Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > Les contrats de mariage > 1719 Tristan et Yseut : nouvelle version ?
Par : dozeville
Publié : 30 avril

1719 Tristan et Yseut : nouvelle version ?

Enlèvement consenti d’une damoiselle le jour de son mariage : le mari met plus d’un an à porter plainte.

JPEG - 195.5 ko
Enluminure figurant deux scènes du Tristan und Isold (de) de Gottfried von Strassburg (XIIIe siècle). Dans la partie supérieure, Tristan et Iseut s’enfuient de la cour du roi Marc’h. Dans la partie inférieure, le roi Marc’h surprend Tristan et Iseut endormis, l’épée de Tristan séparant chastement les deux amants.

A monsieur le bailly d’Allençon ou monsieur son lieutenant général à Argentan,


Supplie humblement Jean Busnel, écuier, sieur du Mesnil de la paroisse de Saint-Martin-l’Eguillon


Et vous remontre qu’ayant été engagé à la recherche de damoiselle Magdeleine Hardrey, veufve de François Bouvet, sieur des Bordeaux, de la paroisse de Lonlay-l’Abbayie, ils auroient passé un contrat de mariage le vingt quatre septembre mil sept cent dix huit1 dans l’espérance de faire les solennités du mariage selon qu’elles sont prescrittes par l’église en prennant pour cet effet des temps convenables, et étant absent de sa maison le 26 dudit mois de septembre, il fut surpris de trouver à son retour un placart à sa porte portant une sommation qui luy étoit faitte de la part de ladite damoiselle Hardrey par Lemeunier, sergent à Rasnes, de se trouver par le suppliant sur les onze heures du matin dudit jour 26 de septembre en ladite paroisse de Saint-Martin-l’Eguillon par devant le sieur curé dudit lieu pour s’épouser, protestant en cas de retardement que ladite damoiselle Hardrey en emporteroit tous ses dommages et intérêts et comme le suppliant avoit manqué l’heure quy luy étoit prescritte par ladite damoiselle Hardrey à cause de son absence, il luy témoigna par un exploit du mesme jour au soir et par le ministère du mesme sergent qu’il trouva encore sur les lieux qu’il n’avoit pas moins d’empressement qu’elle de célébrer et de consommer leur mariage et pour cet effet il fit insinuation de se trouver devant ledit sieur curé de Saint Martin le 28 dudit mois.

La damoiselle Hardrey s’y rendit en effet mais le sieur curé de Saint Martin ayant fait quelques difficultés de leur administrer le sacrement sous prétexte qu’il ne connossoit pas l’écriture du sieur curé de Lonlay, le sieur Thébault, facteur des forges de Boucey s’engagea de faire procéder à la célébration du mariage ledit jour 28e de septembre2 et les parties s’étant rendues à disner chés le nommé Les Bissons, hôte au bourg de Boucey, ledit sieur de la Chapelle Douesnel se retira lorsqu’on donnoit le décert en faisant des excuses de sa retraite sous prétexte qu’il avoit des affaires pressantes chés luy et ayant été faire accomoder son cheval, sortit un moment après ladite damoiselle Hardrey qu’il monta en croupe et l’enleva ainsy que le suppliant l’appris peu de temps après, ayant lesdites parties laissé ledit sieur de Bordeaux3 avec ledit sieur du Mesnil dans la chambre. Et comme il fut informé du départ dudit sieur de la Chapelle et de ladite damoiselle Hardrey, il monta à cheval et les suivit en laissant ledit sieur du Mesnil seul au bourg de Boucey.

Il n’y a pas de doute qu’un tel elèvement ne soit criminel dans toutes ses circonstances, encore bien qu’il paroisse que ladite damoiselle l’ait consenty. En effet, c’est violer les droits de l’église que d’ôter à un mary une femme qu’il vient d’épouser, et, si ladite damoiselle Hardrey n’avoit pas trouvé le secours et les suggestions desdits sieur Douesnel et de Bordeaux, elle ne seroit pas tombée dans ce crime, égallement condamné par les lois civilles ce qui engage le suplliant d’avoir recours à l’autorité de la justice.

A ces causes, monsieur, il vous plaise recevoir la plainte dudit sieur du Mesnil dudit rapt et enlèvement, luy permettre de faire assigner témoins devant vous pour en estre informé et ensuite prendre telles conclusions qu’il appartiendra tant pour faire juger que ladite damoiselle sera condamnée de revenir en sa maison que pour ses dommages et intérêts contre lesdits sieurs Douesnel et de Bordeaux solidairement comme autheurs dudit enlèvement et vous faites justice.

Présenté à Argentan le 14e d’octobre 1719.

Signé J Busnel avec paraphe4




Notes :

1 Contrat à Tinchebray. Séparation de biens

2 Le mariage a bien lieu à cette date à Boucé

3 Ce sieur de Bordeaux est le fils de la damoiselle et de son premier mari.