Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1736 Bail de moulin à Pointel
Par : dozeville
Publié : 25 septembre

1736 Bail de moulin à Pointel

Le bail qui suit est particulièrement documenté quoiqu’assez court. Concernant la pêche par les meuniers, on pourra lire le texte sur le meunier d’Aunou-sur-Orne en 1692.

pointel cassini

Le vendredy avant midy vingt sixième jour d’octobre l’an mil six cent trente six au manoir seigneurial du bois de Pointel.


Fut présent Philippe Charles de Chennevière, écuier, seigneur et patron de Pointel, y demeurant, lequel a, par ces présentes, baillé à titre de ferme, prix et loyer d’argent, pour le tems et terme de trois ou six années entières, révolues et accomplies, au choix des parties en s’avertissant trois mois auparavant, lesquelles années ont commencé au dix huitème jour du courant et finiront à pareil jour et terme ledit tems expiré, à Marin Pichonnier, fils feu Jean, de la parroisse de Saint Hillaire, présent, preneur et acceptant sçavoir sont les moulins bannaux de la seigneurie de Pointel en toutes leurs circonstances et dépendances, moûtes et vertes moûtes1, tout ainsy qu’en ont jouy cy-devant les précédens meuniers, parce que ledit Pichonnier, preneur, s’est présentement submis et obligé d’en faire et payer chacun an la somme de cent trente livres audit seigneur, de quartier en quartier et par avance et ainsy d’an en an, et , en outre, ledit preneur donnera pour étrennes audit seigneur quatre chapons gras au premier jour de l’an, un pain de sucre pesant trois livres, rafinage de Dieppe, à Guibray2 et six poulets à la saint Jean-Baptiste, le tout par chacun an.

S’est en outre ledit preneur obligé d’entretenir lesdits moulins de merrain, de poches, aubes, palles et alençons3, fuseaux et autres menues réparations, en fournissant par ledit seigneur bailleur les matériaux nécessaires à cet effet.

Et sera pareillement iceluy preneur tenu d’entretenir à ses frais les deux fers de fusée, lesquels il reconnaît avoir trouvé en bon état, et aussy avoir trouvé lesdits moulins et couverts, sçavoir le grand moulin de planches neuves garnies d’alençons, fuseaux, roues et palles neuve et une bluterie, et le petit moulin, dit repeleur, bien couverts et garni de tremée comme l’autre.

Et est pareillement convenu que ledit preneur ne pourra pescher, ny faire pescher, ny tendre aucun fillets ny instrumens dans le bieu ou écluse desdits moulins parce que le dit seigneur en a fait expresse retenue, comme aussy la liberté de faire mettre l’eau bas pour pescher ladite écluse ou bieu à sa commodité deux fois chacun an. Ne pourra aussy ledit preneur tendre aucuns fillets ou engins pour prendre du poisson à la chute de l’eau, soit par devant ou derrière les roues.

Et ne pourra pareillement iceluy preneur couper pour son usage, chacun an, que la cinquième partie du bois qui est sur les terres dépendantes dudit moulin et tout de suite comme les précédens meuniers.

Et ne sera fait aucun ruisseau sortant de ladite écluse pour arroser la prérie dudit moulin.

Et est en outre convenu qu’en cas que ledit Pichonnier ne paye de quartier en quartier comme cy-dessus est dit, ledit seigneur bailleur le pourra déposséder sans dédommagement.

Sera pareillement tenu ledit preneur de faire moudre les grains qui seront recueillis dans les champs de la Haize et des Bois Bissés après celui de la Tremée, en payant par les tenans la moute comme les autres vassaux de ladite seigneurie.

Et a présentement reconnu être présentement saisi des meubles suivans qu’il s’oblige laisser dans ledit moulin en sortant : scavoir une cramaillée4, un boisseau ferré, un demy boisseau, l’un et l’autre marqué des jaugeurs et aussy un seizième d’erain5, une pince de fer du poids d’environ quinze livres, une couche toute de bois de chesne bonne et neuve, bien et deument enfoncée et dont les quatre quenouilles sont à peu près de la hauteur du plancher, une autre petite couche à quenouilles basses, deux serrures, l’une à la porte dudit moulin et l’autre à la grange, toutes deux fermantes à clef, environ trois chartées de fumier et environ deux chartées de foin, desquels fumier et foin ledit preneur en laissera au moins autant à la fin du présent bail ainsy qu’une serre de fer environ du poids de quatre à cinq livres.

Et en outre sera ledit preneur tenu payer incessamment audit seigneur la somme de six livres pour le vin du présent bail, comme en pareil de délivrer le présent exécutoire à ses frais et le mettre es mains dudit seigneur bailleur toutes fois et quantes.

S’obligeant en outre laisser en sortant soixante gerbes de menue paille en sortant, reconnaissant en avoir trouvé le même nombre en entrant…6


Le seigneur et le meunier signent avec les témoins et le notaire 7






Notes :

1 Droits de moutures

2 À la date de la foire de Guibray à Falaise ( du 15 au 31 aout)

3 Déformation du mot "alluchon". Pour tout ce vocabulaire technique on peut se référer à l’Encyclopédie de Diderot

4 crémaillère

5 airain

6 Suivent les formules juridiques de validation et le nom des témoins

7 Voir le document : AD61 4E174/86