Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > 1741 Inventaire après décès à Lonlay-l’Abbaye
Par : dozeville
Publié : 25 avril

1741 Inventaire après décès à Lonlay-l’Abbaye

Cet inventaire est classique. Outre les biens meubles, il livre des informations sur le statut de cette famille et la présence d’une fille incapable de gagner sa vie sans que les raisons de cet état soient explicitées.
JPEG - 64.8 ko
la ferme (1750)
Jean-Baptiste Oudry- Musée du Louvre

1Nous, Julien Labbé, notaire royal, garde-notte héréditaire des paroisse de Lonlay et Larchamp en la viconté de Domfront, soussigné, somme ce jourd’huy, lundy sixième jour de février l’an mil sept cent quaranre et un, viron dix heures du matin, exprès transporté au lieu et vilage du Poirier en ladite paroisse de Lonlay, distant de notre étude ordinaire d’environ une demie lieue, au domicille de deffunt Michel Riant2, laboureur, décédé depuis environ un mois pour avoir et dresser prossès verbal d’inventaire de tous et chacun les meubles tant morts que vifs, titres et papiers concernant la succession dudit deffunt et ce à la réquisition et diligence de Jacques Riant, fils aisné dudit deffunt, comme tuteur naturel aux corps et bien de Siméon etFrançois Riant et aussy de Julienne et Anne Riant, ses frères et sœurs, lesdits garçons, l’aisné âgé de dix huit ans et le june de dix sept ans ou viron et la fille aisné âgée de quinze ans ou viron et l’autre de sept ans ou viron. Auquel dit inventaire ce sont volontairement présentés Georges Jamet ayant épousé marie Riant3, fille aisnée dudit deffunt, François Chapron, Jean et Julien Liot, frère, oncles maternels desdits mineurs, Jean Gigan fils Mathurin, Julien Menuet, Mathieu Pellerin, Georges Menuet.


En la présence desquels nous avons procédé à la confection dudit inventaire comme il suit :


Premièrement, les habits dudit deffunt qui se consistent en deux veste de serge, mylinge et une culotte pareille avec huit chemise à l’usage dudit deffunt de toile de gros lanfer, une vieille pere de souliers, deux viels sabots, un viel chapeau, un viel bonnet, une vielle pere de bas, deux vielle guestre de toille, le tout plus qu’à moittié heuzé usé.


Item, le lit où est décédé ledit deffunt composé d’une couette, un traversier et deux oreillers couvert de couette et remply de toutes sortes de plume, une couverture de serge mylinge avec le charlit, le tout plus qu’à moittié usé avec demy tour de lit de grosse toille à careau.


Item, un autre lit composé d’une couette, un traversier remply de plume de chapon et couverture de toille avec deux ordaux de toille à careau et une couverture de serge mylinge avec la couchette de bois de chesne.


Item, deux autres lits servant aux enfans à coucher, composés de deux vielles couette de grosse toille remplie de paille d’avoinne, deux couvertures de serge mylinge, le tout de peu de valleur.


Item, six draps et six serviettes, les draps de grosse toille, et les serviettes de toille de lanfer, le tout plus qu’à moittié usé avec une cravatte à l’usage dudit deffunt, deux poches ou sacs ou poche pour aller au moullin, deux nappes de chaume, une aulne de grosse toille, le tout de peu de valleur et plus qu’à moittié usé.


Item, une grande marmitte et une petite, deux vielles poilles d’érain dans lesquels il y a plusieurs pièces, une petite poille à queux, un petit poillon d’erain, un chaudron d’erain tenant douze ou quinze pots avec un souflet à boucher pour soufler la viande, un trois pieds et une galettoire de fer, un réchaud d’erain, le tout plus qu’à moitié usé.


Item, un pot d’étain sans couverture ny ance, six vielles assiettes toutes cassée et un olat moyen, un petit plat à souppe et un autre plat moyen à mettre de la viande, le tout pesant dix livres ou viron.


Item, une petitte table carée sur laquelle on menge, une met à boulenger, deux grands cofres de bois de chesne avec un petit marchepied, une vielle cuve à faire laisive, un boisseau de bois de chesne, mesure de Domfront, un viel van à vaner du grain, quatre fiault, le tout de peu de valleur.


Item, un rouet à filler et un travoir avec trois sacs à passer de la farine, une pelle ou bêche, quatre houette, quatre fouches, le tout de fer plusq’à moittié usé, un broc et un croc à malle, trois haches, trois faucilles, le tout plus qu’à moittié usé de peu de valleur.


Item, une petitte couchette basse, un salloir, une brée, deux tablettes à s’assoir, deux vielles bancelle, le tout plus qu’à moittié usé.


Item, dix viels tonneaux propre à mettre du cidre dont il y en a deux plains de vieu poiré de trois ans, avec deux petittes binne à mettre du chenevis de peu de valleur.


Item, onze ruchée de mouche dont quatre sont très mauvaises et morte.


Item, une charuée équipée, deux chesnes de fer moyenne, une charte à bois, un tombereau, un petit essieu et deux roues fûtière et quatre autre livres de vielles ferailles avec un billot propre à mouler du pen, une herce et une broche de fer.


Item, quatre bœufs de divers poil et âge avec trois vaches et une cavalle.


Item, une échelle et un poullain pour charger du cidre, deux vielle lieure ou poulie plus qu’à moittié usé, un couteau à boucher avec le foisil, une lanterne, quatre couroix avec deux joues, une plombée, six livres de gros fil ecreu et autant de lanfer.


Et sont généralement tous les meubles morts et vifs à nous représentés comme appartenant auxdits mineurs. Ensuitte de quoy nous avons passé aux titres et papiers que nous avons trouvé regardant les immeubles dudit deffunt et autre.


Premièrement, la promesse de mariage dudit deffunt avec Julienne Chapron, estant en parchemin passée devant deffunt Maitre Siméon Vaucer, notaire royal le trois may mil sept cent dix huit, certifiée, controllée à Lonlay le quatre dudit mois par Beauchef et insinuée à Domfront le trante et un mars mil sept cent vingt trois par Rageot, de nous cottée et paraphée sous la lettre A.


Item, un contrat de fieffe fait et consenty par Julien Plessis au profit de Jean Riant pour deux carée de maison située dans la rue Saint Michel dans le bourg dudit Lonlay passé devant Georges Maloisel et Louis Delaunay, tabellions en cette viconté le dix neuf octobre mil six cent soixante, de nous costé et paraphé sous la lettre B.


Item, une quittance de la somme de cinquante trois livres six sols huit deniers consentie par Gillonne Riant veuve de feu Nicolas Menuet, sœur dudit deffunt pour son mariage passée devant nous le trois novembre mil sept cent trente et huit controllée à Domfront le huit dudit mois, de nous cottée et parafée sous la lettre C.


Une quittance généralelle (?) à la réserve de vingt livres montant quarante et une livres donnée par Jean Baptiste François Tussin, sieur du Poirier, audit deffunt, son fermier, en datte du vingt trois may mil sept cent quarante avec une autre dudit Turpin au profit dudit deffunt de la somme de trente livres en datte du neuf novembre dernier, de nous cottées et paraphée sous la lettre D.


Et au surplus les papiers cy devant dattés sont demeurés aux mains dudit Jacque Riant pour, par luy, les représenter toutes fois et quante que besoin sera. Et au sujet des meubles tant morts que vifs ont été estimés tant par les parans que par ladite Julienne Chapron, veuve, à sçavoir lesdits meubles vifs à la somme de trois cent livres y compris les mouches. Et à l’égard des meubles morts, ils ont été estimés à la somme de cent vingt livres. Et les deux tonneaux de poiré ont été estimés à la somme de cinquante livres. Lesquels meubles morts sont restés à la garde dudit Jacques Riant, tuteur pour, par luy, les représenter toutes fois et quante aux dits mineurs. Et à l’égard des meubles vifs, mouches et poire du consentement desdits parans et de ladite veuve. Ledit tuteur demeure authorisé à les vendre et échanger sans être obligé de tenir conte à sesdits frère que de la somme à quoy ils ont été estimés, d’autant qu’il est dû à différent particuliers une somme de cent cinquante livres que ledit tuteur demeure authorisé de payer et dont il luy en sera tenu conte en en tirant des quittances de ceux à qui il payera d’autant que ladite veuve a déclaré que ledit deffunt luy avoit dit devoir ladite somme de cent cinquante livres. Et à l’égard des grains qui peuvent estre à présent ensemencé sur lesdites terre, lesdits parans et ladite veuve consentent que ledit tuteur en face son profit en payant les fermages desdites terre, consentent aussy ledit Jacques Riant, tuteur qu’en cas que lesdits ses frères mineurs veulent résider avec luy et aider de leur travail à faire valoir lesdites terre qu’ils partages avec luy tous les meubles et effait qu’ils pourront avoir lorsqu’ils seront en l’an de leur âge et en cas que lesdits mineurs quittent ledit leur frère tuteur, il ne sera obligé que de leur tenir conte au terme du présent. Et comme ladite Anne Riant sœur desdits Riant est hors d’état de pouvoir gagner sa vie, lesdits parans consentent que le louage de leur maison du bourg aille pour la norir et poura ledit tuteur faire faire vendue desdits meubles toutes fois et quante en cas que lesdits ses frères le quitte pour en tenir conte des deniers d’icelle auxdits ses frères mineurs. Ladite Julienne Chaperon, veuve dudit deffunt se réservant à ses droits seulement et sans atribution d’aucune qualité de sa part. Après tout quoy et toutes sortes de recherches que que nous ayons peu faire et ne restant plus rien à inventorier, nous nous sommes retirés sur les trois heures après midy.


Aux présence de Julien Pellerin, charpentier, et de Pierre Plessis, fils Jacques, paroissiens dudit Lonlay, tesmoins à ce requis et appelés. Signé après lecture faitte et d’autant qu’il reste encores une somme de cinquante livres de dû pour les fermages écheus de la Toussaint dernière que ledit tuteur demeurent authorisé de payer et dont il luy en sera tenu conte sur lesdits meubles vifs.


11 signatures et marques4



*

* *



Notes :

1 Ce texte ne brille ni par l’orthographe d’usage ni par les accords grammaticaux qui ne sont pas ici corrigés. Seules, la mise en page et la ponctuation ont été modifiées.

2 Décédé le 7/1/1741, marié le 4/6/1718 à Lonlay avec Chaperon Julienne. Cette dernière décède le 29/4/1753. Il est assez étonnant que, quoique présente, elle ne figure pas parmi le conseil de tutelle.

3 Mariés le 11/2/1733