Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1680-1684 Un nouvel autel pour l’église St Germain
Par : dozeville
Publié : 30 décembre 2017

1680-1684 Un nouvel autel pour l’église St Germain

On trouvera ici deux textes de provenances différentes :
- la commande d’après le manuscrit de Thomas Prouverre, disparu en 1944 mais qui est connu par une copie partielle de Xavier Rousseau (chez un particulier)
- les déboires de Maître Despierres, auteur de l’œuvre. Texte des archives du bailliage d’Argentan (aux AD61).

Le chroniqueur relate :

Le dimanche 2 juin 1680,

Mr Bernier, prestre, fit proposer à l’assemblée de Mrs les trésoriers qu’une personne de dévotion le chargeoit de dire qu’elle avoit l’intention de donner 400 livres pour employer à faire un tabernacle au grand autel du coeur de St Germain pourvu que l’on répare et augmente la contretable dudit coeur.

Il fut aresté que l’on priroit Mr Guillaume Letort de visiter le lieu et donner les dessins. On en agrée un et il fut délibéré que l’on ferait apporter quatre colonnes de careau de Abloville pour ledit ouvrage. Mais plusieurs trouvèrent à redire et blamèrent le dessin et l’on décida de faire venir le Sieur Despierres de Sées qui avoit fait la contretable du séminaires de Sées, très estimée par les scavans.


Du 5 décembre 1680

En l’assemblée de Mrs les trésoriers, tenue en la présence de M. De Bellegarde Dufour, lieutenant de M. le baillif d’Alençon, Messire Jacques Despierres, sculpteur à Sées, s’est submis envers lesdits sieurs curé, maire et trésorier de l’église St Germain de construire la contretable du grand autel de ladite église suivant les dessins par lui présentés, à charge pour les trésoriers de faire démolir la vieille contretable et rendre la place prête et de fournir tous les matériaux nécessaires pour ladite contretable et les tabernacles.

En outre, ils ont promis de payer au sieur Despierres 2100 livres pour son travail. Ne sont point comprises dans ledit travail les trois statues qui sont dans ledit dessin, que les trésoriers feront faire à leur convenance. Le sieur Despierre promit de travailler sans interruption et, comme ledit ouvrage doit comprendre les 5 piliers ainsi qu’il est marqué par le plan, le sieur Despierres s’est obligé de donner autant de jours qu’il pourra sous les deux niches des deux costés.


Au mois de mars 1684,

le sieur Despierres ayant travaillé fort négligeamment, le plus fin et le plus beau restant encore à faire, le tabernacle n’est encore qu’ébauché. Il est à remarquer que les colonnes qui devaient estre en careau d’Habloville, ont esté faites en marbre et l’ouvrage est approuvé et trouvé bien excécuté par beaucoup de personnes.

A cette époque, on menaça le sculpteur de le plaider s’il n’avançait pas son ouvrage et comme on promit de le payer 10 livres par semaine, il acheva le tabernacle à la Pentecoste.

JPEG - 49.3 ko
L’autel de l’église St Germain
Photo de l’auteur à Noël 2017.
(on voit la crèche.)

Le jugement du baillage :


Les gents du Roy, qui ont eu communiquation1

du procès intenté de la part des gardes

et jurés des menuissiers de cette ville

à l’encontre de Jacques Despierres maître

sculpteur et architecte, demeurant en

cette ville. Ladite instante commençant

par exploit de Jean Visage, de visite dans

la maison dudit Despierres, avec assignation

à luy faite le douzième de septembre

dernier pour \ce/ voir condamner à la confiscation

des meubles sur luy saisis ensemble, de la

requeste présentée par ledit Despierres

le 24e de ce mois tendante à ce que veu

la capacité notoire dans l’art de sculpture

et architecture dont il a donné des marques

en plusieurs édifices publicqs et contretables

et tabernacles de bois qu’il a faits tant

en la ville de Sées que aux églises de

l’abbaye de Saint Martin et de la chapelle

de la mission, qu’en l’église Saint Germain de

cette ville dont il a fait la contretable

de careau et marbre avec le tabernacle de

bois, il plaise à justice à justice luy

permettre de travailler en cette ville

pour l’utilité et service du publicq en

qualité de maistre menuisier. Ladite requeste

signifiée aux dits maistres et jurés desdits

menuissiers le 25e dudit mois avec

assignation à comparoir en ce greffe le

lendemain pour procéder sur les [faits]

à quoy lesdits jurés des menuissiers n’ayant

fait aucune responce ny forme de

contestation depuis ledit jour.


Je n’empesche pour le Roy, veu la

capacité notoire dudit Despierres, iceluy

estre receu à travailler en qualité de

maistre menuissier en donnant par luy

deux livres de sire pour servir à l’hostel de

Saint Servais, patron des menuissiers et faisant

droit sur l’action desdits menuissiers, que ledit

Despierres soit condamné en soixante

sols pour tous intérest et dépends suivant

nos sentences précédentes pour avoir

travaillé auparavant no ce jour aux

ouvrages de la menuisserie. Ce 30e

octobre 1684


De Viel


Veu la conclusion cy-dessus et le tout délibéré


Nous avons ledit Despierres condanné pour

soixante sols pour tous intherests et

despens vers lesdits menuisiers, etc faisant23

-----------

Notes :

1mot abrégé avec une orthographe ancienne

2Manque la fin