise et tuile - Juillet 2012

    Durée du contrat, nourriture, périodes chômées, maladie, désistement sont les divers aspects de ce contrat. Le dimenche XIIIIe jour de juillet, l’an mil six cent cinquante et huit à Escouché après midy Furent présentz Jean et Nicolas ditz Rognon du mestier de couvreur en ardoise et en tuille. Lesquels se sont submis et obligés envers Charles Chalot de la parroisse de Vaux de luy monstrer et enseigner bien et duement leurdit mestier en bien les servant et travaillant à couvrir pour le temps (...)
  • 1659 Droit d’ouverture des cabarets à Chambois. - Juin 2016

    Actuellement, il faut une licence pour ouvrir un établissement habilité à vendre des boissons au détail. Cette idée est fort ancienne : plutôt que de licence, on parlait de droit de quatrième : Le quatrième est une taxe du quart du prix de détail. A la fin du XVIIe siècle, il est d’environ 8 livres par muid de vin (268 litres) si le débitant fournit en même temps un repas et de 6 livres 15 sols dans le cas contraire. Le cidre est taxé à la moitié du vin et le poiré au quart. Quelles sont les procédures (...)
  • 1659 Herbages d’engraissement à Chambois - Juin 2016

    Pendant longtemps, pour assurer le ravitaillement des villes, il a fallu notamment organiser l’achat et la vente des bestiaux. Ceux-ci venaient parfois de fort loin (la Bretagne et la Vendée pour Paris). Point de transport : le convoyage se faisait à pied. Les bêtes arrivaient amaigries et affaiblies. Aussi il n’y avait pas de commerce des bestiaux de quelque importance sans disposer d’herbages. " On appelle herbages, des pâturages d’engrais ", la définition de l’Encyclopédie méthodique est (...)
  • 1664 Les cloches de St Germain d’Argentan - Mars 2015

    La parole est à Mr le curé de Condé-sur-Noireau vers 1860, rédacteur de plusieurs ouvrages d’érudition. Dans ce passage, il cite abondamment Thomas Prouverre de Bordeaux qui était trésorier de la fabrique de St Germain à l’époque des faits relatés. 1664. Le 17juin, il fut délibéré que « le trésorier achèterait à prix raisonnable tout ce qui lui serait offert de mitrailles pour servir à la fonte des cloches de Saint-Germain ; et qu’à cette fin il le ferait publier aux prônes de St-Germain et St-Martin pour (...)
  • 1664 : Contrat d’apprentissage du métier de sabotier - Mai 2012

    Ce texte, qui me parait intéressant à plus d’un titre, pose aussi la limite des photos numériques lorsque la reliure est serrée : la fin de la plupart des lignes sont entre crochets pour signifier des mots invisibles restitués... Le vingt troisième jour de juillet l’an mil six cent quattre vingt quattre à Lougey Fut présent Julien Marie, sabotier demeurant à Montreuil, lequel [s’est] submins et obligé envers René Leroy fils Marin de Lougey. C’est à scavoir que ledit Marie luy montrera son mestier (...)
  • 1665 Un nouveau sergent à Ecouché - Février 2013

    Le SERGENT est un "personnage" en Normandie. Indispensable auxiliaire de la Justice, c’est une sorte d’huissier. Cette charge, détenue par un propriétaire, se loue tout comme une propriété. A titre d’exemple : Du vingt septiesme jour de mars mil six cent soixante cinq Fut présente noble dame Jeanne de Guerville veufve de feu Charles de Marseilles, vivant escuier, sieur de la Chateillière, tutrice et ayant la garde noble de leurs enfans mineurs, propriétaire de la sergeanterie d’ (...)
  • 1667-1669 Athis - La Rochelle - Pernambouc - Madagascar -Ste Honorine la Chardonne - Juillet 2014

    Cette aventure, racontée en 3 actes notariés, est surprenante, aussi étonnante que l’objet de ces actes : l’héritage de la dot de leur mère par ses deux fils, du pur droit normand. L’exposé des faits Du premier jour de juin mil six centz soixante et sept Fut présent Mathieu de St Sauveur escuier, sieur du Saulcey, nouvellement de retour de l’Amérique, tant en son nom que faisant fort pour Jacob de St Sauveur, escuier, sieur de Ste Honorine, son frère, et lequel, il dict avoir laissé dans la (...)
  • 1667 Comptes et état des lieux de la grosse forge du Champ de la Pierre - Décembre 2012

    Ce texte, assez long, est truffé de termes techniques dont la signification exacte m’échappe en partie, même en ayant recours à l’Encyclopédie. (Pour la lisibilité, les lignes de l’original n’ont pas été respectées. Dans la seconde partie, les paragraphes sont d’origine.) Etat des travaux faits par les maitres de forge Le dernier jour de may, l’an mil six cents soixante et sept, nous Pierre Gautier et François Aumouette, tabellions royaux en la viconté de Fallaise pour les parties de Carrouges et (...)
  • 1669 Embauche d’un maçon à Ste Marguerite de Carrouges - Novembre 2012

    Du vingt et uniesme de juillet l’an mil six cents soixante et neuf devant les tabellions de Carrouges Fut présent Pierre Lesenechal, maitre masson de Ste Marguerite. Lequel s’est submis et obligé de faire et bastir une pasée manable au village de l’Aistre Blanchet, large de quinze pieds de clair et de lar longueur seize pieds de clair, et de haulteur neuf pieds à mesurer à la première pierre, à François Blanchet fils feu Taneguy, à laquelle maison il aura une huisserie, une cheminée (...)
  • 1669 Compte et regard entre un charbonnier et un forgeron à Chanu - Novembre 2012

    Sous le titre "Comptes et regards", on trouve ... des comptes, ou plutôt des bilans. En effet le notariat est, avant tout, une comptabilité. Généralement, dans notre région, on trouve sous ce titre le bilan d’un bail d’une ferme ce n’est pas le cas ici. Mardy douziesme jour de novembre, l’an mil six centz soixante et neuf viron sur le midy Furent présentz en leurs personnes chacuns de Pierre Leprince, billotière, et Denis Delahaye fils Jean de la parroisse de Chanu. Lesquels ont ce jour (...)
  • 1669 Loyal échange et contréchange à Montreuil au Houlme - Novembre 2012

    Ce type d’acte se présente de prime abord comme une vente ordinaire. Les échanges, très prisés, se suivent parfois en "cascade" propre à donner le tournis. C’est, semble-t-il, un moyen de remédier au morcellement incessant des propriétés qu’impose la Coutume par le strict partage des terres qu’elle provoque. Au passage, on remarquera les nombreuses lignes de formules juridiques, souvent abrégées de "etc", qui paraissent bien hermétiques. Le cinq jour de décembre mil six cent soixante et neuf (...)
  • 1669 Partage en lots des biens de Julien Ruppé de Dompierre - Octobre 2012

    A la différence de l’inventaire après décès, le partage ne concerne que les biens immeubles (terres et bâtiments) et, dans le cas qui nous occupe, les dettes. Ce type d’acte n’est jamais daté au début du texte. Celui-ci eut lieu le 19/2/1669 comme on le verra en fin de rédaction. Ensuit cinq lots et partages que faict Michel Ruppé, diacre, fils puisné de Jullien Ruppé le Clos des maisons et héritages qu’il a voulu estre faicts de son vivant, tant de ce qu’il tient à présent que de ceux qui apartenaire à (...)
  • 1678 : Contrat pour fondre une cloche - Mars 2012

    Une des deux cloches de la Chapelle-Moche (actuellement la Chapelle d’Andaine) est cassée, un artisan est contacté pour en fondre une nouvelle. Le cinquiesme jour de may l’an mil six cent soixante dix huit avant midy au cimetière de la Chapelle Moche Devant nous Pierre Leroyer notaire royal de la cour du Mans réservé et demeurant en la paroise de la Chapelle Moche Fut présent en sa personne Pierre Moreau Maitre fondeur de cloche de la ville du Mans lequel a promis et s’est obligé de (...)
  • 1679 Bail à Ste Honorine la Guillaume - Novembre 2012

    Les registres notariaux sont remplis d’actes de toutes sortes : les baux y sont très bien représentés. Peu spectaculaires, comme les ventes, on peut facilement les oublier, ce serait une erreur grossière. Je soubz signé Guillaume Bréard, la vallée, de la parroisse de Ste Honorine la Guillaume lequel confesse avoir baillé à ferme, prix et loyer d’argent, à Jean Durost d’icelle parroisse, scavoir est les maisons et hérittages tant à luy apartenant que à Anthoine et Jacques, ses fraires, à la [au (...)
  • 1684 - Une blanchisserie à la Ferté-Macé - Août 2015

    Une succession difficile nous permet de connaitre une industrie florissante en cette fin de XVIIe siècle. Cette blanchisserie était située à la Ferté-Macé au lieu-dit Le Pont Chapelle. La consultation de l’article de l’Encyclopédie permettra de mieux comprendre ce texte dont l’essentiel est ici souligné. Le lecteur curieux pourra consulter sur internet l’acte de 1689 qui clos la transaction. Nous Demoiselle Marguerite de Mesenges, veuve de Gatian Chapelle, vivant sieur du Pontchapelle, Charles (...)
  • 1685 contrat de domestique à temps partiel à Céaucé - Décembre 2015

    Ce contrat a l’avantage de bien expliciter : le temps de travail (sans jour chômés) le salaire le logement en déduction du salaire les élevages d’appoint permis ou tolérés. Le huitiesme jour de mars l’an mil six cent quattre vingt cinq après midy devant nous nottaire exerçant (en) la paroisse de Ceaucé au canton de Normandie1 et de la viconté de Donphront, soubsigné Fut présent en sa personne Henry Gahery, laboureur, demeurant au lieu des Clos L... paroisse de St Front, lequel s’est submis et (...)
  • 1686 le cabaret et le droit de quatrième - Décembre 2015

    Cabarets, tavernes et auberges sont autant d’établissements bien contrôlés et au domaine plus ou moins bien défini. Plutôt qu’un système de licence, c’est encore un système d’affermage qui est à la base du droit qui régit ce type de commerce. Ce fermage, appelé droit de quatrième, semble assez conséquent : les affaires devaient être florissantes ! Dans ce petit texte, on verra la fraude poindre son nez sous divers aspects ! Du premier jour d’apvril l’an MVIC quatre vingt et six à Donfront. Fut présent (...)
  • 1689 : L’incommunité de biens - Mars 2012

    Déclaration d’incommunité, c’est à dire de non communauté de bien, entre un père et son fils marié afin qu’il n’y ait aucun problème par la suite. Le vingt sixieme jour de febvrier mil six cent quatre vingt neuf fut présent Jean David bourgeois de Messey lequel a volontairement recognu que Nicolas David son fils aisné a aporté en la maison dudit Jean David son père un meltier à toiller fourny de tous les ustensiles à ce necessaires : deux tremeurs et deux dévidoires avec le nombre de vingt rosaux et (...)
  • 1690 équiper le milicien de la paroisse - Octobre 2014

    1688 Louvois crée la milice : chaque paroisse doit fournir un milicien et l’équiper. Le "général" de la paroisse de Fontaine-les-Bassets se réunit pour réunir les fonds nécessaires. Le dimanche 18e febvrier \1690/ ce sont présentés par devant moi, curé de Fontaines soubz signé les paroissiens dudit lieu en nombre de général pour délibérer de leurs affaires particulièrement pour fournir au milicien une culotte, une paire de bas, deux cravattes, un \chapeau bordé, une paire de souliers/ deux chemises (...)
  • 1690 Testament d’un garde du corps du roi, originaire de Lougé-sur-Maire - Décembre 2012

    Dans notre région, rares sont les testaments aussi explicites et documentés que celui-ci. Parmi les dernières volontés, la reconnaissance d’une fille naturelle n’est pas la moins intéressante quant aux mœurs du temps. Aujourd’huy douze iesme jour de juillet mil six cents quatre vingt dix, moy Daniel Serey, escuier, garde du corps du roy, de la compagnie de Lorges, brigade de Laval, estant tomné malade et désirant, après m’estre recommandé à Dieu, mettre ordre à mes affaires, déclare, veux et (...)
  • 1690 Bail de moulin à Joué-du-Plain - Septembre 2012

    Du neufiesme jour de janvier MVIc quatre vingt dix Fut présent Monsieur Jean Ango, écuier, seigneur de la Motte et du Mesnil, conseiller du roy en la grande chambre du Parlement de Normandie. Lequel a baillé à ferme à Pierre Dupont à ce présent et acceptant, c’est à scavoir le moulin de la Foltière pour le temps et terme de six ans qui commenceront au premier febvrier prochain et finiront à pareil lesdits six ans révolus et accomplis aux charges que ledit Dupont n’ira point quester les (...)
  • 1696 Contrat de travail à la forge de Montmerrei - Octobre 2012

    Sous un vocabulaire différent, on trouve, pêle-mêle, dans ce contrat : prime d’embauche, durée du contrat, chômage technique, loyer, paiement à la tâche, assurance décès... Attention, on a affaire ici à spécialiste possédant un savoir-faire indispensable et non à un simple journalier. Du dix neufième jour de septembre 1696 après midy Fut présent Jean Gadois maitre marteleur de la paroisse de Rânes, de présent demeurant à la forge de la vallée de Touanne, paroisse de Montmerrey. Lequel s’est submis (...)
  • 1701 Réception d’une fille pour le service des pauvres malades à la Maison Dieu d’Argentan - Décembre 2012

    Les filles de la Maison Dieu sont dites dans d’autres actes "Dames de la Maison Dieu". Ce ne sont pas de simples servantes, le "droit d’entrée", autrement dit la dot nécessaire, est là pour en témoigner. Sont-elles religieuses comme le suggère l’emploi du mot "sœur" ? Seul les statuts permettraient de répondre mais leur engagement est, comme pour les congrégations ou pour le mariage, irrévocable. Les statuts, dont je ne connais pas le texte, se laissent deviner , en partie, à la lecture de cet acte. (...)
  • 1701 De l’instruction des prêtres du diocèse de Sées - Septembre 2012

    Voici quelques exemples tirés de l’enquête ordonnée par Monseigneur d’Aquin, évêque de Sées en 1701. A noter que cet évêque visita au moins une fois chacune des paroisses de son diocèse. A chaque fois, a lieu la cérémonie de la Confirmation, ce qui nous vaut de longues listes de confirmés dans les registres paroissiaux. Durcet Jacques Brière aagé de 29 ans du diocèse de Bayeux. Un prebtre et un soudiacre, le prebtre nommé Guy Duval aagé de 55 ans, le soudiacre nommé Denis Duval aagé de 26 ans. Tous les (...)
  • 1702 le curé et le maître d’école de Goulet - Avril 2016

    Les relations entre l’école et la cure ont été difficiles au cours des XIX et XXe siècles. C’était aussi parfois le cas en des temps plus reculés comme en témoigne cet extrait de la grande enquête (1701-1702) de Monseigneur d’Aquin dans le diocèse de Sées. On peut y avoir aussi le signe d’une dissension entre le curé et ses ouailles puisque ceux-ci soutiennent le maitre d’école contre lui... Chapitre XX Maître d’Ecole Son nom : Louis Souffice Son âge : quarante huit ans Son diocèse : Sées Sa capacité (...)
  • 1705 Recrutement de la milice à St Mars-d’Egrenne - Janvier 2016

    Le tirage au sort est la règle parmi les jeunes paroissiens. Mais ici une difficulté se présente : l’un des paroissiens a déménagé ! Comment résoudre le problème ? Le vingtieme jour de décembre, l’an mil sept cent cinq, par devant nous notaire royal en la viconté de Domfront soubsigné Comme il soit ainsi que des garçons de la paroisse de St Marc eussent esté convoqué en conséquence des ordres de Monseigneur l’intendant de la généralité pour comparoir devant luy en la ville de Domfront le jeudy (...)
  • 1714 : Visite des moulins de Durcet et Landigou - Février 2012

    Le dix juin mil sept cent quatorze Visite a été faite des moulins de la Tretière et de la Bardoulière, apartenant à monsieur le Marquis de Durcet, requête de Pierre Burel et de Jacques Blaise, fermiers desdits moulins, ainsi qu’il ensuit. La porte d’entrée du moulin de la Tretière attachée avec une fourchette de fer dessoüs, garnie d’une serrure avec la clef ; la porte de derrière ledit moulin attachée aussi avec une fourchette de fer dessous, sans serrure ; une crémaillière (...)
  • 1715 Testament d’un boulanger à Tinchebray - Février 2013

    Ce petit artisan ne roulait pas sur l’or. Sa femme est décédée et il a 4 enfants. L’intérêt principal de ce texte est de fournir quelques valeurs : prix d’un cheval, d’un porc, du sarrasin, etc... Le traiziesme jour de novembre l’an mil sept cent quinze devant nous Philippe Masurier prebtre desservant la paroisse de notre dame de Tinchebray fut présenté Michel Cailly lequel au lit malade touttefois sain d’esprit et d’entendement, après avoir recommandé son âme à Dieu et avoir reçu les (...)
  • 1722 Transport de charpente à Banvou - Décembre 2012

    Rien ne se perd : on vend des ruines pour récupérer la pierre, le bois, le torchis. Ici, il s’agit seulement de démonter et remonter la charpente d’un bâtiment. La répartition des tâches est bien précisée. Le charpentier ne fera "que" son travail : pas de manutention, pas de transport des matériaux ... Devant nous Jean Letard notaire royal soussigné Le premier jour d’avril, l’an mil sept cents vingt deux. Accord a esté ce jourd’huy fait entre Jacque Lafontaine, maitre charpentier de la (...)
  • 1724 Pierre Crestois, contrôleur des poids et mesures à Passais la Conception - Février 2013

    Dans ma grande naïveté, je croyais que le contrôle des poids et mesures était né avec le système métrique. Erreur... et comme le grand roi avait besoin d’argent, c’était encore un moyen d’en obtenir. Le 24/12/1724 Fut présent François Bourée, jaugeur, visiteur des moulins, poids et mesures, jauges, aulnages des serges, draps, toilles et autres choses en dépendant dans cette viconté, demeurant en la paroisse de Saint Front. Lequel, en vertu du bail à luy fait par maitre François Duhamel, (...)
  • 1724 Contrat de sciage à Messei - Décembre 2012

    Le vingt iesme jour de jenvier mil sept cent vingt quattre avant midy au bourg de Messé Furent présent Marin et Joseph Graindorge, père et fils de la parroisse de Messé, charpentiers. Lesquels ce submettes et obliges envers Me Henry Exeard Houllier, chaplain de la chapelle du chatiau de Messé, scavoir est de luy faire et scier le nombre de cent pieds de bois tans en cariaux et limandes et cheuvrons et memboures et douves suivant la marque et échantillon qui en sera donnée par (...)
  • 1725 Vente d’arbres à Ségrie Fontaine - Novembre 2012

    Les ventes de biens meubles ne se font pas souvent devant notaire. Ici, s’agissant d’une tutelle, il vaut mieux pouvoir justifier cette vente ultérieurement. On remarquera les précautions : tutrice élue, marquage par les parents... Le vingt et uniesme jour d’octobre mil sept cents vingt cinq, en l’étude, avant midy. Fut présente Anne Houssays, veuve de feu François Lebailly, demeurante en la parroisse de Ségrie, tutrice élue au corps et biens des enfants mineurs dudit défunt et d’elle. (...)
  • 1726 Bail à fieffe à Ste Honorine la Guillaume - Novembre 2012

    Particulier à la Normandie, le bail à fieffe, qui ressemble à une vente à rente foncière, est un bail perpétuel, tant que la condition de paiement est observée et cesse quand le paiement cesse d’être exact. Le bailleur (le fieffant) garde un droit d’inspection sur la manière dont le preneur (le fieffataire) use du bien fieffé. Ce serait si simple si la présence de tiers ne venait tout compliquer ! Par devant Robert Trioulier, notaire royal, l’onze jour de février mil sept cents vingt six. Fut (...)
  • 1730 Contrat de domestique à Vaucé - Novembre 2015

    Nous sommes aux confins de la Normandie et du Maine. Voici un petit contrat qui donne quelque éclairage sur le contrat. Remarquer : il semble que la nourriture ne soit pas comprise. la distance de Lesbois à la ferme semble courte mais la rivière Mayenne est entre les deux. Du vingt et huitième jour d’octobre mil sept cent trente au porche de Vaucé, devant nous notaire royal sousigné fut présent en personne Jean Fouché demeurant en la paroisse de Lesbois, lequel a consenty et s’est obligé (...)
  • 1730 faux-saunier à Carrouges - Avril 2014

    Déjà, en 1518, François Ier se plaint de cette contrebande : « Il y a, en nos pays d’Anjou et de Maine, plusieurs hommes et femmes qui achètent le sel des faux sauniers et le portent en poches, panetières, chapelets ou autrement, vendre d’huis en huis et de maisons en maisons, où ils font de grands larcins, abus et fraudes. » Du mercredy dix neufième jour de juillet l’an mil sept cent trente avant midy en la chambre et lieu de la juridiction du grenier à sel de Carrouges devant nous notaire royal (...)
  • 1730 Approvisionnement de la grosse forge de Rânes - Décembre 2012

    Le maitre de grosses forges était un chef d’entreprise moderne : il se devait de veiller à tout ce qui était nécessaire au bon fonctionnement de ses installations. Ce petit texte nous laisse entrevoir un aspect peu évoqué : l’approvisionnement de la forge. Le vingt huict fevrier mil sept cent trente Fut présent René Pesriaux, voiturier de la paroisse de Tanville de présent en ce lieu. Lequel confesse et reconnoist debvoir à René Chauvin, sieur du Ponseau, maitre de forge à Rasnes, scavoir (...)
  • 1730 : Embauche d’un affineur - Février 2012

    Du trois septembre mil sept cent trente après midy à Ecouché en l’estude fut présent Jean Masseron affineur originaire de la paroisse de Putange à présent travaillant de son métier d’affineur à la grosse forge de Boucey tant pour luy que se faisant fort de Jean Masseron son fils vallet d’affineur absent avec promesse de luy faire agréer et ratifier le présent et le faire obliger à l’entretien et exécution des clauses cy après. S’est pour luy et au nom dudit son fils par ce présent (...)
  • 1731 : un milicien pour Saires-la-Verrerie - Mai 2013

    L’état militaire n’était guère prisé. Pour compléter les armées, une milice fut formée. Au XVIIIe siècle, elle était constituée par tirage au sort dans les paroisses. On a vu, ou on verra, dans l’article citant Valentin Jamerey-Duval le sentiment de la population. Dans l’acte pésenté ici, il s’agit de la pratique du "remplacement", suite à un "mauvais" tirage au sort. Par devant nous Jean Letard, Notaire royal, gardenottes héréditaire au siège de la Ferrière, vicomté de Domfront, soussigé, le (...)
  • 1731 Les charbonniers et la forge de Rânes - Février 2013

    Le bois n’est pas directement utilisable dans le fourneau des grosses forges. Pour obtenir la température nécessaire à la fusion du métal, il faut utiliser du charbon de bois, donc faire appel à des ouvriers formés à sa fabrication. Il est nécessaire de se les "attacher" d’une façon ou d’une autre pour assurer la fourniture du charbon. Dans le cas présent, le maitre de forge utilise un point particulier du droit normand : le retrait d’une vente. En effet en Normandie prévoit un délai de réflexion au (...)
  • 1731 La clameur lignagère des frères Besnard contre Marie Gautier à Rânes - Février 2013

    La clameur lignagère et son corollaire le retrait lignager sont des actes particuliers au droit normand. D’une certaine manière, un "héritage" ne peut être aliéné sauf contre un bien équivalent (échange). En pratique, des ventes se font. Un père peut vendre tout ou partie de ses héritages. C’est l’acheteur qui court un risque : les héritiers sont en droit de réclamer le bien ainsi vendu. Le processus est le suivant : recherche du contrat de vente(ici le 28/4/1705) "clameur lignagère" signifiée (...)
  • 1731 Deux contrats de travail pour les forges de Rânes - Février 2013

    Les contrats qui suivent se ressemble en apparence, mais les conséquences en sont fort différentes. Dans le contrat de l’affineur, on perçoit la difficulté d’en fixer le statut puisque ce contrat est comparé à celui des marchands entre eux. Contrat de valet d’affineur Le huitième jour de juin mil sept cent trente et un fut présent Jacque Hue du métier de forgeron, originaire de la paroisse de Rasnes, valet d’affineur pour l’ordinaire. Lequel s’est submis et obligé de travailler et servir (...)
  • 1732 Les mineurs de Rânes - Février 2013

    Pour faire fonctionner le fourneau, il faut du minerai, donc des mineurs. Que l’on n’imagine pas les puits et les machines complexes du XIXe siècle. Les minières des XVII et XVIIIe siècles sont, dans notre région, des carrières à ciel ouvert. Il s’agit de "gratter" le sol plutôt que de le creuser. Le métier n’en est pas moins dangereux : on constate des morts par chute dans les minières dans les BMS. Le dixyesme jour de février mil sept cent trente deux Furent présents Pierre et Daniel Gautier, (...)
  • 1733 Contrat de travail pour un "poislier" à Beauvain - Février 2013

    Poislier, chaudronnier, dinandier , trois termes pour désigner un métier annexe des grosses forges. L’élaboration du contrat de travail peut être assez laborieuse : en témoignent ici deux ajouts après la première rédaction... Du quatorze octobre mil sept cent trente trois au lieu des Aulney paroisse de St Georges. Fut présent François Macé de la paroisse de la Posté pays du Maine, présent en ce lieu et soubmis au pouvoir de nostre juridiction, lequel s’est submis et obligé envers Maistre Louis (...)
  • 1739 Exemple de rente hypothèque à Ségrie Fontaine - Novembre 2012

    La rente hypothèque, extrêmement répandue, en Normandie, : désigne en réalité une sorte d’emprunt, à un taux fixé par édit royal, est hypothéquée sur des biens "solides", cesse lorsque le capital est remboursé en une ou plusieurs fois. La durée de l’emprunt n’est pas fixée d’avance. Elle est souvent utilisée dans les contrats de mariage pour garantir le "nom, ligne et costé" (la dot) de l’épouse. Le texte proposé ici utilise un vocabulaire plus aisé à saisir que celui en usage au XVIIe siècle. Le (...)
  • 1749 Inventaire après décès d’un laboureur - Novembre 2016

    L’inventaire après décès est un document qui concerne les biens meubles d’une personne décédée (généralement un homme) lorsque au moins un de ses héritiers est mineur. On trouve aussi ce type d’actes lorsque ce sont des collatéraux qui héritent (le cas des prêtres). On procède aussi à un inventaire lors d’une séparation civile entre époux : il y a alors 3 lots, 2 pour l’époux (ou ses créanciers), 1 pour l’épouse (douaire). Rappel : nous sommes en droit normand. L’acte est constitué de 4 parties : (...)
  • 1753 : une nouvelle école à Champsecret - Mars 2012

    Une riche veuve crée des écoles pour les garçons et les filles pauvres de Champsecret. Elle fixe le recrutement des maitres, la durée annuelle de l’école , les horaires et le programme. Le vingt quatrième jour de may l’an mil sept cent cinquante trois avant midy au presbitaire de Champsegray par devant nous notaire royal soussigné Le maître d’école, toile de Adriaen van Ostade, 1662 Délibération des habitants[[ les intertitres sont là pour (...)
  • 1762 Reconstruction des routes royales de Domfront - Mai 2014

    Jean de St Ellier, curé de la Haute-Chapelle, ajoute souvent une note en fin d’année. Pendant 3 ans, il décrit les grands travaux sur les routes. Ce faisant, il nous permet d’entrevoir les techniques et les problèmes afférents à ces grands travaux. (Pour en savoir plus on lira l’article de Guy Arbellot cité en référence.) Le Roy a envoié ordre en 1762 de raccomoder les chmins roiaux qui sont sous le bailliage de Domfront mais on s’y prend de manière à les faire tout de neuf, car on fait un pavé (...)
  • 1764 : pavement de l’église de la Chaux - Octobre 2015

    Une généreuse donatrice améliore quelque peu le confort de l’église de la Chaux : le sol de terre battue est remplacé par des pavés de pierre. Etat des travaux et de leur coût. Le curé semble très critique sur la rémunération de l’homme de peine, trop bien payé, selon lui. Dans la présente année 1764, noble demoiselle Renée Lefebvre du Champdugué a fait paver la nef de cette église de la Chaux par Charle Daverne de la paroisse de Joué du Plain qui commença cet ouvrage le vingt novembre au dit an et qui (...)
  • 1773 Techniques de culture et dîmes à Landigou et Boucé - Septembre 2012

    Pour cette fois, je laisse la place à un archiviste professionnel de la fin du XIXe siècle : Louis Duval nous livre la transcription d’un "Mémoire sur les dîmes de la paroisse de Boucé" Dans la paroisse de Boucé, les terres ont coutume d’être cultivées pendant deux années et d’entrer en repos ou en guéret dans la troisième. Dans la première année on y sème et récolte du bled ou du seigle ; dans la seconde de l’avoine ou de l’orge. Depuis environ vingt six ans, quelques laboureurs ont pris l’usage de semer (...)
  • 1778 Fabriquer une meule pour le moulin de Landigou - Octobre 2012

    A l’occasion de leur transport, on trouve dans ce texte la liste des matériaux nécessaires. On remarquera aussi que le transport est à la charge des "vassaux". Le 16/5/1778 Devant Monsieur le bailly de Durcet, sénéchal de la seigneurie de Landigou Supplie humblement Messire Jean Baptiste Jacques Thomas de Thibout, Chevalier, seigneur, marquis, Haut justicier de Durcet, seigneur et patron de Landigou, etc... Et vous remontre que les vassaux de la seigneurie de Landigou, par leurs aveux sont (...)
  • 1780 Devis des travaux à faire aux moulins de Durcet et Landigou - Octobre 2012

    Suite au changement de meunier, un conflit est porté en justice entre l’ancien et le nouveau meunier au sujet de l’état des moulins. Des experts, représentant les deux parties ainsi que le seigneur, propriétaire des moulins, visitent et expertisent les travaux d’entretien que l’ancien meunier a négligés de faire. Par ailleurs, ce dernier a aussi négligé de payer tout ou partie des fermages des moulins (il doit 1200 livres au seigneur de Durcet). (Le vocabulaire technique est parfois obscur). (...)
  • 1785 un mari, journalier, employé de sa femme à Écouché - Février 2015

    Voici un contrat d’embauche un peu particulier, du à une situation matrimoniale plus courante qu’on ne le croit à cette époque. en marge :21/10/1785 Furent présent Charles Cheradame cy devant marchand de peaux, cuirs,laines et autres marchandises et à présent journalier demeurant au bourg d’Ecouché chez sa femme ci-après nommée, d’une part. Et Anne Mouttier femme civilement séparée de biens d’avec ledit Cheradamme son mary#1, demeurante audit bourg d’Ecouché en la maison dont elle est propriétaire, (...)
  • 1809 Emigrations et immigrations dans l’Orne - Novembre 2015

    On admet généralement que nos ancêtres se déplaçaient peu. Pourtant on trouve, ici et là, des mentions de décès de ressortissants de la région dans des lieux apparemment improbables. Par exemple Jacques Rozel, du Ménil-Gondouin, décède à Viroflay le 30 septembre 1739, âgé de 32 ans, batteur en grange. Son frère l’accompagnait. Plus explicite, on trouve le décès de Paul Duval le 1er aoust 1762 à Loisail (Perche). Le curé de St Bomer ajoute "en revenant de travailler en la Beauce" (ce que le curé de Loisail ne (...)
  • 1810 Aspects de l’Orne : l’industrie textile - Novembre 2015

    Joseph Victor Alexandre Lamagdelaine, préfet de l’Orne de 1800 à 1814, est à l’origine des articles décrivant les divers aspects du département1. Il est notamment attentif à l’industrie textile comme le montre l’analyse de deux arrondissements de l’Orne2. Arrondissement de Domfront Cet arrondissement est très industrieux ; ses habitans on eu de tous tems le goût du commerce ; le sol peu fertile en général, récompense trop peu les efforts du cultivateur, pour ne pas porter les hommes qui ont le besoin de (...)