Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1664 : Contrat d’apprentissage du métier de sabotier
Par : dozeville
Publié : 7 mai 2012

1664 : Contrat d’apprentissage du métier de sabotier

Ce texte, qui me parait intéressant à plus d’un titre, pose aussi la limite des photos numériques lorsque la reliure est serrée : la fin de la plupart des lignes sont entre crochets pour signifier des mots invisibles restitués...

JPEG - 85.6 ko
Sabotier vosgien -Tour de France par deux enfants.

Le vingt troisième jour de juillet l’an mil six cent quattre vingt

quattre à Lougey

Fut présent Julien Marie, sabotier demeurant à Montreuil, lequel [s’est]

submins et obligé envers René Leroy fils Marin de Lougey. C’est

à scavoir que ledit Marie luy montrera son mestier de sabotier

pendant un an à coumencé à la saint Michel prochaine [et finiront  [1] . ]

A la charge pour ledit Leroy de se nourrir de pain et pour le reste

ledit Marie promet luy donner à boire comme à luy comme ausy de [la soupe] [2]

en cas qu’il en face [3], à la charge par ledit Marie de fournir d’out[ils au ]

metier. Au moyen de quoy ledit Leroy s’oblige luy payer la [somme]

de dix sept livres tournois payables à scavoir à la saint Michel prochaine

six livres et six mois après autre six livres et le reste

au terme et à l’égard du mois ledit Leroy d’aoust ledit Leroy

retenu parce que [4] et s’oblige luy en aider en autre mois

plain. A luy accordé par ledit Marie et en cas que ledit Leroy [vide [5] ]

bien les sabots au bout de trois mois, lesdits sabots march[and] [6]

ledit Marie s’oblige luy payer six soulz par douzaine après les trois

mois après et est intervenu Marin Leroy père dudit denommé

Roy, lequel a plégé et cauptionné sondit fils et s’en est obligé avec

sondit fils un et chacun d’eux, un seul pour le tout sans divission

au bénéfice de divission et sans ordre de dissention et division envers [7]

ledit Marie. Et est encore intervenu Denis Brière demeurant au [Grès [8] ]

lequel s’oblige payer en diminution de ladite somme de dix sept livres celle

de six livres dans le jour saint Michel audit Marie laquelle est somme [de six]

livres, ledit Marin le tient quitte ledit Brière de la somme

à déduire et rabatre sur les promesses de mariage dudit [9] .

Et vertu d’un certainaccord fait entre eux dont ils furent

comptents [10]. Et quand à ce tenir en obligèrent respectueusement biens.

Estienne Eudeline de la Lande de Lougé et Nicolas Eudeline de la

Frenaye au Sauvage tesmoins. En glose de ladite somme de six livres et six mots

aprouvéz

Voir le texte 4E119/91 vue 152  [11]

Notes

[1] à la même date

[2] L’apprenti amènera son pain, il aura à boire. Il aura de la soupe quand ce denier en aura.

[3] fasse

[4] le mois d’aout l’apprenti sera absent (à cause de la moisson probablement) et devra donc "rendre" un mois entier.

[5] pour évide

[6] vendables

[7] une ligne de formules juridiques

[8] actuellement le Grais

[9] Le contrat en question a été passé le 3/6/1657 à Rânes entre Marin Leroy et Charlotte Brière (Denis est probablement le frère de Charlotte)

[10] satisfaits

[11] Les mots entre crochets ont été revus sur l’original