Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > 1677 Scènes de la vie quotidienne à Torchamp
Par : dozeville
Publié : 18 septembre

1677 Scènes de la vie quotidienne à Torchamp

Au-delà du fait divers, la plainte ci-dessous est révélatrice du "train-train" quotidien de la fermière : cueillette de fourrage, nourrissage du bétail, rareté de celui-ci et statut des terrains communaux.

On notera aussi la difficulté d’identifier tous les personnages qui portent souvent le même patronyme comme le lecteur curieux pourra s’en rendre compte en lisant la totalité des pièces de ce procès.

Monsieur le bailly d’Allençon

ou monsieur son lieutenant antien

civil et criminel en la vicomté de Domfront


Supplie humblement Marguerite Douyet

femme de Louis Domer demeurant en la parroisse

de Torchamp près le Pont des Planches

Et vous remontre que faisant valloir quelques

héritages qui leur appartiennent au lieu de la

Chardinière parroisse Sainct Frimbault assez

proche dudit lieu du Pont des Planches elle seroit

allée jeudy dernier quatorziesme de ce moys audit

lieu de la Chardinière sur les trois à quatre

heures de relevée affin de donner du fourage

à une vache que son mary et elle ont audit lieu.

Que portant ledit fourage entre ses bras elle

auroit faict rencontre de messire Jean Douyet prebtre

habitué en ladite parroisse de sainct Frimbault et

demeurant audit lieu de la Chardinière lequel

tenant une grande coignée sur son bras

lequel auroit aggressé la suppliante en jurant

et blasphément d...sement1 le sainct nom de

dieu, l’appelant eshoule2, putain, carogne3 et d’autres

injures infamantes de cette qualité luy

reprochant qu’elle avoit serré des feilles4

d’arbres qui appartenoyent audit Douyet

prebtre, et dans le mesme emportement

donna plussieurs coups de poing de sa force

dans l’esthomac de la suppliante aagée de prest

de quarante ans puis la renversa d’impétuosité

dans une mare pleine de fange et de nège

fondue qui est au-devant de la maison dudit Douyet

et se jetta dessus avec les pieds puis

avec les genoux, la frappant de coups de poing

par diverses partyes de son corps toute

enfoncée qu’elle estoit dans ladite mare à

fumier et découvertes des partyes inférieures

de son corps, et lorsque la suppliante voulut

se relever, ledit Douyet prebtre continuant ses

blasphesmes avec une fureur indigne

d’un homme raisonnable auroit frappé ladite

femme de plussieurs coup de manche de

ladite coignée par sur les espaules, les bras

et autres partyes de son corps, et l’auroit

poursuivye environ douze ou quinze marches

loing avec les mesmes impétuosités et

violences menassant ladite femme de la tuer

à coups de coignée qu’il auroit vraisemblablement

faict sy les voysins du lieu ne l’en eussent

empesché, combien que la suppliante n’eut

donné aucun légitime subject de plainte, ny

faict aucun maléfice audit Douyet prebtre

puisque les feuilles qu’elle avoit enlevées5

quelques jours auparavant avoyent esté

prises dans une commune appelée la

vallée du Pont de Planches qui appartient

à tous les habitants et voysins dudit village

de la Chardinière qui payent chacuns ans

chacun six deniers de rente seigneurialle

et domanialle pour ce subject et qu’ils sont

fondés en possession immémorialle de leur

droit d’usage aussy bien que ledit Douyet prebtre

de toutes lesquelles choses et faicts cy

dessus il sera prouvé et vériffié.

Néantmoins parce que la suppliante a apris

que ledit Douyet pour prévenir l’effect de la

présente plainte en a desjà rendu une de sa

part et mesmes faict assigner quelques tesmoings

elle est obligée de recourir aux voyes ordinaires

de la justice.

A ces causes mondit sieur, il vous

plaise recepvoir la plainte de la suppliante

luy accorder acte de la réception et en

procédant à l’audition des tesmoings qui

seront produis de la part dudit Douyet prebtre

les examiner sur les faicts contenus en la

présente pleinte tant en charge que

décharge aux termes de l’ordonnance, et

mesmes permettre à la supliante de

faire convenir et adjourner à bref delaye

par devant vous tesmoings de son chef

pour la preuve et vérification de sa pleinte

qui demeurera joincte à celle dudit Douyet prebtre

et vous fairés justice.

Présenté à Domfront ce sabmedy matin

ce saiziesme jour de janvier mil six cents

soixante dix sept6



֍ ֍ ֍ ֍ ֍


Notes :

1 mot incompris

2 Peut-être pour goule = vampire femelle ?

3 charogne

4 feuilles

5 Lecture douteuse