Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > 1668 Clameur lignagère à Montabard
Par : dozeville
Publié : 13 octobre

1668 Clameur lignagère à Montabard

La clameur lignagère qui suit pose des problèmes "en cascade".

-En effet depuis la vente le bien a été loué, il faut donc transmettre le bail.

-À l’origine, cette métairie avait été cédée pour payer des dettes relativement importantes qu’il faut bien régler.

Fut présent messire François de Monteclair,

chevallier, seigneur marquis de Monteclair1,

et autres terres et seigneuries, stipullé

et représenté par maître Estienne Lemonnier,

prebtre, porteur de sa procuration généralle

et spécialle. Lequel, pour obéir à

la clameur lignagère qu’estoit prest de luy

signufier Michelle Merye, veuve de feu

François Lelarge et fille de de Gilles Merye

Laisné pour retirer à droit de sang et

et ligne dudit seigneur marquis de Monteclair

les maisons et héritages dont ledit Gilles

Merye l’aisné père de ladite Michelle Merye

avoit fait vente audit seigneur marquis

par contrat passé par devant Jacques

L’evesque, notaire et tabellion royal au

Mayne le 22ème jour de juin dernier a, par

ce présent, fait rendue à ladite Michelle Merye

desdites maisons et héritages mentionnéz

jouxtez et déclaréz et bornes audit contract de

la vente qui luy en a esté faitte, et tout ainsy

qu’il est contenu audit contract, duquel contract

ledit sieur Lemonnier a mis aux mains

de ladite Michelle Merye avec un bail à ferme

fait desdites maisons et héritages par ledit

seigneur marquis à Gilles Merye le jeune

pour vertu d’iceux jouir desdites maisons et

héritages et continuer la durée dudit

bail tout ainsy qu’eust fait ou peu faire

ledit seigneur marquis cessant le présent et [f..]

ladite rendue ainsy faitte moyennant que [ladite]

Michelle Merye s’est obligée payer les charges

portées par ledit contract et reconnu que

ledit seigneur marquis luy a laissé entre [les]

mains les dix huict cent livres que ledit

seigneur avoit retenu entre ses mains lors

dudit contract de vente pour payment de

fermages à luy deue par ledit Merie, laquelle

somme jointe avec celle de quattre vingt

livres p qui est pour les cinquante livres

payées contant par ledit seigneur audit Merye

et vingt livres pour le vin dudit marché, et le

surplus pour les frais et l’en abondances2

dudit contract demeurera constituée sur ladite

Michelle Merye au denier dix huict suivant

l’ordonnance à commencer à procréer

arrérages de ce jour pour estre payée du

jourd’huy en un an et ainsy continuer ladite rente

d’an en an jusqu’au racquis et amortissement

de ladite rente que ladite Merye poura faire toutes

fois et quantes en payant ladite somme pour

arrérages et prorata qui pour lors dudit

amortissement seront deues sans que ledit

seigneur soit préjudicié en son hipotèque

généralle et spécialle tant sur lesdits

héritages rendus que sur les autres biens

dudit Merye pour estre payé de ladite somme

suivant ledit bail qui demeurera pour cet

effet en sa force et vertu et sans

novation. Lequel seigneur marquis au

moyen de ce que dessus s’est tenu pour

bien et deument remboursé de ladite

Michelle Merye. Le tout fait en la présence

et du consentement dudit Gilles Merye

l’aisné, lequel a par ce présent deschargé ledit

seigneur de l’obligation, de l’entretien dudit

contract de vente et consenty la constitution

et réservation cy-dessus et de nouveau

accordé et convenu avec ladite Merye qu’il

pourra payer et continuer la faisance des

parties de rente portées par ledit contract

ou autres plus aisnées à son choix pour

l’asseurance dudit acquest, comme aussy

l’hipotèque desdites rentes payées et amorties

demeure réservé sans novation pour vertu

desdits contracts du jour et dabte

qu’ils portent en cas d’éviction, et quand à

l’entretien de tout ce que dessus, lesdites parties

en ont obligé scavoir ledit Lemonnier tous

les biens dudit seigneur marquis de

Monteclair et lesdits Merye, père et fille,

tous leurs biens meubles et héritages. Fait

ce huictiesme jour d’aoust mil six cents

soixante huict. Présence de Marin Levavasseur

et jacques Jacques Thouin de la paroisse

de Montabar, tesmoingt


le merc Michelle Merye

Signent :

E Lemonnier

G Merye

M Levavasseur

Jacques Touin


Suit la reconnaissance du contrat le 25 avril 16713



* * * * *



Notes :

1 Gouverneur de Laval

2 Terme juridique difficile à appréhender, faisant référence à des limites ?