Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > Argentan : le manuscrit de Thomas Prouverre
Par : dozeville
Publié : 30 janvier

Argentan : le manuscrit de Thomas Prouverre

Voici le début de la copie de la transcription de ce manuscrit du XVIIe siècle que fit Xavier Rousseau en 1927.

La transcription et l’original ont été détruits le 6 juin 1944 dans l’incendie du presbytère, consécutif au bombardement aérien d’Argentan.

Remarques extraites des registres et tiltres de l’Église paroissialle de Saint Germain d’Argentan qui se trouvent du depuis 1280 assez curieuses et glorieuses à la dévotion et libérallité des habitans qui l’ont conduite au degré de perfection où elle est, passant, au jugement des plus sçavans, en l’architecture et sculpture pour une des plus belles et mieux prinse de la province en son contenu et peut estre du Royaume par Thomas Prouverre, sieur de Bordeaux, ancien thrésorier de la dite église1.


Le projet de Thomas Prouverre2


Je n’ay point d’intention de passer pour historien, je n’en ay ni la suffisance ni le talent, mais deux ou trois raisons m’ont fait naistre le dessain de faire congnoistre comme notre église est arrivée en l’estat de beauté où nous la voyons. Le seul aspect de l’édifice donne de l’estonnement, dans la réflexion des moyens que l’on a pu tenir pour en venir à bout, considéré l’extresme dépense qu’il y a fallu faire.

La première raison que j’ay eue de l’entreprendre est que je n’ay jamais rien remarqué en aucun auteur ni de ses commencemens, ni de ses suites. Le père Prouverre Cisteaux3, jacobin de la famille d’Argentan dans l’histoire qu’il a faite du diocèse de Sais fait mention des fondateurs de toutes les maisons religieuses de cette vile et d’autres églises, il ne dit pas un mot de Saint Germain ni de Saint Martin. Je me souviens de 55 ans et d’avoir prins le plaisir de tous les enfans qui est d’entendre les grands pères et les grandes mères, sur les antiquités de la ville, des belles galeries du chasteau, de sa closture et belles tours à l’arrière de l’horloge, de la belle forteresse du donjon, de l’establissement de Sainte Claire, de la dévotion des dames duchesses d’Alençon pour l’hôpital, et à l’égard de nos églises ils n’en savoient point d’autre particularité, sinon que du temps de la ligue, les huguenots les avoient pillées et dérobé leurs richesses, que Bèze avoit presché à Saint Germain, sans aucune connoissance du précédent et en effet il ne se trouve des registres que du depuis 1552, à la réserve d’un petit qui ni a été congnu que du depuis 15 ou 20 ans, donné au thrésor par monsieur du Pastis Hérembert auquel on donna une place dans l’église par recognoissance. Il commence en 1410 duquel j’ay bien tiré de la lumière pour congnoistre ce qu’était l’église en ce temps et comme elle estoit gouvernée avec bien de la paine de le deschiffrer aussi bien que les aultres tiltres en la plupart, dont escriture est très difficile à lire, ce qui a peu empesché par le passé qu’aucun s’y soit appliqué.

La 2e raison de mon dessain a été l’ocasion qu’estant thrésorier en charge en l’année 1668 et ayant à faire de certain contract pour le thrésor, je l’alay chercher dans un cofre qui estoit fermé avec deux bonnes clefs qui ne s’ouvraient qu’avec un secret qu’il faloit scavoir, dans lequel estoient les registres, tiltres, lettres, renseignements du thrésor, si confusément et en si grand désordre que pour trouver le plus considérable il faloit lire jusqu’à ce qu’il se rencontrat au hasard, n’ayant aucun timbre explicatif de la pièce et en la pluspart de très difficile escriture.

Et ça esté la 3e raison qui m’a engagé à ce travail pour les mettre en ordre et en estat de pouvoir trouver facilement ceux dont on peut avoir besoin dans les occasions qui se présentent très souvent, à quoy j’ay travaillé par plus d’un an et en ce faisant tiré tout ce que j’ay trouvé de plus remarquable tant en la conduite du dedans de l’église que des augmentations du revenu et bastiment, du depuis 1410, et pour y plus facilement réussir, j’ay séparé les pièces qui font mention des fieffes, rentes et fondations, séparé encore les siècles, or il s’en trouve qui sont 1400, 1500 et 1600, et quelques uns du paravant. J’en ai fait des liaces que j’ay marquées d’une lettre de l’alphabet, numéroté les pièces de chacune par année en sorte qu’estant toutes remises en confusion, il serait facille de les remettre en cet ordre pour les arests, sentences, reguistres, délibérations, réglemens, statuts, lettres et toutes autres pièces en liaces comme ci-dessus, pourquoy j’ai lié tous les registres et pièces y contenues, entre lesquels est le petit registre cy devant mentionné qui commence en 1410 et y sont contenus 20 comptes qui ne sont pas de suite raportés par cahiers bien lacérés en la plupart. Il contient 196 feuillets, il finit en 1477.


Les paroisses d’Argentan


Différents entre les paroisses de St Germain et de Saint Martin


Il paroist par les premiers qu’il y en doit avoir du paravant et par d’autres pièces qui seront à la suite insérées que en 1280, 1290 et 1292 la paroisse de Saint Germain existoit paroisse et avoit son curé. Je y ay encore trouvé un arest de la cour de parlement de Rouen donné en 1664 sur un grand différent mû entre les deux paroisses de Saint Germain et de Saint Martin pour leur prééminence et antiquité, arrivé par les provisions de Maître René Mahot pourvu curé de la démision que luy en avoit faite Maître Christofle Mahot, son oncle en l’année 1649 conçeue en ces termes :

...s’est démis de la cure de Saint Martin avec Saint Germain son annexe...

ce qui irrita les paroissiens de Saint Germain en sorte qu’il en arriva un million de dissensions à la suite avec des emportements de costé et d’autres jusques aux séditions en les assemblées publiques dedans les églises contre [l’]honneur de Dieu et au grand scandalle des uns et des autres, comme il sera déduit en son lieu, c’est ce qui commença dès le premier instant de sa prinse de possession et pourquoi le susdit arest fut donné qui fait les deux églises esgales en tous honneurs alternativement mais qui n’a pas terminé les différents survenant tous les ans en certaines cérémonies, de nouvelles explications de quoy il sera fait mention en son temps.

Il est remarquable icy comme pour servir d’advertissement que ce démeslé a esté le plus grand trouble et le plus considérable dans ces mauvais effets que j’aye remarqué tous les 270 ans de comptes qui se trouvent dan l’église non pas seulement à l’égard des églises mais encor des peuples qui, plusieurs fois, ont pensé en venir aux dernières extrémités de sédition et sans autres fondemens qu’imaginaires pour l’antiquité prétendue de leurs église sans en congnoistre aucune origine ne se trouvant pas de pièces bien authentiques qui en facent mention.


Origine des paroisses de St Germain et de Saint Martin


Les raisonnements des plus intelligens va à croire que sont esté autrefois deux différens bénéfices dans le temps que la ville existoit plus ample et plus peuplée, laquelle fut bruslée par Henry premier, roy de France en 1037 du règne de Guillaume Lebastard comme je le remarque dans l’Histoire de Normandie et il se peut estre que les églises ne furent pas espargnées comme je l’ai remarqué en celle de Saint Germain qui estoit fort peu considérable il y a 250 ans, qui réédifiées médiocres et avec moins d’habitans ont pu estre mises soubs la direction d’un seul pasteur.

Et comme c’est avec déplaisir que j’ai vu toutes ces altercations et que ce n’est point mon dessain d’extoller4 l’un pour déprimer l’autre et que je n’ay aucune congoissance de ce qui a esté anciennement l’église Saint Martin l’ayant preque toute vue bastie de nostre temps, je ne prétends dire aucune chose qui en cet égard puisse déplaire à personne mais bien pour ma propre satisfaction, remarquer par l’instruction des tiltres comme notre église a esté construite en l’estat qu’elle existe, et pour l’instruction des thrésoriers futurs comme elle a esté dirigée de depuis 270 ans jusques à présente année 1674.


Tiltre qui marque l’église de Saint Germain paroisse de 400 ans


Les plus vieux tiltres que j’en ai trouvé sont un contract d’une vente de maison située en la paroisse Saint Germain tiré du chartrier des pères Jacobins, le dit contract en latin qui porte comme Guillaume de la Tour, clerc, et Jean de la Tour, gendarme, ont vendu à Jean Le Bon, bourgeois d’Argentan, une maison sise en la paroisse de Saint Germain par soixante sols de rente par contract passé [à] Argentan en septembre 1280 scellé de deux sceaux.

Un autre contract en latin par lequel Radulphe Osbéri aumosne aux pères Jacobins, du consentement d’Aletie sa femme un manoir pour édifier leur couvent qui finit ainsi :

Ego dictus Radulphus Osbéri hanc praesentem chartam sigilli mei unimine confirmavi actum ac datum anno 1290 die veneris in vigilia apostolorum Simonis et Judoe coram parrochio Sancti Germani de Argentono.

Un autre contract par lequel Gefroy de Monoville chapelain de la chapelle du chasteau de Argentan, vend aux frères prêcheurs un manoir assis en la paroisse de St Germain, ledict contract en latin fait en juillet 1292 scellé d’un sceau à longue queue.


Tiltre qui marque la piété des paroissiens de Saint Germain vers la Vierge


Une permission de Monseigneur le duc d’Alençon aux demeurans en la paroisse de Saint Germain d’Argentan d’assoir sur eux la solde de 300 livres tournois pour rédifier la chapelle de Nostre Dame de la Place ruinée, en date du 22 janvier 1461, chose reprochable à ceux de Saint Martin, si leur paroisse existoit, ladite chapelle estant en leur district.


Ces pièces sont en la 5e liace des délibérations en laquelle est l’arest de la cour à la lettre O, bien collationnées sur les originaux par monsieur le lieutenant du baillif.

N’ayant trouvé dans tous les tiltres que ces pièces plus anciennes que le petit registre dont j’ai tiré ce qui se verra à la suite, et pour rendre intelligible leur façon d’agir, il m’a semblé nécessaire de transcrire tout au long les deux premiers comptes qui se trouvent dans ledit registre, le premier étant rompu dans son tiltre qui doit faire mention des noms des thrésoriers, ce qui ne se congnoistra que par le deuxième qui est plus entier.



Analyse des comptes du XVe siècle5


Ordre d’élire les thrésoriers


L’ordre qu’ils observaient estoit d’élire deux thrésoriers à chaque visite de l’archidiacre du Houlme, qui n’estoit pas réglé annuellement, devant lequel ils rendoient leurs comptes en présence des paroissiens sans nommer ni monsieur le curé, ni officiers, mais seulement les présents.

L’on donnoit à disner à monsieur l’archidiacre sur les comptes du thrésor. Messieurs les thrésoriers et quelques autres considérables disnoient avec lui, et en coustoit 20, 30, jusques à 45 sols quelquefois, selon la qualité de ceux qui si trouvoient, qui estoient des hommes notables. Le vin ne valant que xx6 deniers le pot et le bled autant le boisseau, comme il est marqué au compte suivant. Outre quoy il estoit encore payé à monsieur l’Archidiacre pour l’establissement ou continuation de messieurs les thrésoriers quelquefois 5 sols d’autres 7 sols.


Premier compte rendu pour 3 ans 1410, 1411, 1412 par Louis Barey et Vincent Lecoq


Le premier feuillet du premier compte de 1410 étant rompu comme il est dit cy devant, commence au 2e feuillet ainsi :

Autre recepte des rentes appartenant à ladite église pour l’an 1410 et au dessous sont escrits les noms de dix particuliers avec les sommes tirées au bout de chaque ligne qui se montent toutes assemblées à 3 livres tournois 14 sols

Plus bas est escrit :

Autre recepte pour l’an 1411 et comme il y a encore des feuillets rompus et que la suite de ce compte ne se congnoist pas bien, il sera mieux expliqué par le suivant.

La recepte de ces trois années montoit à 94 livres tournois 2 sols 6 deniers.

En la page suivante est escrit :

Mises faites par ledit thrésor sur toutes les recettes cy devant faites :

-Pour la venue de l’Archidiacre, pour dépenses faites avec luy et luy avoir payé pour sa stade et d’avoir été présent au compte qui ne s’est rendu qu’une fois en 3 ans 28 sols

-Pour une piscine proche les fonds….30 sols

-Pour une serrure au couvercle desdits fonds…..20 sols

-Pour du buis au dimanche des rameaux….6 sols

-Pour xi7 pots de vin pour la pasque pour ceux qui reçoivent le corpus domini à xx deniers le pot…..17 sols 4 deniers

Les plus considérables sommes estoient pour le luminaire pour les festes de Nostre Seigneur et de la Vierge qui alloient jusques à 100 livres tournois de cire à 3 deniers 4 sols

Alloué pour les frais des 3 comptes 40 sols. La dépense des dites 3 années s’est montée à la même somme de la recepte.


Remarque qui fait congnoistre que l’on ne communioit qu’une fois l’an, à la réserve de très peu de personnes.


J’ay remarqué à la suite qu’en ce temps, il ne faloit point prescher contre la fréquente communion n’estant dépensé aux festes de Noël et de Pentecoste q’une pinte de vin pour les communiants qui en usoient jusques à 20 pots à Pasques et personne ne communioit sans prendre du vin.


2e compte rendu par louis Barey et Vincent Lecoq pour 1413


Ce compte se treuve plus entier que les précédents et il paroit estre le 4e rendu par les mesmes thrésoriers. Le tiltre en est conçu en ces termes :

Le compte qu’ont fait et rendu Louis Barey et Vincent Lecoq, thrésoriers de Saint Germain d’Argentan à causes des receptes et mises qu’ils ont faites pour le thrésor de ladite église du depuis le 26 de mars 1413 jusqu’à ce jour 1414

Recepte des rentes dues au terme de Saint Michel au thrésor de ladite église, au desoubs dudit sont escris dix noms et les sommes tirées en ligne reviennent à 3 livres tournois 15 sols 6 deniers

Et plus bas est escrit :

L’abé du couvent de Saint Wandrille un septier de froment mezure d’Argentan8 que ledit thrésor a coutume de prendre chacun an sur la grange dimeresse d’Argentan à prix usagé chacun boisseau à vingt deniers ... 26 sols 6 deniers

Dudit abé et couvent un cent de fromentas9 à prendre sur ladite grange pour estre espandu en ladite église la nuit de Noël.

Autre recepte à cause des rentes que ledit thrésor a coutume de prendre sur les personnes qui sont enterrées en ladite église, c’est à sçavoir sur celles qui sont enterrée au dessus du crucifix pour chacun 40 sols et pour celles qui sont en dessoubs 20 sols.

Au dessous de ce tiltre sont unze noms et en ligne les sommes tirées au droit d’un chacun revenant à 14 livres.

Un aultre tiltre qui dit :

Autre recepte à cause des cierges bénist de ladite église, de plusieurs personnes desquelles lesdits thrésoriers l’on cueilli et serré parmi ladie église en plusieurs fois audit an … 3 livres 12 sols 6 deniers.

Autre recepte à cause de legs et dons faits audit thrésor, y sont desnommés 18 particuliers. Les sommes tirées en ligne venant à la somme de 4 livres 18 sols.

Autre recepte pour argent cueilli pour le luminaire de ladite église, cueilli et levé par les dessusdits thrésoriers par plusieurs festes et semaines audit an montant 37 livres tournois 4 sols 9 deniers obole

Total de la recepte dudit compte 65 livres tournois 7 sols 9 deniers obole

-Despense sur les receptes pour le luminaire de ladite année qui se monte à 17 livres tournois 10 sols

-Despense à cause des messes que le dit thrésor est tenu faire dire. Pourquoy l’on payait pour chaque basse messe 2 sols et pour une haute 4 sols10

-Pour vigilles et pour sonner … 2 sols

L’obligation du thrésor était par an de 20 sols

Etait alloué à messieurs les thrésoriers pour leurs comparences à chaque messe haute de fondation 12 sols

Autre despence

-pour avoir à un evesque passager par le commandement du curé et d’un bourgeois pour avoir benisqui(?) cinq grands autieux en ladite église

-pour toutes choses …..5 livres tournois

Autre despence commune tant à cause de la maçonnerie pour faire clore le cimetière qu’autres parties11 :

-A Perrin Lambert pour avoir fait de son mestier de maçon le mur pour séparer le cimetière d’avec le fossé du chastel qui venoit jusques contre l’église (lequel mur fut fait où est de présent le fondement de la croix qui est dans le milieu du cimetière et qui existoit encore quand le donjon fut abattu en 1617) fut payé au dit Lambert pour son travail …..18 livres tournois

-Pour avoir rompu la closture d’entre le pignon de l’église et la maison du petit maistre qui se dit en autre endroit l’autel du curé pour passer la charrette qui portoit les matériaux pour construire ledit mur …..5 sols


Petites maisons sur la rue baties dans un petit cimetière en 1600


Il faut icy concevoir qu’il n’i avoit point de cimetierre clos derriere l’église et que les fossés du donjon s’estendoient presques jusques contre l’église et qu’il y en avoit un vers la rue où sont de présent les petites maisons que les bas costés qui n’a esté ruiné pour faire les dites maisons qu’en 1600 comme il sera marqué en son lieu et que le mur qui fut fait en cette année 1413 estoyt celui qui fut ruiné lorsque le donjon fut abattu en 1617 et le cimetierre augmenté du depuis où est la croix jusques où il est de présent ce que j’ay vu. Il faut encor concevoir que la chapelle de Nostre Dame ni tous ses bas costés n’existoient point encor et que là où elle est il y avoit une maison qui s’apeloit la maison du petit maistre et du depuis l’hostel du curé qui alloit jusques contre la muraille de la ville entre laquelle et le pignon de l’église, il y avoit une petite cour et une petite muraille qui la séparait du cimetierre qui fut rompue pour passer les matériaux d’un mur.

Il y avoit dans le pignon de l’église une porte par laquelle le curé entroit dans sa maison dans ladite église et c’est ce que j’ay remarqué par la suite comme il se verra.

-Pour despences faites avec l’archidiacre quand il vint visiter dernièrement ladite église … 2 sols

-La recepte dudit compte monte à … 65 livres 7 sols 9 deniers

-La dépense à … 60 livres tournois

-relicataire de … 6 livres 7 sols 9 deniers

Comme par ces deux comptes l’on peut congnoistre la sorte dont on use en tous les suivants dans ledit petit registre je ne fairai plus mention des receptes ni des despence mais bien des choses que je croiré ou curieuses ou utiles.


Comptes par lesdits Barey et Lecoq pour 1414


Lesdits Barey et Lecoq rendent encore un compte pour l’année 1414 où il se remarque qu’à la feste

De Noël il fut encor acheté un cent de froments pour espandre dans l’église avec celui de la grange dimeresse, ce qui fait congnoistre la belle dévotion qu’on avoit en ce temps pour la belle litière.

-Pour 13 pots de vin pour la pasque … 21 sols 8 deniers

Autre despence à cause de la façon des houpelandes de drap de soye qu’ont donné nos dames à ladite église, c’estoit madame la duchesse et ses filles.

Ce chapitre mérite bien estre escrit en son entier pour faire congnoistre comment en usoient messieurs les thrésoriers en ce temps-là.

-A Robin Morice despendu en son hostel en la compagnie de Jean Lemoignot quand il bailla lesdits vêtements, présens ledit Robin et Jean Moignot pour ce … 5 sols

-Pour 5 vergées de toille achetée par lesdits thrésoriers pou lesdits vêtements

...12 sols 6 deniers

-Pour un quarteron de flour pour empoiser ladite toile … 10 deniers

-Et à Raoul Paré pour avoir porté à Paris lesdits vêtements pour brouder, lequel alloit en pèlerinage avec Michel Leseigneur … 5 sols

-Item pour un pot de vin despendu chez Robin Morice en la compagnie du receveur de Robin Huart quand on fist lettres à bailler à Moignot quand ledit Paré porta lesdits vêtements à Paris … 2 sols 6 deniers.


Comptes desdits Barey et Lecoq 1415


Lesdits Barey et Lecoq rendent un compte pour l’année 1415 où il fait mention de quelques batimens mais si mal expliqué qu’on ne conçoit rien. Il est fait alleu pour recouvrir la chapelle de Saint Pierre et pour ce payé pour 500 de thuille … 9 sols


Compte rendu par Guillaume Biré et Jean Charisol 1431


Icy finissent les compte et ne s’en trouve plus jusques en 1430 dont le titre est :

Le compte des rentes et autres revenus apartenant à l’église et thrésor de Saint Germain d’Argentan fait et rendu par Guillaume Biré et Jean Charisol bourgeois dudit lieu et thrésoriers de cette église pour un an commençant le 12 juin 1430 et finissant audit jour 1431.

Les rentes qui ne se montoient en 1415 qu’à 3 livres tournois 15 sols se montent cette année à 9 livres tournois 5 deniers.

-Despence faite en la compagnie de monsieur l’archidiacre12 quand il vint pour visiter et ouyr les comptes desdits thrésoriers en la présence de Jean De Pierres escuyer, Pierre Nerou, Claudin Nolet, Jean Lebrasseur, Pierre Biard, Pierre Des Rues, Jean Caillet, Jean Arasgo et plusieurs autres bourgeois … 40 sols

-Payé audit sieur archidiacre pour la lettre de confirmation des thrésoriers … 7 sols 6 deniers

-Pour 14 pots de vin pour la pasque … 42 sols

-Il se fait un grand amas de thuille pour couvrir la nef vers la rue qui n’estoit en ce temps qu’un corps de bastiment sans voûte non plus que le choeur comme il se remarque à la suite.

Dans le dernier article de ce compte est escrit :

-Rentes qui sont en non valoir pour la fortune de la guerre tant sur maisons qui sont arcis que autrement, les parties spécifiées en non valoir montent à 3 livres tournois 12 sols 6 deniers


Du depuis ce compte de 1432, il ne s’en trouve point jusques en 1442 qui est le suivant qui porte :

Le compte de la recette et despence des rentes et revenus apartenant au thrésor de l’église de Saint Germain d’Argentan commençant le 15 juillet 1442 fait et rendu par Jean Barbèle et Michel Mancel en présence de monsieur l’archidiacre, monsieur le curé et plusieurs des bourgeois.

En ce compte la recepte des rentes paroissant moindre qu’en le précédent, il y a bien aparence que la continuation de la guerre en cet entretemps en a empesché l’augmentation et fait la diminution pour les raisons citées en le précédent.

-En ce même conte, il est délibéré d’entreprendre le costé de l’église vers la rue et est donné à Blaizot Jouan, maçon, pour son avis 20 deniers

-Est ordonné par monsieur l’archidiacre aux thésoriers à venir de faire abaisser toutes les tombes au pair du pavé dans quinze jours sous painne d’amande arbitraire. Signé Bellhaume un paraphe.

Comme de tous temps, il s’est toujours trouvé des hommes de mauvaise conduite et sans ordre, il se trouve en ce compte plusieurs receptes et despences sans tiltres ni aucun ordre dans différentes pages non suivies et des blancs d’une et deux pages entre les escritures ce qui marque ou ignorance ou malice.

-despence avec monsieur l’archidiacre le jour que les thésoriers précédens comptèrent et que nous entrames13. Présence de plusieurs bourgeois … 20 sols

-Audit sieur archidiacre pour la lettre de nostre établissement … 7 sols 6 deniers.

Ces articles sont remarquables :

-Aux hommes qui ont fait les deux grandes portes du portail de ladite église par prix fait avec eux pour principal et despens 14 … 10 livres tournois

-Pour le vin despendu quand la besoigne fut allouée … 7 sols 6 deniers

-Pour la serrure desdites portes … 5 livres tournois

-A Thomas Chappé et Jean Hatesse pour avoir fait aporter par leur harnois de Falaise en cette ville les dites portes. Pour painnes et despens … 15 sols

-Pour saize pots de vin pour la Pasque … 32 deniers

-Pour deux chasubles de lin15 … 5 livres tournois

Icy je remarque qu’il y avoit un cimetière dans la rue16 et qu’il falloit que les terres fussent bien eslevées par cette despence qui dit :

-A plusieurs hommes de bras qui ont aidé à curer et abaisser le cimetierre du costé de la rue y ayant vaqué plusieurs jours, ce qui convient au dessain ci dessus d’entreprendre de bastir le costé de l’église vers la rue et à la remarque qu’il n’y avoit pas de cimetierre de l’autre costé avant la construction du mur cité.


Compte-rendu par Jean Guillaume et Perrin Caresme 1443


Le compte de la recepte et despence des rentes et revenus apartenant au thrésor de l’église Saint Germain d’Argentan commence le 12 de juillet 1443 fait et rendu par Jean Guillaume et Perrin Caresme thrésoriers en ladite église en la présence de monsieur l’archidiacre.

Pour remarquer la différence des choses selon les temps, il me semble à propos de citer ces articles qui nous semblent en ce temps ridicules.

-Pour deux clefs neuves et avoir replacé la serrure de la grande huisse dans le revestiaire … xx deniers

-Pour la lettre de monsieur l’archidiacre … 7 sols 6 deniers

Point de dépence en cette visite.

-Pour une serrure et une clef neufve à la huise de dessoubs les orgues …3 sols 9 deniers

-Payé au clerc de monseigneur de Sées quand il bénit deux aubes et un (blanc) … xx deniers

En ce compte est achepté 400 de carel17 pour l’œuvre et plusieurs pipes de chaux sans spécifier pour quel œuvre que je crois avoir esté pour la muraille de la nef du costé de la rue comme il se peut conjecturer par la suite. Il ne paroist pas que messieurs les thrésoriers fussent beaucoup intelligent. Ce compte est aresté en la présence de monsieur Guillaume Bignon, curé de ladite paroisse dont il n’avoit encor esté fait aucune mention.


Compte-rendu par lesdits Guillaume et Caresme 1444


Despence faite avec monsieur l’archidiacre … 16 sols

Pour la lettre des thrésoriers … 7 sols 6 deniers

Article remarquable et qui fait congnoistre que le portail n’estoit encor vouté18 qui dit :

-Payé à Guillot Desrochers pour 400 de chaulme à mettre sur le portail … 2 sols 4 deniers

Autre article qui fait cognoistre que la charpente de la nef est levée en cette année qui dit :

-Payé à Perrin de Courteilles pour la despence que firent les charpentiers, maçons et manœuvres quand ils levèrent la charpente de l’église … 17 sols 6 deniers


1445


Compte rendu par Jean Hatesse et Jean Biard qui ne marque aucune chose extraordinaire.

Par lesdits Hatesse et Biard comme dessus sont six comptes rendus aux années 1448-49, 1450, 51, 52 et 53 par Girot Droulin et Thibault De la Lande et André Avesgo thrésoriers de l’église Saint Germain d’Argentan. Il se trouve dans ces six compte les choses qui suivent ensuite des chapitres ordinaires des receptes, ces extraordinaires :

-Du roy, nostre sire, faisant la visite de son royaume l’an d’après la reddition d’iceluy par les anglois en 1450 qui a donné pour l’œuvre de l’église 30 escus d’or de chacun 30 sols 30 deniers

-Une autre recepte en le même chapitre de don fait par six particuliers bourgeois pour la vitre du pignon du grand autel … 10 livres tournois

-Pour la despence des six années avec monsieur l’archidiacre … 6 livres tournois

-Pour les six lettres pour l’élection des thrésoriers … 45 sols

-Pour cordes à sonner le gros saint qui estoit la grosse cloche à raison de 15 sols par an ...4 livres 10 sols

-Pour une image de Notre Dame mise au portail ...6 livres tournois

-Pour une table de bois paint en laquelle est la passion de notre seigneur et les 12 apostres en images eslevées, laquelle table est en parement au grand autel qui a cousté ...18 livres tournois

Toutes ces remarques faites pour congnoistre comme les choses ont changé de prix et de beauté et de façon d’agir ce qui se peut voir par les suivant articles :

-pour la façon de deux calices d’argent avec la dorure … C sols

-Pour deux onces et demie d’argent adjoutées à 22 sols 6 deniers l’once … 56 sols 3 deniers

-L’on fournissoit de sourplis aux prestres, pour quoy faire fut acheté une pièce de toille de 33 aulnes … 8 livres tournois

En ce temps, il y avoit des ladres et lorsqu’on en estoit en doubte, on les envoyoit à Rouen pour estre visité aux dépends du thrésor ainsi qu’il paroit par cet article :

-A Colas Lepage pour son voyage et despends d’avoir mené audit lieu de Rouen la femme de Thibaut Aubert par deux fois, à la readue ? desquels elle fut trouvée entichée de ladite maladie de lèpre, pour ce … 8 livres tournois

Autre despence à cause d’œuvres et réparations en ladite église entre lesquelles paroit avoir été fait un pignon au chœur entre lequel et l’autel il y avoit deux espaces, l’une dite le revestiaire, l’autre le sacraire par lequel on alloit au ciboire qui estoit au dessus de l’autel. Il y avoit dans ledit pignon une porte pour aller à l’hostel du curé, ce qui a désjà esté remarqué

-Dans ledit pignon, il y avoit une grande vitre. La despence fut de 221 livres tournois 10 sols.

Ledit compte arresté en latin par monsieur de Morandy, archidiacre en présence de plusieurs.


Compte pour les années 1454 et 55


Duquel le titre est :

Le compte de la recepte et dépence de la revenue et apartenence du thrésor de l’église de Saint Germain d’Argentan par Guillaume de la Dalu, escuyer, Simon Lecornu, Jean Hauton et Macé Polard thrésoriers establis en cette église pour deux ans commençant le 26 juillet 1454 et finissant pareil jour 1456, auquel jour furent élus Perrin Mérial, Guiot de Courteilles et Roger Corbel.


Le grand autel bénist


Tous les desnommés en ce tiltre n’ont point marqué de dépence faite avec monsieur l’archidiacre comme illustres et plus honorables.

L’article suivant fait congnoistre que le grand autel et le pignon ont esté bastis en cette année :

-Pour dépence faite par Monseigneur l’illustrissime évesque de Sées pour avoir benesqui le grand autel et deux autres en ladite église … 9 livres tournois

-Aux chapelains d’iceluy qui l’acompagnoient … 30 sols

-Pour six pots de vin qui luy furent envoyés le jour qu’il bénit les dits autels ...15 sols

-A Colin Lepage pour avoir mené des gens soubçonnés de lèpre à Rouen … 4 livres tournois 6 sols


Comptes pour les années 1456, 57, 58 et 59


Par Perrin Mérial, Guyot de Courteilles et Roger Corbel le (blanc) de juillet 1460

Le chapitre des rentes hypothèques pour ...23 livres tournois 6 sols

En ladite année en fut constituée 22 livres tournois 10 sols de 160 écus d’or pour lui estre dit à perpétuité deux messes à note par semaine qui furent payés par Romain Pigache exécuteur du testament dudit Hays.

Icy les receptes ordinaires paroissent plus fortes que devant ou à cause des entreprises des bastiments de l’église ou parce que il avoit plus de monde comme il paroist pour le vin fourni à la pasque qui est de vingt pots qui n’estoit dans les premiers comptes que de dix et unze pots.


La façon de visite de monsieur l’archidiacre change


Monsieur l’archidiacre prend pour ces années pour la lettre des thrésoriers sortans X sols et autant pour les antrans et ne luy est plus donné à disner. Ce qui fait cognoistre comme les défauts se corrigent par les plus honestes gens, estant de mauvaise édification que le thrésor payast à disner quelquefois à dix ou douze bourgeois

-Pour le rapareil de la croix de ladite église, pour la façon d’un reliquaire et d’une custode d’argent à porter le corpus domini poisant 2 marcs 3 onces deux gros

… 3 livres tournois 4 sols

-Au regard de l’argent en a esté payé 3 onces et demie, l’outreplus provient d’un vieux calice rompu et d’une tasse qui fut à messire Jean Darda à 22 sols 6 deniers l’once … 4 livres 7 sols 6 deniers

-Pour or à dorer ladite custode outre un demi nolle qui fut donné pour cet effet ...4livres tournois 8 sols

-Pour un bassin d’érain pour servir aux fonds baptismaux que la tradition dit estre celui qui y est encore ...31 sols 6 deniers

Cette remarque de toute la page se fait pour donner à cognoistre le peu d’argenterie et d’ornemens considérables qui estoient en l’église et pour faire concevoir que en ce temps, il ne se trouve point de comptes, il se en est donné beaucoup et que le revenu et le bastiment de l’église sont beaucoup augmentés comme il se verra par un compte qui se trouve en 1526 et les autres qui commencent en 1552 et par la perte des richesses qui seront cottées en 1562 pendant la ligue.

-Payé à Pasquier Dampierre pour avoir apporté de Rouen sur deux chevaux et une litière une table d’albastre qui est mise au maistre autel, laquelle a été donnée par maistre Guy de Briouze … 5 livres tournois 5 sols

-A deux maçons qui haussèrent le derrier de l’autel pour mettre ladite table … 15 sols

-Pour carel pour ledit ouvrage … 15 sols

-Pour deux huis pour le revestiaire et sacraire … 7 sols 6 deniers

-Pour le bois des bancs du costé de l’église …50 sols

-Pour la façon desdits bancs … 30 sols

-Pour lambris achepté au chastel pour lambrisser le choeur de l’église … 5 livres tournois

-A Jean Robin, menuisier, avec lequel a esté fait marché pour lambrisser le choeur de ladite église et les chapelles de saint Georges et saint Jean Baptiste et aussi achever la cloison de ladite chapelle saint Georges au travers du choeur, la parfaire en ce qui est nécessaire, jouxté le devis porté par escrit avec une chaire à prosner, pour painnes et despens … 20 livres tournois

-Pour le vin du marché … 15 sols

-Pour deux chartées de bois pour estayer pour assoir le lambris … 10 sols

-Pour painture pour paindre les limandes de lembris du choeur … 22 sols

Il se faut figurer la chapelle de saint Georges estre l’opposite de celle de saint Jean qui est aussi apelée de saint Pierre et de sainte Anne, aujourd’hui de saint Cosme. Et ay aprins de tradition qu’en l’année de la ligue, deux impies soldats voulant fair choir saint Georges avec son cheval, les deux furent écrasés dessoubs, ce que je n’ay pas vu dans l’Évangile, ma bonne mère, non pas l’église, mais de Bordeaux, m’en ayant fait l’histoire comme les pères et mères font aux enfants.

( Il se peut remarquer par ce que dessus que l’église était peu considérable).


La plupart des familles extaintes


Le susdit compte ouy et examiné le 3e jour d’aoust 1460 en la présence de monsieur le curé d’Argentan, messieurs Michel Berthelot, prestre, Romain Pigache, André Avesgo, Jean Biard, Macé Hatesse, Guillot Ledonné, Perrinot Séete, Jean Do, Jean Dupuis, Ollivier Lemaistre, Jean Barbete, Raoul Gautier, Jean Sourdeval, Guillaume Boulié, OIlivier Lemarigni, Jean Lemaistre, Robin Grégoire, Perrin Hamon, Guiot Godechal, tous bourgeois de familles considérables et la plupart extaintes. Signé Bignon, curé, Morandi, archidiacre, Pigache, bourgeois, chacun un parafe.

Les comptes pour l’année 1460 et 61 ne se trouvent point.


Compte pour l’année 1462


Rendu par Perrin Mériel, Raul Delaunay et Jean Boulié, thrésoriers commençant le premier jour d’aoust 1462 et finissant le dernier juillet 1463.

-Pour 600 de lembris pour achever de lembrisser le choeur de la chapelle de Nostre Dame … 52 sols 6 deniers

-A Guillaume Michel pour l’avoir mis en œuvre ...16 livres tournois 10 deniers

-A Jean Pierre, couvreur, pour avoir racomodé et resausé de neuf ladite nef de ladite église et aussi les chapelles de Nostre Dame, de saint Georges et le revestiaire … 10 livres 10 sols

-Pour la façon d’un petit pulpitre auprès du grand pour metre une petite orgue qu’y a mise de l’an passé messire Michel Berthelot, pourquoi a été payé à Guillaume Michel et son valet pour cinq journées et pour bois par luy fourni … 19 sols 2 deniers

-A Guillot Facet pour 4 journées à faire siège audit orgue … xi sols

-A Guillot Mélé pour 4 hournées et demi de luy et son vallet à faire la charpente dudit pulpitre et pour deux ais à faire le degré d’iceluy … xx sols 3 deniers

Par ces pulpitres doivent estre entendu les buffets desdits orgues qui n’estoient pièces bien considérables comme il se remarque à la suite.

Le susdit compte ouy et examiné le 25 septembre 1463 comme le précédent avec encor plus grand nombre de notables bourgeois.

Signé : Bignon, curé, De la Palu, escuyer, Pigache, Hatesse et Besnard avec parafe et plus bas : approuvé en latin par monsieur Morandi.


Compte rendu pour les années 1464 et 65


Perrinot Séeté, Jean Boulier et Macé Gautier, commençant le premier jour d’aoust 1463 et finissant à pareil jour 1465.

Toutes la despence remarquée pour congnoistre la sorte d’employ pourquoy elle a esté faite ainsi que elle spécifiée en la page suivante.

-Pour une pipe de chaux pour maçonner des fenestres dans la nef … 7 sols 6 deniers

-Pour des pots de terre mis dans les dites fenestres pour donner un meilleur son aux orgues … 3 deniers

-Payé au receveur des bourgeois pour 3000 de thuile prinse en la grosse tour … 4livres tournois et 10 sols

-A deux maçons qui ont fait un conduit pour porter le vent dans les deux grosses trompes qui ont esté faites aux orges de nouvel ... 5 sols 6 deniers

-A Guillaume Michel pour lambrisser la chapelle saint Georges … 30 sols

-Pour le charoy des lambris aportés d’Exmes … 4 sols 6 deniers

-Pour mener à Rouen Isac Lemaistre soubçonné de maladie de lespre qui en a été trouvé malade … 4livres 12 sols 4 deniers

Le susdit compte ouy et examiné le 6 août 1466 comme les précédens en présence de monsieur Guillaume Hauton19, curé, et les dessus dits, aprouvé en latin par monsieur Morandy, archidiacre


Icy manquent deux comptes


Compte pour les années 1472 et 73


Par Macé Gautier, Jean Boulié et Jean Barnier commençant le 1er de septembre 1472 et finissant à pareil jour 1474.

Les receptes ordinaires comme ci-dessus, les recettes extraordinaires qui méritent d’estre sceues sont :

-Pour deux cornes à destraindre les torches … 8 deniers

-Pour deux ais pour le grand pulpitre des orgues qui est ce que nous apelons bufet … 27 sols 6 deniers

-Pour 9 dousainnes de peaux de parchemin pour faire un misseau … 9 livres 10 sols

-A un enlumineur venu de Falaise pour enluminer le misseau … 18 sols

-A messire Jean Lecompte pour la façon du misseau ... 12 livres 10 sols

-Pour la fonte d’une cloche si confusément spécifiée qu’il ne se peut recongnoistre laquelle ni s‘il y en avoit plusieurs n’en ayant encor fait aucune mention que pour la dépense de corde pour le gros saint20 dans la grosse tour, n’existant encor en ce temps là aucun vestige de celle dite le petit clocher, pour ce … 41 livres 16 sols

-Pour la visite de monsieur l’archidiacre des deux années … 20 sols

-A son clerc que nous disons plus honorablement son secrétaire … 2 sols 6 deniers

-Pour despence faite avec lui, ce qui ne s’estoit pas vu depuis longtemps

...10 sols


Despences pour les malades de lèpre


-Autre despence faite par lesdits thrésoriers à cause de vivre des malades de lèpre ausquels a été assigné douze livres par an à payer à 4 termes, à chacun desdits termes 60 sols pour lesquels termes des deux années … 24 livres.


Comme les comptes nous vont manquer icy, il me semble utille de remarquer ces derniers plus exactement pour congnoistre ce qui sera passé du depuis ces dernières Pasques jusques en 1526 qu’il s’en retrouvera un.

La despence de ces deux dernières se montait à 233 livres 18 sols 6 deniers.

La recepte à 179 livres 10 sols 4 deniers.

partant deu aux comptables 54 livres 8 sols 4 deniers.

Pourquoy leur a esté payé 47 livres 16 sols.


Compte pour les années 1474 et 75


Il ne se trouve point de tiltre ni le nom des thrésoriers, il paroit à la suite que c’étoit lesdits Gautier, Boullié et Barnier.

-La recepte des rentes comprins la fondation de Jean Hays et le septier de bled à 2 sols 6 deniers le boisseau, montent à … 43 livres 13 sols.

-La recepte des sépultures a … 11 livres 2 sols 9 deniers obole.

-La cueillette des espousailles et luminaires … 23 livres.

-Despence pour les obits … 25 livres 7 sols.

-Pour le luminaire … 25 livres 7 sols.

-Pour une vergette de fer pour tendre une toile devant la table d’albastre ...3 sols 4 deniers.

-Despense à cause de vivre des malades de lespre à la femme de Jean Godefroy pour l’année de ce compte … 12 livres.

-Pour avoir mandement de monsieur l’official pour faire assoir la despence desdits malade de lespre … 10 sols.

-Despence pour estre allé à Sées … 3 sols.

-Pour trois autres voyages desdits thrésoriers à l’encontre desdits malades en présence du curé de la maladrerie et de Jean Hauton … 10 sols.

- pour 15 petits gouvets21 pour mettre des cierges à la dédicasse

… 1 sols 3 deniers.

Il est encor en ce compte fait mention d’avoir despence pour la fonte d’une cloche, mais comme dans le précédent j’ay remarqué que la despence qui est faite pour en avoir fait fondre une est si confuse et si mal expliquée. Je doute que ce ne soit une mesme chose y ayant fort peu de différence entre les deux sommes spécifiées l’une de 41 livres 16 sols et l’autre de 39 livres.


Dernier compte de ce petit registre pour les années 1476, 77


Le tiltre ni les noms des thrésoriers ne paroissent en ce compte mais il se trouve par un contrat de 40 sols de rente que donne Raoul Gautier en 1477 que les thrésoriers estoient Arnould Billard et Jean Hauton.

-Le chapitre des rentes et du septier comme le dernier.

-Le chapitre de l’ordinaire de mesme.

-Pour réparation toille et enluminure de misseau … 20 livres 11 sols.


Que cette façon de mettre en gros des sommes de cette nature n’est point à aprouver et que si elle n’est pas malicieuse, elle peut estre suspecte, malheur par qui scandale arrive. Ce n’est pas mon intention de mal penser ni de ceux de ce temps-là, ni de ceux qui les ont suivis mais je le remarqueray partout pour en désabuser tous les paresseux qui n’apportent point l’ordre raisonnable en toutes les affaires publiques.


Etant icy le dernier compte qui se treuve jusques en 1526, il est à remarquer à quoy se montent les rentes et receptes de ce dit compte et les despences pour faire congnoistre par celuy qui se verra en 1526 si elles sont augmentées ou diminuées.

-Les rentes avec le septier de bled à 2 sols 6 deniers le boisseau … 42 livres 16 sols 22.

-Les receptes des sépultures, dons et lègues … 6 livres 6 sols.

-La cueillette pour le luminaire, espousailles et cierge bénist … 24 livres.

-Total du revenu … 74 livres 2 sols.


N’ayant plus de compte comme il est déjà dit jusques en 1526, j’ai recherché dans les tiltres ce qui se pouvoit remarquer de ce qui s’est passé en cet entretemps et comme j’ai fait dessain de décrire à la fin de ces remarques l’église en tout son contenu, j’ai creu le devoir faire en cet endroit pour donner de l’admiration et un grand subject de louer la dévotion et libéralité de nos habitans à ceux qui fairont la comparaison de ce qu’elle estoit en ce temps-là avec ce qu’elle est en celui-cy qui fut deux cents ans de distance.


Description de l’église en 1410 avec ses augmentations jusqu’en 147723


Elle consistoit en un chancel ou choeur basti entre deux murailles et un pignon qui n’estoit beaucoup plus élevé situé un peu plus bas que ce n’est de présent. Le grand autel couvert de thuille avec une charpente sans voûte ni lambris. A costé dudit pignon vers la rue estoit la chapelle de Nostre Dame, au défaut dudit estoit du costé de la rue une chapelle dite saint Pierre et saint Georges, de l’autre costé, vers le chasteau, la chapelle saint Jean Baptiste faisant la croisée, toutes deux sans voûte ni lembris, à la suite estoit la nef de la mesme structure qui avoit du côté du chasteau les chapelles saint Denis, saint Eustache, saint Crespin, de saint Hyerosme, imparfaits, sans voûte ni lambris.

Du costé de la rue estoit un cymetière qui tenoit les bas costés et la place où sont les petites maisons du depuis le portail jusques à la chapelle saint Pierre avec un mur sur la rue qui lui servoit de closture. La grosse tour estoit eslevée jusques où l’on a commencé à la parfaire en 1636. Le portail n’était pas achevé ni les portes placées. Il y avait trois cloches qu’on nommoit les saints.

Il y avoit au bas costé de la nef un pulpitre par lequel estoit entendu l’orgue. Le grand autel n’étoit pas contre le pignon. Il y avait entre deux, deux espaces séparés, l’un dit le vestiaire, l’autre le sacraire par lequel on montoit en un tabernacle où se metoit le corpus domini.

Il y avoit dans le pignon une porte qui entroit dans une maison dite l’hotel du curé qui estoit viron où est la chapelle de Nostre Dame et alloit jusques contre la muraille de la ville. Et entre ladite maison et le pignon, il y avoit une petite cour close d’une muraille qui empeschoit d’aller dans le fossé du donjon derrière l’église où il ni avoit encor de cimetierre, et de l’autre costé une sortie pour entrer dans la rue. C’est comme j’ai peu le concevoir ce qui se justifie par les dépenses suivantes.

En 1413, il fut fait alleu par le thrésorier avec Perrin Lembert, maçon, pour faire un mur dans le fossé du chastel pour séparer le cimetierre qu’on prétendoit faire entre l’église et ledit fossé. Pourquoy luy fut promis 20 livres pour ses painnes, luy fournissant tous matériaux. Lequel mur fut fait à droite ligne où est de présent la croix et estoit celuy qui y estoit encor lorsque le donjon fut desmoly en 1617 et que ledit cimetierre fut élargy comme il se voit, du depuis la croix qui est dans le milieu en cette dite année 1617.

Il est marqué dans le mesme compte que il fut rompu un petit mur qui estoit entre l’hostel, ou la maison, du curé et le pignon de l’église pour passer le banel24 pour porter les matéraux pour faire ledit mur25.

En 1416, il est acheté 4000 d’essentes (4 livres 10 sols) pour couvrir l’église et 500 de lattes (12 sols 6 deniers) et 300 de thuille (9 sols) pour couvrir la chapelle saint Pierre.

En 1430 il se fait amas de carel, chaux, thuile, bois et autre matériaux ce qui marque que l’on a fait dans les années suivantes quelques travaux importants qui ne se peuvent remarquer ne s’estant point trouvé de comptes jusques en 1442 qu’il se trouve despencé pour les deux grandes portes faites à Falaize de 10 livres 7 sols et pour les avoir ferrées 5 livres et pour les avoir fait apporter en les harnois de Thomas Chapé et Jean Hatesse de Falaize à Argentan pour despens et salaire 15 sols.

Et est encore marqué pour 400 de gleu26 à couvrir le portail ce qui fait congnoistre que scavoit esté aux portes et portail qu’on avoit travaillé en ce temps où il ne se treuve pas de comptes27.

En 144428, il est payé à Blezot Jouan, maçon, pour donner advis de la sorte qu’il falloit faire le mur de la nef vers la rue 20 deniers en ladite année. Et en 1445 l’on fait amas de carel, sable, chaux et autres matériaux pour le dit mur et est fait aleu avec ledit Blezot et Jean de Blaize, maçon, pour 70 livres 15 sols pour leurs painnes leur fournissant tous matériaux.

En 1446 est alloué :

-Pour despence faite par les charpentiers et autres manœuvres qui ont aidé à lever la charpente de ladite nef … 27 sols 6 deniers.

-Pour 3000 de thuille pour la couvrir … 4 livres 10 sols.

En 1450 et suivantes, il se fait encor amas de carel, sable et chaux et autre matériaux pour faire un grand pignon au bout de ladite église et resausser les costés du chœur pourquoy fut fait aleu avec les maçons pour leur travail à 45 livres29.

Il fut fait dans le milieu dudit pignon une grande fenestre dont la vitre cousta 28 livres 10 sols.

Il en fut aussi faite une dans le corps de la muraille vers le chastel dont les maçons eurent encor 5 livres et le vitriel 50 sols, le tout fait de nouvel avec un sacraire de pierre aussi nouvel dont la vitre cousta 60 sols, toute ladite despence revenant à 221 livres 10 sols.

En 1455 fut achepté :

-au chastel 600 de lambris .. .6 livres,

-plus à Exmes, 600 de lembris … 6 livres,

-Payé à Jean Robin pour avoir lembrissé le chœur, les chapelles de saint Jean, de saint Georges et fait une chaire à prosner, jouxté le devis porté par escrit … 20 livres,

-Pour le vin du marché … 15 sols,

-Pour deux chartées de bois à estayer … 10 sols,

-Pour painture pour paindre les limandes des lembris du choeur … 22 sols,

-Pour 600 de lembris pour achever de lembrisser le choeur et la chapelle Nosrtre Dame qui estoit à costé du pignon où est le premier pilier d’au-dessus la chapelle où prennent séance de présent les thrésoriers … 6 livres.

En 1460 :

-Pour avoir resaussé de neuf la couverture de la nef … 10 livres 10 sols

-Pour 3000 de thuille des démollitions de la grosse tour payé au procureur des bourgeois … 4 livres 10 sols

-Pour la façon d’un petit pulpitre auprès du grand pour metres unes petites orgues

-Pour avoir maçonné les fenestres des arches de dessus la nef, pour chaux, sables et maçons … 38 sols.


C’est l’estat de l’église de depuis 1410 jusques en 1477 et où finissent les comptes, n’en ayant point treuvé jusques en 1526. J’ay pris painne par la lecture des aultres tiltres de coignoistre ce qui s’est passé en ce temps et ay treuvé en ladite année 1477 par lequel il paroit que Raoul Gautier donne à ladite église 40 sols de rente pour estre participant aux prières d’icelle et pour autres privilèges contenus en le contract.

En 1478, je treuve l’acquest de 20 sols de rente qui est encore faite de présent par les héritiers de Gilles Cavey sur une maison sise en la rue de la Poterie, la seconde grande porte par dela la venelle qui va dans les champs.

En 1482, se treuve une fieffe de 42 sols de rente à laquelle sont obligés les représentans de Jacques Ango Grosfour qui est de présent Jacques Guirouard, hoste du Point du Jour, les représentants de Nicolas Laffillard, Lefeugeré et autres pour les maisons qu’ils possèdent sur le fossé qui va de la porte de la Chaussée par dessus ledit fossé à la rue saint Martin et sont lesdits obligés de faire dire une messe au jour de la semaine sainte à la décharge du thrésor, dans ladite fieffe est un contract qui déclare les maisons obligées de la paroisse de saint Germain en 1391.

En 1484, une rente de 20 sols sur Guillaume Mancel.

En 1485, une fieffe de 50 sols de rente sur Grégoire Croisé.

En 1489, une fondation de 9 livres de rentes par Jean Hue, sieur du Pin, encor faite par le possédant de la terre du Pin, confirmé à l’estat du décret de ladite terre, tenu d’Exmes en 1654 possédée de présent par monsieur de Béchamel . 1678.

En 1492, la fondation de Jean Hauton par la donation du pré Hauton dont jouit encore le thrésor.

En ladite année le don des places vagues de la fosse viel par Monseigneur le duc d’Alençon. Pourquoy le thrésor jouit encor des rentes pour les fieffes qui en ont esté faites par ledit thrésor.

En 1493, une fieffe de 20 sols de rente sur les représentans Salomon Biard avec plusieurs pièces de confirmation pour ladite rente.

A suivre...

_ _ _ _

Notes :

1 Dans cette transcription dactylographiée, je m’efforce de respecter l’orthographe utilisée par Xavier Rousseau. Les remarques en marge sont soit tranformées en intertitres (en gras) soit indiquées en note avec la mention : En marge. Quelques artifices de présentation sont utilisés notamment pour les listes (tirets).

Thomas Prouverre, sieur de Bordeaux, a été inhumé le 29 mai 1693 (BMS de St Germain). Le début de la rédaction de ce texte semble dater de 1674

2 Titre ajouté dan cette édition (tous les titres ajoutés seront grisés)

3 Corrigé en Bicheteaux au crayon en interligne

4Louer, élever

5 Ces comptes, conservés à la Bibliothèque Nationale, ont fait l’objet en 1990 d’une thèse par Isabelle Vérité, soutenue à Nanterre.

620

711

8En marge : Le septier de bled et le cent de paille se payent au thrésor de 1410 et auparavant de bien plus longtemps ne trouvant des tiltres que de ce temps.

9Paille de froment

10En marge : Messes basses et hautes

11En marge : Icy se fait un cimetierre vers le chasteau en 1413

12En marge : reddition de compte par la visite de monsieur l’archidiacre

13 Pour entériner ?

14En marge : Les deux grandes portes du portail faites à Falaize

15En marge : ce qui ne se pratique plus

16En marge : Cymetierre du costé de la rue

17pierre

18En marge : le portail non vouté

19 En marge : En 1465 meurt monsieur Bignon, curé, et en 1466 monsieur Guillaume Hauton est pourvu de la dite cure.

20 On verra plus loin que les cloches étaient appelées les saints

21 Mot incompris, on peut lire aussi gonnets

22 En marge : seul revenu fixe

23 Titre figurant dans le texte

24 Le banneau = le tombereau

25 En marge : Ce qui fait comprendre qu’il ny avoit point de bas costés et qu’il y avoit une maison et un mur qui empeschoit d’aller dans le fossé.

26 paille

27 En marge : Ce qui fait congnoistre le portail d’entrée de l’église imparfait avant 1442 et que ça a esté par où l’on a commencé le dessain de la beauté de l’église, la tour et le pignon de bas estant déjà commencé avant ce temps et à quoy il ne paroist pas que l’on aye touché, sinon de perfectionner et achever ladite tour et portail comme il sera remarqué en son lieu.

28 En marge : Il se peut remarquer icy que la nef estoit déjà eslevée avec piliers vers le chasteau et que les chapelles des bas costés y estoient marquées imparfaitement et que ces travaux tendent à faire le mesme vers la rue.

29 En marge : Cecy … à la remarque ci devant faite que le pignon de l’église n’estoit guères eslevés, et les despences suivantes cy-dessous font congnoistre l’église en l’état qu‘elle est décrite cy devant.