Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > 1568 Mariage d’une bourgeoise à Argentan
Par : dozeville
Publié : 27 mars

1568 Mariage d’une bourgeoise à Argentan

Ce contrat ressemble à tous les contrats de droit normand. On remarquera que le dot est relativement important, ce qui se confirme par la présence de cinq robes dont certaines assez luxueuses.

La "ruralité" n’est pas totalement absente de ce contrat.

PNG - 317.9 ko
Robe à grandes manches
(Diane de Poitiers)

Au traicté de mariage quy au plaisir de Dieu sera faict et parfait en face de saincte église par entre Mathieu Lefebvre fils de honneste personne Laurens Lefebvre et de Cearsarine Guibey ses pere et mere bourgeois d’Argentan d’une part et de Anne Aumont fille de deffunct maistre Françoys Aumont en son vivant advocat et de Margueritte Barrey ses pere et mere d’autre part.

A esté promis et accordé audict Lefebvre par maistre Germain, Gilles, Jehan et Françoys dictz Aumont, frères de ladicte fille par son droict de mariage du partage de la succession de sesdicts pere et mere que …..….. la somme de deux centz cinquante livres tournois payable lors des espouzailles des esperéz affidés. Du nombre de laquelle somme ledict Lefebvre s’est submis et obligé en employé la somme de six vingtz livres tournois en rente ou héritage1 au nom et ligne de ladicte fille. Avec ce lesdicts freres ont promys atrousseler ladicte leur sœur de cinq robes en oultre ce qu’elle en a de present : scavoir est une grande robbe a grandez manches doublée de satin, une autre à queue doublée de taffetas, deux cotes et une robe ronde, deux chapperons, une douzaine d’escuelles, deux potz, trois platz, une pinte, une douzaine d’assiettes et une choppine, le toult d’estain, un coffre et ung lict fourny, et atrousselée de linge au myeux que faire se pourra et que la qualité des parties le requiert.

Et en faveur dudict esperé mariage, Laurens Lefebvre pere dudict Mathieu s’est obligé au2 cas que ledict Mathieu, son filz, allast de vie a decés en precedent ladicte faire de pre......... au douaire a ladicte Aumont par chacun an la somme de cent solz tournois. Icelle somme payable audict cas en atendant son plain douaire coustumier et ce jusques au decés dudict Laurens. Et oultre ses freres ont promis au cas ou leur frere ayt quelque vache ou brebiz, les luy delaissé sans y demander auculne chose.

Faict le vingtesme jour de janvyer, l’an mil V centz soisante huict3.

Suit la description des signatures



PNG - 230.4 ko
Robe à queue
(La belle Ferronière)

*

* *

Notes :


1C’est à dire biens héritables donc immeubles (terre ou bâtiments)

2Écrit "ou" conformément à l’époque. Les autres ou sont donc transcrits "au"

3 Cet acte sera reconnu et transcrit dans le registre des notaires le 28 novembre 1568. AD61 4E74/9