Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1730 Fermier et voiturier à Dompierre
Par : dozeville
Publié : 14 février

1730 Fermier et voiturier à Dompierre

Quoi de plus banal qu’un bail chez un notaire ? Il est des cas où cela recouvre une autre activité. Ici, le bailleur, maître des grosses forges de Varennes, assure le bon fonctionnement de cette forge qui nécessite le concours de nombreux voituriers.

Le fermier ne pourra échapper à sa tâche.

Le vingt et unième jour de juin mil sept cent-trente, au château de la Ferrière avant midy, fut présent Maître François Poisson, sieur des Ormeaux, au nom et comme procureur de messire Jean Batiste Louis Berrier, chevalier, seigneur comte de la Ferrière, conseiller d’état ordinaire, et grand doyen de messieurs les maîtres des requêtes, demeurant au château et parroisse de Bretoncelles, pays du Perche, de présent en ce lieu, lequel audit nom a baillé à titre de ferme, et loyer pour neuf années entières et consécutives, qui commenceront au premier jour de may prochain et finiront à pareil jour, à Jacques Gossin, laboureur de la parroisse de Dompierre, présent preneur et acceptant, la jouissance du lieu de la Métayrie de Vaujois,\ avec le haut du grand pray/ scittuée ditte parroisse de Dompierre, ainsy quelle se poursuit et comporte que le preneur a dit bien connoitre pour en jouir actuellement, à la charge par luy preneur d’en jouir en bon père de famille sans malverser, labourer, fumer et ensemencer les terres en tems et saisons, tenir les prés en bonne nature de fauche, entretenir les ruisseaux qui servent pour les arroser, et en payer des ferme audit sieur bailleur audit nom, la somme de quatre cent-soixante-dix livres chacun an, à deux termes et payements égaux par moitié de six mois en six mois, de payer en outre par ledit preneur sens1, rentes et devoirs seigneuriaux en cas qu’il en soit dû, de faire les approches des matéreaux nécessaires pour les réparations seulement des bâtiments de ladite terre, d’entretenir les plants même de planter les jeunes arbres qui luy seront fournis par ledit sieur bailleur, qu’il armera d’épinnes et conservera 2 des besteaux, et s’il s’en trouve des anciennes qui soient mortes et dépéries, ledit preneur en pourra disposer à la charge par luy d’en fournir et planter à ses frais de jeunes en la place des anciennes, de fournir pour faisances audit sieur bailleur cinquante livres de beurre frais en coin3, six chapons gras à la chandeleur, douze poullets à la Saint Jean, six journées de charrois en charges qui luy seront indiqués par ledit sieur bailleur à trois lieues de distance de la forge de Varenne, parce que ledit sieur bailleur le nourira le tout chacun an, de voiturer ledit preneur la cinquième partie des gueuses qui seront faittes au fourneau du vieil moulin, à la forge de Varenne, pour raison de quoy luy sera payé par ledit sieur bailleur, où tenu compte sur ses fermes, trente sols par chaque gueuse, et d’entretenir ledit preneur le nombre de six chevaux pour faire les voitures de mines et charbon dont ledit sieur bailleur aura besoin pour ses dittes forge et fourneau, en quelques lieux qu’ils soient scittués, le tout aux loyers ordinaires de laditte forge, d’habiter par ledit preneur ledit lieu, et le tenir garny de meubles morts et vifs sufisamment pour la seureté de l’exécution du présent bail, qu’il ne poura céder ny transporter en tout ny partie sans le consentement dudit sieur bailleur, et sans pouvoir par ledit preneur couper, ny tailler aucuns bois par pied ny branche que les taillable en saison propre, en réparant les hayes et fossés suivant l’usage ordinaire, enlever ny divertir aucuns foins, pailles ny engrais, chaumes ny litiéres, qu’il fera consommer sur ledit lieu, et délivrera une grosse en forme du présent audit sieur bailleur dans le mois, à quoy et à tout ce que dessus ledit preneur s’oblige et par corps. Dont ayants donnés lecture aux parties nous les avons jugés, ce dit jour et an. Présents Maître Julien Barbée, controlleur4, et Étienne Gervais Bellanger, bourgeois de la Ferrière, témoins, et en considération du présent ledit sieur bailleur donnera audit preneur, le nombre de quatre cents de fer, à raison de deux sols la livre et pour la somme de six livres de bois de chêne en fouteau propre à faire des charrettes, chacun an. En interligne : avec le haut du grand pray. Un mot rayé nul approuvé5




Notes :

1 Sens = cens – impôt que le vassal paie à son seigneur

2 protégera

3 motte

4 Mot incertain

5 AD61 4E31/42/1 Transcription originale de J. Mauduit