Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > 1729 Par une belle soirée de printemps
Par : dozeville
Publié : 14 avril

1729 Par une belle soirée de printemps

Une soirée idyllique va se trouver gâchée...


Monsieur le lieutenant général

civil et criminel au baillage d’Argentan


Suplient humblement et vous rendent plainte Thomas Grancher la Lousse et Anne Grancher sa fille à l’encontre de François et Mansuet Dudouit frères,


Disants que le six de ce mois, sur les huit heures du soir, ledit Grancher s’étant allé promener dans les champs avec son fils, prestre, il auroit laissé laditte Anne Grancher, sa fille, à la porte de leur maison assise à causer avec son jeune cousin, tavernier, où seroit survenu le sieur Loison, les plaines, auquel ils auroient présentés un siège et étant tous assis et leurs sièges rangés contre le mur de la maison, lesdits François et Mansuet Dudouit, frères, dont l’un est vitrier et l’autre perruquier, auroient passés et repassés par plusieurs fois devant laditte porte ne cherchant l’un et l’autre que l’occasion d’insulter ledit Loison et sa compagnie, ce qui avoit été par eux prémédité puisque dans la rue des Capucins, l’un des dits Dudouit disoit : "C’est moy qui vais les attaquer et si la bougresse s’y mest, je vais luy en donner aussy."

En effet comme lesdits Dudouit repassoient, celuy qui est perruquier quitta le millieu du pavé et sondit frère, s’aprocha dudit Loison avec affectation de le heurter. Ce qui obligea ledit Loison de dire audit Dudouit de passer sans insulter personne. Alors ledit Dudouit perruquier qui avait une grosse canne à la main en porta plusieurs coups sur ledit Loison que laditte Grancher fist entrer dans laditte maison pour éviter plus grand bruit et, en mesme temps, ledit Dudouit porta un coup de sa ditte canne par la teste de laditte Grancher dont elle est grièvement blaissée à l’oeuil gauche et dont elle jetta beaucoup de sang par le née ainsy qu’il paroistra par le refert1 des chirurgiens qui l’ont vue et visitée. Ledit Dudouit traitant laditte Grancher de bougresse et disant qu’elle croyoit épouser ledit Loison, mais qu’elle ne l’épouseroit pas2 et en proférant quantités d’autres blasphèmes qui obligèrent le sieur Grancher, antien curé des Loges, de mettre la teste à sa fenestre et de dire audit Dudouit de passer son chemin, à quoy ledit Dudouit répondit "Boug… ferme ta fenestre sinon je te vas casser la teste ».

Le tout offert prouver et comme c’est un fait prémédité entre lesdits Dudouit ainsy qu’il sera prouvé par les circonstances du fait et que de telles violences et insultes ne peuvent estre punies trop sévérement.

A ces causes, monsieur, vu le resert des chirurgiens cy attaché, il vous plaise recevoir la plainte des suppliants, ordonner qu’il sera extraordinairement informé aux fins de leur dommages et intérest… et accorder à laditte Grancher une provision pour médicaments et vous feres justice.

Présentée ce 8 juin 1729.


signé Anne Grancher3

------------------------------------------------------------------------------

1 Le rapport des chirurgiens joint à la plainte (non transcrit)

2 Le mariage aura lieu le 18 juin 1730 à l’église Saint Germain.