Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1710 Fulminer un monitoire
Par : dozeville
Publié : 4 mars

1710 Fulminer un monitoire

Terme de jurisprudence ecclésiastique.

Lettres qui s’obtenaient des juges ecclésiastiques, en vertu de permissions des juges laïques, et qu’on publiait au prône des paroisses pour obliger les fidèles de venir déposer des faits contenus dans ces lettres sous peine d’excommunication. Fulminer, jeter un monitoire. (Dictionnaire Littré)

Le vingt sixième jour d’octobre mil sept cent dix avant midy à Tinchebray.

Pour éviter les fascheux évènements qui auroient pu s’ensuivre en conséquence du monitoire que Pierre Chardin, sieur des rivières, bourgeois de Tinchebray, auroit obtenu en l’officialité [1] de Caen et auroit fait publier en l’église de cette paroisse de Tinchebray, lequel auroit esté en estat d’estre ce jourd’huy fulminé contre plusieurs personnes qui luy fait auroient fait\causé/ beaucoup de pertes et dommages sur le lieu et terre des Buissons à luy appartenant, sis en ladite paroisse de Notre Dame de Tinchebray, comme \pour/ luy avoir po malicieusement rompu plusieurs pieds de jeunes pommiers et poiriers dans le jardin à herbes dudit lieu, coupé et pris quantité de chouds dans ledit jardin et avoir cié et emporté p rompu et emporté aussy quantité de pieds de fouteau [2] et de petits chesnes sur laditte terre. En conséquence de laquelle fulminande, il se seroit pu trouver beaucoup de révélations et, même, ledit sieur des rivières en auroit déjà plusieurs révélations et pour éviter aux grands \frais/ qui pouvoient s’ensuivre en conséquence, s’est présenté Pierre Legot fils de déffunt Guillaume de ladite paroisse de Notre Dame, demeurant au-dit lieu des Buissons, lequel a prié ledit sieur des rivières de ne faire davantage de poursuitte pour lesdits torts à luy faits, recognoissant que, par colère et emportements, il auroit commis ledittes malines actions. Pour desquelles désintéressé ledit sieur des rivières, s’est ledit Pierre Legot obligé et a promis luy payer la somme de vingt livres même pour récompenser de parties des frais de l’obtention dudit monitoire et dilligences . En conséquence icelle somme payable, scavoir cent sols dans huit jours, autre cent sols dans la quinzaine et les autres dix livres au jour de carnaval prochain, parce que aussy dans ladite somme de vingt livres est comprise la somme de soixante sols dont ledit Legot estoit redevable pour reste de la jouissance d’une chambre sise audit lieu des Buissons à luy affermée par ledit sieur des rivières, sauf la récompense dudit Legot sur telle personne qu’il advisera sans y appeler ledit sieur des rivières. Et au surplus, les partyes d’accord et contentes. Aux présence de Michel Huard de Burcy et Abraham Lelievre de St Quentin témoings. Signés après lecture faitte. [3]


Notes :

Notes

[1] tribunal ecclésiastique

[2] hêtre

[3] AD61 4E80/971