Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > Aimait-il (trop) ses paroissiennes ? (2 - La défense du curé)
Par : dozeville
Publié : 27 décembre 2020

Aimait-il (trop) ses paroissiennes ? (2 - La défense du curé)

Louis Lemoine se défend en usant de la pratique du monitoire qui permet de rechercher des témoins. Il envoie également une supplique au bailly d’Alençon.

On verra plus tard comment il répond aux témoignages lors des confrontations.


Monitoire en faveur de Louis Lemoyne

Le 29/11/1715



A l’encontre de certains quidans malfacteurs et malfactrices, lesquels ne craignants d’offencé dieu ny leur prochain, auroyent en hayne d’un procès que ledit sieur curé auroit eu contre eux pour les obliger à luy payer certaine dixme depuis plusieurs années. Lesdits malfacteurs, complices et adhérants auroyent conserté entr’eux de le perdre à quelque prix que ce soit, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs et adhérants ont esté plusieurs fois en la ville de Sées pour dénoncer ledit sieur curé de Mongaroult à messieurs de l’officialité, sans se vouloir rendre partye menassant mesme lesdits sieurs officiers s’il ne se vouloyent pas rendre partie qu’ils les y seroyent obliger, et ne voudroyent déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs ont sollicité un particulier de Fontenay de se rendre dénonciateur contre ledit sieur curé aux offres de luy fournir une somme considérable ce qu’il n’a voulu faire, et ne voudroyent déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs et adhérants ont gaigné par argent une certaine personne pour se rendre partye et dénonciateur contre ledit sieur curé, et ne voudroyent déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs et adhérants sont allés de maisons en maisons chercher et solliciter des personnes de touttes aages et sexe de déposer des choses fausses contre ledit sieur curé, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs et adhérants ont mené et conduit par plusieurs fois le dit dénonc[iateur] en la ville de Sées et l’ont présenté auxdits officiers et promoteurs pour le faire recevoir dénonciateur, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que ledit dénonciateur est un homme qui travaille journellement à faire toille pour lesdits malfacteurs pour gaigner sa vie et qu’il est un homme de mauvaise réputation, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance des vols que ledit dénonciateur a fait tant de nuit que de jour en ladite parroisse et nottamment dans la maison de Gilles Petit aux années précédentes, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance et seroyent porteurs de billets ou reconnoissance dudit dénonciateur f’avoir commis lesdits vols, ne les voudroyent représenter les ayants rendus publiqus et les montran à plusieurs personnes et gens digne de foy, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs et adhérants ont offert de l’argent à plusieurs personnes pour déposer qu’ils auroient veu ledit sieur curé comettre le péché de la chair avec des filles dans l’églize de Mongaroult nottamment à un particulier d’Ecouché auquel ils luy offrirent cent sols disant que ce ne seroit que le denier à dieu s’ils vouloyent le faire, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ledit particulier d’Ecouché et ceux et celles auxquels il a dit audit lieu d’Ecouché la proposition qui luy avoit esté [faite] et dit qu’il avoit refusé lesdits cents sols qu’il n’avoit qu’un âme à sauver et qu’il avoit eu mal à l’esthomath d’avoir veu et commis la fauvaise foy desdits malfacteurs , et ne voudroient le déposer.

- Contre lesdits malfacteurs et adhérents et ceux et celles qui l’auront entendu dire que s’ils n’avoyent pas de tesmoin assez pour déposer à leur mode, ils en feroyent plus de dix contre le bougre de sorcier, parlant dudit sieur curé, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que la femme dudit dénonciateur auroit, il y a environ la fête de la Toussaint dernière, assommé dans le four à baon de Goulet, la femme de Jean Fournier, de coups dont elle mourut peu de jours après. Il s’ensuivit un accomodement fait avec ledit dénonciateur et ledit Fournier pour justifier que ledit dénonciateur et sa femme sont gens de mauvaise vie et réputation, capable de tout entreprendre sans crainte la justice ny l’impudi[cité] de leurs crimes, et ne voudroyent le déposer.1

- Contre ceux et celles qui ont connoissance qu’un desdits malfacteurs auroit ….. en personne tous les exploits faits sous le nom dudit dénonciateur aux tesmoins qui ont esté entendus en laditte ville de Sées, lesquels il auroit exorté d’aller diligemment audit lieu de Sées et de bien déposer pour tirer de prison un des malfacteurs que le bougre de curé y auroit fait mettre. Lesdits tesmoints estant encor encouragés par la femme d’un des malfacteurs ou adhérants en leur disant : "Il faut bien mieux perdre un curé dont on ne manque pas que deux bons habitants qui payent bien la taille à la parroisse", et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance qu’au moment de ce discours entendirent une voye qui dist : " Dame nous voilà bien instruicts, tous il nous faut bien prendre garde de rien dire contre lesdits malfacteurs mais il faut toujours bien charger et déposer contre le curé", et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que ce n’estoit point ledit dénonciateur qui payoit les tesmoints de leur taxe mais bien un des adhérants desdits malfacteurs qui alloit quérir l’argent dans une certaine maison de Sées où estoit enfermé un desdits malfacteurs qui fournissoit les sommes tant pour le payement des tesmoints que pour les autres diligences, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs et adhérants sont allés dans plusieurs maisons de Mongaroult sollicité fortement des personnes de déposer qu’ils avoient veu ledit sieur curé commettre le péché de la chair avec des filles dans l’église et qu’il les avoit sollicitées au mal dans le confessionnal, et ne voudroyent le déposer.

- Contre ceux et celles qui ont connoissance que lesdits malfacteurs ont obligé par menaces et mauvais traitements une de leur nnièpce de dire plusieurs calomnies contre l’honneur et la réputation dudit sieur curé et qu’il l’avoit sollicité au mal dans le confessionnal, ce que laditte fille ayant fait mais depuis reconnoissant la fausseté de ce discours, elle en auroit demandé pardon audit sieur curé [en] présence de personne religieuses et d’autres personnes d’honneur et que les choses luy avoient esté sugerée par ledit malfacteur et jettée hors de la maison sans luy avoir voulu payer les services, et ne voudroyent le déposer.

- Et généralement contre ceux et celles qui, desdits faits, circonstances et dépendance ont veu, seu, connu, entendu, ouy-dire ou aperçu aucunes choses qu’ils ayent à le déclarer sous peine d’excommunication.2


Supplique Louis Lemoine

le 27/4/1716


Monsieur le Bailly d’Allençon,

Suplie humblement maistre Louis Lemoine, pretbre, curé de Mongaru, prisonnier aux prisons de l’officialité de Sées

Et vous remonstre qu’il y a plusieurs années qu’il mis en action Christophe et Nicolas Lefebvre, frères, de la parrroisse de Mongaroult pour les faire condamner luy payer certaines dixmes dont ils prétendoient de le desfendre mais ils y furent condanner. Depuis lequel temps, ils ont consceu une haine mortelle contre luy, en sorte qu’ils ont publié partout et en tous lieux où ils se sont trrouvés qu’il estoit un sorcier, un infame qui abusoit des filles et des femmes de sa parroisse jusques dans son église et autres infamies des plus atroces scandaleuses qu’on puisse s’imaginer dont ledit supliant a rendu sa plainte devant vous. Et sur la déposition des tesmoins qu’il a fait entendre vous les auriez décreptés de prise de corps et fait emprisonner.

Ils ont en récrimination de cette poursuitte cherché et solicité plusieurs personnes pour déposer ces chose contre le supliant ou pour se rendre dénonciateurs contre luy, leur offran de l’argent et de servir eux mesme de tesmoins et pour en produire bien d’autres aux dépens de leurs biens. Plusieurs l’on refusé. Ils ont trouvé un nommé Guillaume Martel de Goullet, un avéré volleur de nuit et de jour comme il est à votre connoissance puisque pour ce subjet vous l’aviez décrepté de prise de corps et c’est enfuy. Lesdits Lefebvre ne furent pas longtemps sans trouver un nommé Anthoine Ouilly, leur nepveu de la parroisse d’Escorches, la femme duquel ils avoient fait entendre, qui vient présenter la requeste à l’officialité de Séez qui a esté receu à prendre la suite de ce procès sans qu’on en ait jamais rien signiffié ny déclarer audit sieur suppliant qui a fait faire plusieurs sommations tant aux officiers de ladite officialité qu’audit Ouilly d’achever l’instruction pour parvenir au jugement déffinitif dudit procès. Lesdits sieurs officiers s’entendant avec ledit Ouilly ne se mettent en état d’y travailler espérant ennuyer et faire périr le supliant dans une infame prison.

Ledit Martel rentre en luy-même et reconnoissant sa faute dans le saint temps de Pasques a fait signiffier audit sieur suppliant un désistement et repentir d’avoir fait et rendu ces plaintes mal à propos contre luy dont il luy demande pardon, reconnoissant que sca été à la solicitation et instigation desdits Lefebvre qui ont fait la despense de tout ce qui s’est fait. L’on a signiffié le désistement au greffe de l’officialité, mais le sieur Herouard, promoteur, qui n’a dans toute la procédure fait que des actes de partie contre ledit sieur curé, publie que c’est un homme gaigné par argent que ledit Martel, qu’il n’en ira pas moins son chemin contre ledit sieur supliant. Cet acte n’a pas néanmoins laissé de faire quelqu’impresions sur l’esprit des uns et des autres puisque par un dernier coup lesdits Lefebvre ont gaigné leur niesse que ledit Nicolas emporta en trousse3 et la produisit audit sieur Herouard qui luy dist qu’elle étoit grosse pour ledit sieur supliant. Ledit sieur Herouard, ravy de cette nouvelle découverte au lieu de la faire assigner sur le champs pour estre ouye et recollée et confrontée audit sieur curé l’a menée ches Monseigneur l’Evesque de Séez pour le distraire de quelques bonnes intentions qu’il auroit pû avoir pour ledit sieur supliant disant en marchand dans les rues : "Voilà une malheureuse qui est grosse pour le sieur curé de Mongaroult".

L’on a dit audit sieur supliant qu’après cette production, ledit seigneur evesque dist audit sieur Herouard de s’en aller et faire par cela son devoir mais ledit sieur Herouard, au lieu de procéder dans les formes comme il est prédit, hamène cette misérable folle et insensée dans la chambre du concierge de ladite officialité et fait desendre le supliant et la luy présente en luy demandant s’il congnoisoit cette fille. Il répondit que ouy, pour une folle et insensée qui couroit les champs.4 Ledit sieur Herouard luy répondit qu’elle ne paroissoit point en folle et qu’elle parloit fort juste. Elle déclara audit sieur curé qu’elle estoit grosse pour luy. Il luy demanda en quel temps et en quel lieu, il l’avoit coïté. Elle répondit que c’estoit dans sa maison, il y avoit quatre à cinq mois. Ledit sieur curé luy demanda par où elle étoit entrée dans cette prison veu qu’il y a plus de six mois qu’il y est prisonnier. Cette conversation fut finie, mais comme de cette déclaration fut publiée par toute la ville, elle alla jusque aux oreilles du sieur curé de la Place vicaire de la Place, il la fut voir et la reconnut pour estre celle qui luy étoit venue il y avait quelque jours faire deffences de marier un certain garçon à un autre qu’à elle parce qu’il l’avoit engrossée estant en service ensemble sous promesse de l’espouzer5 sy ledit sieur Herouard ne l’avoit point laisser en faire sans la faire entendre toutes ces raisons paroistroient au procès qui serviroient à faire connoistre l’injustice qu’on luy fait et à justiffier de son inocence et faire condanner lesdits Lefebvre en sa réparation d’honneur et en tous ses dépens, dommages et intérest.

Pour y parvenir, il a recours à votre authorité.6




Notes :

1 Aucun témoignage ne fait allusion à cette accusation

3 En croupe ?

4 6 mois plus tôt il en fait état autrement dans le monitoire.

5 On ne trouve pas le témoignage de ce vicaire dans les pièces du procès