Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1682 Admission d’un maître tisserand à Argentan
Par : dozeville
Publié : 12 décembre 2018

1682 Admission d’un maître tisserand à Argentan

Devenir "Maître" d’un corps de métier permet à un compagnon de tenir boutique de son métier.

Chaque corporation gère les admissions qui néanmoins doivent être enregistrées devant une juridiction.

JPEG - 83.6 ko
Métier à tisser
Encyclopédie de Diderot - début du XVIIIe siècle

Du lundy XVe juin 1682 devant de Monsieur de Bellegarde


Sur la requeste à nous verballement

faite par Jean Gouin, compagnon du

mestier de tizerant en toille et en œuvre

en cette ville d’estre receu à la

maistrize dudit mettier dont il est

capable et pour ainsy l’astester

ont fait comparoir devant nous

les gardes et procureur dudit

mettier à scavoir Eustache Gresy,

Nicollas Plessis et Charles Legoult

procureur de la communauté, Maistre Jean

Delacroix, Jean Gautier, Anthoisne Le

Villain, Simon Année, Andrey Bouchard

et Pierre Gouin et austres Maistres

dudit mettier, tous lesquels juréz

de dire vérité, ont dit et attesté

que ledit Jean Gouin est capable

de ladite maistrize. Ouy lequel

raport et le procureur du roy,

nous avons ledit Gouin admis

et receu à la maistrize

dudit mettier de tizerant en

toille et en œuvre en cette

ditte ville et viconté, à la charge par

iceluy Goin de garder les statuts et

réglements dudit mettier et à payer à

la somme de cent sols pour la confrairie

dudit mettier en mains dudit Legoult

procureur d’icelle confrairie et advons

dudit Gouin pris et receu le serment

en tel cas requis et ont tous les

dessusdits signé1     


Note :