Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1692 Le meunier d’Aunou-le-Faucon, pêcheur d’anguilles
Par : dozeville
Publié : 29 septembre

1692 Le meunier d’Aunou-le-Faucon, pêcheur d’anguilles

Si l’anguille est actuellement en cours de disparition, à la fin du XVIIe siècle, elles étaient très abondantes dans l’Orne (le fleuve) comme en témoigne le texte ci-dessous.

Elles semblent être l’objet d’un trafic commercial assez important.

Du vingt sept iesme jour de janvier mil six cens quatre vingt douze, Aunou, avant midy par devant le notaire royal dudit lieu.



Fut présent Nicollas Decaux, munier au moulin d’Aunou, lequel a par ce présent vendu et promis livrer à François Gautier, bourgois d’Argentan ausy présent et axeptans, scavoir est la moitié des anguilles quy tomberons par les chutes et derivéssons1 d’eau à la bescherie2 dudit moulin par les brast3 qui y seront tendus et fournys par ledit Decaux.

A séparer la moittié de laditte anguille qui proviendra des ditte chutes et derivéssons avec Monsieur de Ronbisson dont il sera fait deux lhots par ledit Gautier, preneur, dont il en fera choissy un par ledit sieur de Ronbisson ou gens pour luy et l’autre demeurera au bénéfice dudit Gautier. Ce faict ledit marché par le prix et somme de huict livres par chasques cent de laditte anguille à six vingt pour cent, à prendre laditte anguille tout à main comme elle viendra de sont dit lhot à la réserve néanmoins de ceux quy ne serons que de la grosseur de viron du poulce quy ne serons du compris dudit compte, lesquels demeurerons au profit dudit Decaux.

C’est obligé ledit Gautier de payer laditte anguille comme elle luy sera livré audit prix de huict livres par cent entre les mains de Monsieur de Ronbisson à la décharge dudit Decaux en luy fournisant quitance de ce qu’il payra audit sieur de Ronbisson. Ledit Decaux a néanmiongs faict retenue de vingt six anguille par chaqune des ditte chutes à prebdre tout à main pourveu qu’il en tombe de …. au lhot dudit Gautier sy non ledit Decaux n’en levera de demy cartron.

Ce faict ledit Decaux et le dit Gautier, preneur, cont conveneu4 qu’il paycherons le bieu du moulin en sy conts faict5 les présedans muniers à prendre du guey du Gas et finir à la cave du moulin et séparerons ledit poesson qu’il prendrons par moitié par ce que ledit Gautier fournira des filliés et engins nésesaire pour prendre ledit poesson, le tout à ses frais et ne payscherons \qu’en la présence/ les ungs les autres.

C’est obligé ledit Gautier de faucher ledit bieu deux fois par an, le tout à ses frais.

Sera faict deux lhot par ledit Gautier et en estre choisy un par ledit Decaux et l’autre demeurera au profit dudit Gautier pour ses paynes et fournitures de filliets.

Ce faict ledit marché pour le temps et terme de trois ans à commenser au premier feuvier prochain.

C’est obligé ledit Gautier de délivrer le présent à ses frais entre les mains dudit Decaux. Et quand à ce tenir les ditte parties en ont obligé tous leurs biens. Présence de Louis Bienays de Silly et de Guillaume Martin fils Jacques d’Aunou, tesmoings6.



Notes :

1 dérivation

2 pêcherie

3 les filets ?

4 sont convenus

5 Ainsi qu’on fait les précédents meuniers