Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1690 - 1709 Prisonniers et troupes à Argentan
Par : dozeville
Publié : 6 janvier

1690 - 1709 Prisonniers et troupes à Argentan

Nous sommes peu renseignés sur la présence de troupes dans la ville d’Argentan.

Pour la fin du XVIIIe siècle, on connaît de nombreux décès de soldats à l’Hôtel-Dieu Saint Thomas avec la mention de leur régiment qui devait être stationné tout près.

Un chroniqueur relate cependant l’une des conséquenes des guerres de Louis XIV : "l’accueil" de prisonniers en ville. Il note en même temps la présence de troupes.

JPEG - 7.4 ko
La tour au Fevre ou tour Marguerite

Thomas Prouverre1 raconte :


"A cette époque (1690), il vint à Argentan trois compagnies de gens de pied qui revenoient d’Irlande en très méchant état, ils estoient environ 200, Anglais, Irlandais, Alemans, Liegeois. Puis il nous fust envoyé 40 à 50 prisonniers de la bataille de Fleurus2, nuds et misérables qui faisoient compassion. Il est à remarquer que, grâce à la sévérité du premier commandant, on n’eut aucune plainte à faire contre ces étrangers.


En 1691, on logea plusieurs fois des irlandais dont les premiers furent très tranquilles, mais il en vint plus tard plus de deux mille très gueux, voleurs et fripons qui causèrent beaucoup de désordre dans la ville. Il s’en fallu de très peu qu’il y eut une émeute.


JPEG - 34.5 ko
la bataille d’Almansa
(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le 6 de septembre 1707, il arriva dans cette ville, 167 ou environ, prisonniers de la bataille d’Almanza3 que nos troupes, avec celles du roi d’Espagne, remportèrent dans le royaume de Valence sur les troupes de l’archiduc.

Parmi nos prisonniers de cette ville, il y avait 130 portugais qui étoient catholiques et que l’on mis dans la tour que l’on nomme Le Fevre4 au bas de la tour de la vicomté et 37 anglois que l’on mis dans la tour de beurre qui est dans le château et ceux qui étoient malades, on les mis dans la tour St Jean. C’étoit la plus grande misère que de les voir, ils faisoient compassion. Ils étoient tout nuds n’ayant que de pauvres haillons à les couvrir quelques parties du corps, plusieurs étant nud testes. On leur donnait par jour qu’une livre 4 onces de pain et de l’eau.

Ayant été échangés, les portugais partirent de cette ville le 18 octobre 1709. Pour s’en retouner, on ne leur donnoit plus que des pains d’orges depuis la récolte. Les anglois avoient été échangés plus tôt. Il y avait 3 ou 4 mois qu’ils étaient partis. Comme ils n’entendoient point le françois, (blanc) le parloient pour leur faire faire leurs pasques en 1708, l’aumonier du régiment de (Touvillon ?) qui étoit venu confesser les deux compagnies allemandes dudit régiment qui étoient en garnison dans cette ville, confessa aussi les portugais prisonniers dans la chapelle de Notre Dame et les communia parce que ledit aumônier, qui était un carme, parlait de 6 à 8 langues."



*

* *

Notes :

1Thomas Prouverre est un chroniqueur argentanais du XVIIe siècle qui fut notamment trésorier de la fabrique de l’église St Germain. Son manuscrit original, conservé au presbytère, a été détruit en 1944 dans les bombardements.

Il en reste une copie partielle faite par Xavier Rousseau conservé dans une collection particulière que l’on m’a permis de consulter.

Thomas Prouverre étant décédé en 1693, il fut prolongé par ses neveux.

2La bataille de Fleurus a eu lieu le 1er juillet 1690 à Fleurus (en Belgique actuelle). Ce fut une victoire pour l’armée française commandée par le maréchal de Luxembourg contre les armées d’une coalition rassemblant les Provinces-Unies, les Impériaux, l’Espagne et l’Angleterre dirigée par le général allemand Waldeck. La France perdit 4 000 hommes, alors que les coalisés ont perdu 20 000 hommes. (Wikipédia)

3Lors de la guerre de Succession d’Espagne, Berwick à la tête d’une armée franco-espagnole remporta à Almansa, le 25 avril 1707 sur les troupes luso-britannico-hollandaises de l’archiduc Charles, commandées par Henri de Massue et le marquis des Minas, une grande victoire, permettant à Philippe V de reconquérir son trône. Elle est donc probablement la seule bataille de l’histoire à avoir opposé des troupes françaises commandées par un Anglais à des troupes anglaises commandées par un Français.(Wikipédia)

4Plus connue comme la tour Marguerite.