Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1715 Condamnés à servir le roy comme forçats dans ses galères
Par : dozeville
Publié : 30 juillet

1715 Condamnés à servir le roy comme forçats dans ses galères

Je vais exposer ci-après un procès presque ordinaire de la fin du règne de Louis XIV. Il est exposé de la façon dont on le découvre dans le registre : c’est-à-dire en commençant par la condamnation et en terminant par l’exposé des faits par les témoins (s’agissant d’un procès de "clameur publique" et non sur plainte).

Le texte original que vous pouvez consulter sur internet comporte environ 270 pages (voir note).

___________________________________________________________________________________________________

Le verdict

Ultimes interrogatoires

Le premier interrogatoire de Gaillard Bois

Les témoins



Le verdict


25 mai 1715

 

Veu et délibéré le procesd estraordinaire fait et parfait à l’encontre de Jean Delanoe dit Galard Bois, Philippe Hamel dit Grillon et autres, accusé et convaincus d’avoir fait et vollé plusieurs chevaux, chavalles1 et autres besteaux dans les herbages de plusieurs paroisses…



Nous disons que ledit Philippe Hamel et ledit Jean Delanoe dit Gaillard Bois sont deubment atteints et convaincus d’êtres voleurs de chevaux et autres besteaux, d’avoir volé deux chevaux à Louis Lesenechal, d’en avoir volé trois à Patrice et Robert Courvoisier et d’en avoir volé un à Robert Delamarre.

Pour punition et réparation de quoy, avons lesdits Hamel et Delanoe dit Gaillard bois, condamnez à servir le roy comme forçats dans ses galères à perpétuité et sans rachaps, leurs biens requis et confisqués au roy ou à qui il appartiendra sur iceux, préalablement pris cinquante livres d’amende envers le roy en cas que la confiscation n’ait lieu au profit de sa majesté. Et avant que faire droit sur le proffit de la contumace contre les nommés Pasrisy, frères, avons ordonné qu’il sera plus amplement informé. Et mandement aresté à Argentan à la chambre du conseil, le vingt cinqe jour de may mil sept cent quinze2


Coifferel De Tremons, Jeanain, De Vigneral, Bernier


***


Ultimes interrogatoires


25 mai 1715

Ces pages n’apportent guère d’informarions sur l’affaire.


1 - Gaillard Bois


Nous Claude Lecoifferel, écuyer, seigneur de Trémont, conseiller du roi, lieutenant général civil et Criminel et de police au bailliage d’Alençon pour la vicomté d’Argentan… avons procédé à l’interrogatoire, sur la sellette, d’un nommé Jean Delanoe dit Guillard bois, arresté, prisonnier et décrétté de prise de corps, requeste du procureur du roy et accusé d’être voleur de chevaux et autres besteaux..

Interrogé s’il n’est pas vray qu’il vingt en cette ville le jour de la foire de la Pentecoste dernière avec Philippe Hamel ?


- a répondu qu’il vingt avec ledit Hamel en cette ville mais ne scait sy c’estoit un jour de foire et ne scait sy c’estoit dans le temps de la Pentecoste.


Interrogé s’il n’est pas vray qu’ils acheptèrent une petite cavalle brune ?


- A répondu qu’il n’a point achepté de cheval avec ledit Hamel.

Interrogé quand il vint en cette ville avec ledit Hamel s’ils avoient chacun un cheval ou s’ils n’en avoient qu’un à eux deux et à qui le cheval appartenait ?


- A répondu que luy, répondant, avoit un cheval qqui luy apartenoit, ne se souvient sy ledit Hamel en avoit un.

Interrogé de quel poil étoit le cheval sur lequel il vint en cette ville ?


- A répondu que c’estoit une jument de poil saulne.


Interrogé qui est-ce qui venoit faire en cette ville avec ledit Hamel ?


- A répondu qu’il étoit venu achepter du bled à la halle.


Interrogé s’il a été dans la parroisse de Chansegré et dans celle d’Astis et s’il a point bu dans les cabarets desdites parroisses ?


- A répondu qu’il ne connaissait point la parroisse de Chansegré et qu’il n’y a jamais été mais a pu passer par celle d’Astys en allant à Condé.


Interrogé s’il connaît la parroisse de St Georges d’Annebec et s’il y a été ?


- A répondu qu’il ne la connaît point et qu’il ne croit pas y avoir été


Avons cessé de l’interroger, lecture à luy faite desdits interrogatoires et réponses, a persisté à ses dites réponses pour être véritable en tout leur contenu… et iceluy remis aux prisons en la charge et garde de Morin, concierge. (vue 308)


2 - Philippe Hamel



Interrogé s’il n’est pas vray qu’au commencement du mois d’aoust de l’année mil sept cent douze, il fut en la parroisse de Joué du Plain avec le nommé Gaillard Bois et autres ?


- A répondu qu’il ne s’en souvient point.


Interrogé s’il n’est pas vray qu’il vint en cette ville à la foire de la Pentecoste dernière avec ledit Gaillard Bois ?


- A répondu que ouy.


Interrogé de quel poil étoit ledit cheval et sy c’estoit pour luy ou pour le dit Gaillard Bois et quel prix ledit cheval cousta ?


- A répondu que c’étoit une cavalle brune qu’il achepta à la foire pour ledit Gaillard Bois, qui cousta vingt escus.


Interrogé où il coucha avec ledit Gaillard Bois la nuit du lundy au mardy d’après la Pentecoste ?


- A répondu qu’il coucha avec ledi Gaillard Bois dans le Cours de cette ville.


Interrogé où les chevaux couchèrent


- A répondu qu’ils couchèrent dans le cours, dont un desdits chevaux qu’il avait achepté fut attaché à la jambe de luy répondant et l’autre à un arbre. Et le lendemain, au matin, après avoir été à la messe, ils allèrent desjusné chez Alliot et mirent les deux chevaux dans son escurie.


Interrogé dans laquelle des églises ils furent pour entendre la messe et où ils mirent leurs chevaux pendant ledit temps ?


- A répondu qu’il croit avoir entendu la messe dans l’église de l’hôpital qui est proche d’Alliot et qu’ils attachèrent leurs chevaux à des aneaux de fer qui étoient dans un mur proche l’église.


Interrogé pourquoy ils n’avoient pas mis leurs chevaux dans l’escurie d’Alliot avant que d’entendre la messe, veu qu’ils avoient le dessin d’y aller desjuner et que l’escurie est toute proche ?


- A répondu qu’il ne connaissait point Alliot et qu’il n’y fut dejusner avec ledit Gaillard
Bois que par hasard


Interrogé s’il a jamais été dans la parroisse de Changré et dans celle d’Astys ?


- A répondu qu’il n’a jamais été dans lesdites parroisses


Avons cessé de l’interroger... (vue 310)

***


Le premier interrogatoire de Gaillard Bois

30 janvier 1715

Le 29 janvier 1715, Jean Rouillé, huissier audiencier, se rend à la Motte Fouquet où il se saisit de Gaillard Bois quy est prisonnier aux prisons du lieu et l’amène à Argentan.

Nous Claude Lecoifferel, écuyer, seigneur de Trémont, conseiller du roi, lieutenant général civil et Criminel et de police au bailliage d’Alençon pour la vicomté d’Argentan … sous sommes transportés pour faire passer l’interrogatoire au nommé Gaillard Bois de Mesnil Jean, constitué prisonnier aux prisons royales de cette ville … au sujet de plusieurs vols de chevaux et autres bestiaux faits tant en cette ville que paroisses circonvoisines … avons fait admener le dit Gaillard Bois par Morin, concierge.

Ledit Gaillard Bois, par nous, juré de dire véritté.

Ce qu’il a promis faire.


1 Interrogé de son nom, aage, qualité et demeure, relligion et profession et s’il est marié ?

Lequel nous a dit avoir nom Jean Delanoe, dit Gaillard Bois, aagé d’environ quarantz ans, est veuf, a une fille de son mariage, a fait profession de la religion catholique, apostolique et romaine et ..


2 Interrogé de quelle vacation il est et en quelle paroisse il fait sa résidence ordinaire ?

A répondu qu’il mène du sel blanc et grix et ne fait d’autre vacation que quelquefois il mène des po……et n’a point de demeure fixe et sadite fille demeure au Pont Ecrepin chez la dame Boscher pour garder des bestiaux.


3 Interrogé sy luy répondant a des chevaux et en quel nombre pour faire ledit commerce ?

A répondu qu’il avoit une jument qu’on luy a ostées lorsqu’il fut arresté par les archers des gabelles quoy qu’il n’eust pour lors de sel, laquelle valloit bien sept pistoles.


4 Interrogé de quelles personnes il avoit achepté ladite jument et depuis quel temps ?

A répondu qu’il achepta la dite cavalle le quinzième jour du présent mois à une foire qui se tenoit à St Germain proche de Condé, ne connaît que de vue celuy qui luy vendit ladite cavale, croit qu’il est de St Hillaire ou de Mortain, et ne scait son nom, et ladite cavalle luy cousta sept pistoles vingt sols passant


5 Interrogé de quel cheval luy répondant se servoit auparavant ?

A répondu qu’il se servait d’un cheval rouen qu’il avait achepté en Bretaigne lequel luy fust arresté chargé de sel par les archers proche de Louvigny en Bretaigne, et luy répondant, se sauva.


6 Interrogé si luy répondant vas seul ou en compagnie tant pour son commerce de sel que autres denrées par luy articulées ?

A répondu qu’il alloit, il y a environ quatre ou cinq ans avec le nommé Charles Onfrey de Mesnil Jean, que depuis ce temps, il a été prisonnier à Fougères pendant quinze mois, Fallaise et Caen dont il fut mis hors la prison par l’édit de Monsieur l’intendant de Caen. Depuis ce temps-là, il fut malade et depuis un an il continué son commerce, tantost seul et tantost avec le nommé François Parisy de Treize Saints et trois fois avec le nommé Hamel.


7 Interrogé comment il est sorti des prisons de Fougères, Fallaise et Caen ?

A répondu qu’ayant esté arresté luy, troisième, avec neuf chevaux chargés de sel, ils furent conduis aux prisons de Fougères d’où ils sortirent après avoir esté condamnés d’estre marqués et f…. mais ne le furent point et on les mist hors de ladite prison deux mois après ladite sentence sans leur avoir fait aucune chose sinon que leurs chevaux et soins furent perdus. Ce qui se passa il y a viron quatre à cinq ans et avoint pour parye le sieur Barrey, directeur des gabelles. Et la second fois, luy repondant, revenant de Fougères dont il n’estoit sorty de prison il n’y avoit que trois jours, il alla coucher chez le nommé Lebourgeois avec le nommé François Lavallée à Clennefougère et estant couché chez ledi Lebourgeois, ils furent arrestés de nouveau, l’un et l’autre, par les archers du sel de Fallaise et iceux conduis à Fallaise, quoiqu’ils n’eussent point de sel, aux prisons et delà furent transférés à Caen aux prisons dont il fut fait sortir après un an par Monsieur l’intendant.


8 Interrogé des noms de ceux qui furent arrestés avec luy à Fougères ?

A répondu qu’ils se nomment Leblond de la paroisse de Cassy, l’autre La vallée de .. Laigle et luy répondant estoit le troisième.


9 Interrogé à qui appartenoit les neuf chevaux qui furent arrestés à Fougères et combien il y en avoit pour son comte ?

A répoudu qu’il y en avoit qu’un pour luy répondant et les autres apartenoient aux autres particuliers et autres qui se sauvèrent.


10 Interrogé s’il est venu en cette ville et en quel temps et avec quelles personnes ?

A répondu qu’il y est venu plusieurs fois et nottamment vers l’esté dernier, accompagné d’un nommé Hamel.


11 Interrogé s’il y venoit pour vendre ou acheter marchandise et quelle marchandise ?

A dit qu’il ne peut se souvenir sy lorsqu’il passa par ici, il alloit ou revenoit de vendre du sel, se souvient seulement qu’il y beut et mangea avec ledit Hamel chez le nommé Alliot.


12 Interrogé en quel lieu il avait pris ledit Hamel et où ils couchèrent ce jour là ?

A répondu qu’il avoit pris ledit Hamel chez luy en la paroisse des Yveteaux, ne couchèrent point en cette ville, allèrent par Mesnil Glaise ensuite où ils burent chez le nommé Mathurin Monnier et ensuite ledit Hamel s’en alla chez luy et luy, répondant, croit qu’il alla coucher en la paroisse de Mesnil Jean chez le nommé Bardel sans pouvoir le déclarer possitivement.


13 Interrogé s’il connaissait par avant ledi Hamel et quel est son commerce, d’ordinaire ?

A répondu qu’il connoist ledit Hamel depuis près de vingt ans pour mener du charbon et de la charée, ne se voyant point fréquemment, excepté dans les marché où ils se rencontoint et on beu quelques fois ensemble.


14 Interrogé sy lorsqu’ils burent ensemble chez ledit Alliot en cette ville, ledit Hamel et luy répondant ils estoint à pied ou à cheval ?

A répondu qu’il ne se souvient point s’ils avoint deux chevaux ou un, est certain qu’ils en avoint mais n’est point certain du nombre, croit que s’il y en avoit un, il estoit à luy répondant.


15 Interrogé s’il a esté à quelques fois au marché en cette ville où il ait achepté quelques chevaux et combien il y a de temps ?

A répondu qu’il y a sept à huit ans qu’il achepta un cheval à la foire de cette ville, qui se tient au renouveau, d’une fille de vers Fontaine proche Trun et une autre fois, il vendit une jument grise au nommé Jean Vincent de cette ville, et n’a point de connaissance d’en avoir vendu ou achepté en cette ville depuis ledit temps.


16 Interrogé sy luy, répondant, a esté du costé des paroisses de Sepvrey, Joué du Plain, Vieux Pont et Avoynes et s’il y a longtemps qu’il y est allé ?

A répondu qu’il a esté plusieurs fois dans lesdites paroisses et notamment dans celle de Joué du Plain où il a vendu de la marchandise de sel.


17 Interrogé avec quelles personnes, il faisoit le commerce de sel y a longtemps ?

A répondu qu’il y a esté avec les fils de Charlot de Mesnil Jean, le nommé Bricquet demeurant au Mesnil Jean et une fois avec le nommé Hamel il y a viron un an ou deux dans le commencement du mois d’aoust.


18 Interrogé sy lorsqu’il y a passé avec ledit Hamel,ils avoient des chevaux et le nombre ?

A répondu qu’il croit qu’ils n’avoint qu’un cheval.


19 Interrogé sy lorsqu’il a esté arresté il estoit seul et en quel lieu ?

A répondu qu’il estoit seul et que ce fut dans le grand chemin de Lougey à Rasnes estant monté sur sa jument et alloit pour lors à Couptrain au médecin.


20 Interrogésy lorsqu’il a esté arresté par les archers des gabelles, il fut fouillé et sy on ne luy a point pris d’armes et d’argent ?

A répondu que les archers du sel qui l’arrestèrent le fouillèrent après luy avoir saisy sa cavalle et luy ostèrent environ six à sept louis qu’il avoit dans ses poches et laquelle cavalle ils ont vendue à ce qu’il a aprist, et n’avoit aucune arme.


21 Interrogé sy l’huissier qui l’a admené dans ses prisons l’a fouillé en se saisissant de sa personne ?

A répondu que ouy et qu’il fut fouillé et ne luy trouvèrent que son cousteau et son peigne.


Avons cessé de l’interroger, lecture à luy faite desdits interrogatoires et réponses, a persisté à ses dites réponses pour être véritable en tout leur contenu… et iceluy remis aux prisons en la charge et garde de Morin, concierge.

Coifferel de Tremont

Gaucher (vues 310 et suivantes)


***


Les témoins


9 septembre 1712


(Ils sont nombreux je n’en citerai que quelques-uns. Certains d’entre eux furent interrogés en 1714)

1 Pierre Barbel, journalier, de Mesnil Jean, 50 ans


- dépose avoir apris par bruit commun qu’il y a eu plusieurs vols faits de chevaux et autres bestiaux dans les paroisses circomvoisines ne scait par quelles personnes ny ceux quy en sont soubçonnéz excepté que ce jour d’huy estant en la compagnie du mareschal de Chantelou, paroisse de Joué du Plain, parlant desdits vols et que le nommé Gaillard Bois demeurant autrefois en la paroisse de Mesnil Jean en estoit spubçonné, lequel Gaillard Bois a esté mallade pendant six mois tant à … qu’en ladite paroisse de Mesnil Jean, n’est guéri que depuis six sepmaines. Depuis lequel temps ne scait ce qu’il a fait, excepté qu’il l’a veu passer une fois sur une petite jument en ladite paroisse de Mesnil Jean par le bout d’une pi[è]ce, il y a viron un mois et lequel soubçon estoit par le nommé Lesenechal de ladite paroisse de Joué du Plain chez lequel ledit Gaillard Bois avoit servi et auquel on a vollé deux bestes chevalines et est tout ce qu’il a dit scavoir.


2 Marie Bisson, femme de Claude Heuzard de Joué du Plain, 28 ans


- dépose qu’elle a connaissance qu’il fut vollé deux bestes chevalines à Louis Lesenechal .. dans la fin du mois de juillet… lesquelles estoient dans les herbages et le soir précédent ledit vol elle vit passer proche desdits herbages un particulier qui s’apelle Mesnil Jean qui estoit assis sur un cheval à bas et un autre qui le suivoit à pied ayant un baston et lesquelz regardoint du costé desdits herbages, lesquelz hommes elle ne connoist que pour estre faux sauniers et ne scait de quel lieu ils sont et est tout ce qu’elle a dit scavoir.


3 Jean Lesenechal, laboureur de Joué du Plain, 30 ans


- dépose qu’il vit passer le premier jour d’aoust dernier, sur les sept à huit heures du soir, le nommé Gaillard Bois par le bout des herbages de Louis Lesenechal, frère du déposant, lequel était accompagné d’un autre homme qu’on apelle Hamel de la paroisse de Fremantel et le dit Gaillard Bois de la paroisse de Mesnil Jean, lequel Gaillard Bois estoit monté sur une petite jument et l’autre à pied qui le suivait et le lendemain matin il aprist qu’on avoit vollé deux bestes chevalines audit Louis Lesenechal dans son herbage et est tout ce qu’il a dit scavoir.


4 Louis Lesenechal, laboureur de Joué du Plain, 30 ans


- dépose qu’il luy fut volé un cheval et une jument dans ses herbages… en la nuit du premier jour d’aoust au deuxième dudit mois et ayant fait la recherche des deux bestes, il luy fut dit par Jean Lemarchan d’Atis qu’il avoit veu lesdites bestes de la manière dont il les luy dépeignit entre les mains d’un nommmé Gaillard Bois de Mesnil Jean et de deux autres nommés Parisy de la paroisse de Joué du Plain lesquels sont faux sauniers et est tout ce qu’il a dit scavoir.


5 Marin Leboeuf, mareschal en la paroisse de Joué du Plain


- dépose que le deuxième jour d’aoust dernier, au matin, seroit venu dans sa maison Louis Lesenechal de ladite paroise, lequel luy auroit dit qu’on luy avoit vollé la nuit précédente, dans ses herbages, un cheval et une jument et sur ce qui luy déposant luy auroit demandé s’il n’avoit rien veu ou s’il ne soubçonnait personne, il luy fit réponse qu’il avait vu le soir précédent deux faux sauniers qu’il soubçonnois dont un qui s’apeloit Gaillard Bois. En estoit un qui avoit demandé ches Louis Heuzard et Nicolas Crestien de ladite paroisse qu’il ne connoissoit point. Et pria, luy déposant, de luy ayder pour en faire la recherche, ce qui fist que ledit déposant monta à cheval et alla dans la maison ou demeuroit ledit Gaillard Bois en la paroisse de Mesnil Jean où il aprist qu’il n’y demeuroit plus mais qu’il se retiroit ches le nommé Joseph de ladite paroisse où luy déposant alla et n’a pu trouvé que la femme dudit Joseph laquelle il pria de luy faire parler audit Gaillard Bois, feignant avoir des affaires avec luy, elle luy fist réponse qu’il se retiroit ches Pierre Bardel de ladite paroisse où elle le mena, et ayant parlé audit Bardel et demandé où estoit ledit Gaillard Bois, il luy fist réponse qu’il ne l’avoit point veu depuis le matin du jour précédent, alors la fille dudit Bardel dist qu’ils ne l’avoint point veu depuis le matin du jour précédent que le nommé Hamel de Frémantel l’estoit venu prendre ey qu’ils estoint sortis ensemble. Et estant venus en la paroisse de Traissaintz ches les nommés Parisys, faux sauniers, pour s’informer s’ils avoint point veu ledit Gaillard Bois et s’il n’estoit point avec eux, ou estant lesdits Parisys luy dirent qu’ils ne l’avoint point veu, excepté qu’il estoit le jour précédent au Pont Blutel à boire avec le nommé Hamel de Fremantel où ils avoint estéjusques à cinq heures après midy. Dans ce temps le nommé Lemarchand de Joué du Plain qui se trouva là, dist qu’on avoit vollé aux Senechaux deux bestes chevalines le jour précédent et comme luy déposant ne le voulait pas dire, feignant de ne pas le scavoir, ledit Parisy, père, parlant en ces termes dist : "Mord… Sca esté lesdits Gaillard Bois et Hamel qui ont vollé lesdits chevaux" et lesdits Parisy, frères, promirent au déposant de s’en informer du costé de St Aubert ou Astis et qu’ils luy manderoient. Et le lendemain matin, luy déposant, et Louis Le Senechal, ayant monté à cheval pour faire ladit recherche, ils furent en la paroisse de Chansegré ches le nommé Beschin qui vend cabaret, auquel s’stant informé desdits Gaillard Bois et Hamel, il luy dist qu’il ne venoint plus par ce lieu là depuis un mois ou cinq sepmaines qu’ils y avoint vollé deux vaches à des particuliers de ladite paroisse, lesquelles on leur avait … ; ce qui les obligea de s’en revenir. Et ayant trouvé vendredy dernier, en ce bourg, Pierre Bardel de Mesnil Jean, ches lequel ledit Gaillard Bois se retire, auquel s’en estant informé, il luy fist réponce qu’il ne l’avoit point veu depuis ledit déposant et ce jourd’hui l’ayant encore trouvé et fait pareille demande, il luy auroit fait pareille réponce qu’il ne l’avoit point veu mais que quand il sauroit quelques choses dudit Gaillard Bois et les autres, il n’en diroit rien parce qu’ils le tueroint et est tout ce qu’il a dit scavoir.


6 François Onfroy, de Ste Croix sur Orne, marchand, 32 ans

-dépose qu’estant en marchandise en la paroisse d’Astis vers le quinzièeme du mois d’aoust dernier, il luy fut dit par Jean Lemarchand de ladite paroisse qu’on estoit venu à la poursuitte de chevaux qu’on avoit vollés en la paroisse de Joué du Plain et de la manière qu’on les luy avoit dépeint, il avoit veu un petit garçon qui luy avoit dit qu’on luy donnoit un sol pour le mettre dehors et pour le logis qui estoit de la manière dont on luy avait dépeint un des chevaux sans autrement s’expliquer et est tout ce qu’il a dit scavoir.


7 Pierre Huette, cabaretier au Pont Blutel, à Treize Saints3, 45 ans

-dépose qu’il y a environ ldeux mois, les nommés Gaillard Bois et Lehamel de la paroisse de Mesnil Jean et Lehamel de Fremantel, estant à boire ensemble dans la maison du déposant, l’après-midy, sur les quatre heures un certain jour, et le lendemain matin, luy déposant aorist qu’on avait vollé deux chevaux ou cavalles dans l’herbage des fermiers de monsieur d’Elezeau de la paroisse de Joué du Plain et est tout ce qu’il a dit scavoir.


8 Charles Ledos, marchand, Loucey, 46 ans

-dépose qu’il y a environ deux ans qu’il achepta à Saint Clair de la Pommeraie une cavalle à poil brun bais, les cours …, la queue blanchastre marquées en teste pour Louis et Jean Lesenechal, frères, par le prix de cent livres, et dans le mois d’aoust dernier un certain Jouis. Ledit Louis Lesenechal seroit venu ches luy déposant eluy auroit dit qu’on leur avoit vollé dans leur herbage la nuit précédente ladite cavalle avec un autre cheval à poil rouge et le pria de voulloir aller à la recherche de ses chevaux, ce qui luy accorda, et estant party à cet effet… dans la paroisse d’Astis et s’estant informé tant au sieur curé de ladite paroisse qu’autres paroissiens s’ils avoient point connaissance d’avoir veu passer les chevaux et cavalles qu’il leur distingua, et luy ayant fait réponce que non, mais qu’il y avoit deux mauvaises retraites de volleurs et faux sauniers dans ladite paroisse mais qu’il éstoit difficile d’en approcher et que les nommés Parissy, deux frères de la paroisse de Traissainz, estoint de la caballe et luy déposant s’en estoit revenu sans en rien apprendre davantage. Et environ huit jours après ledit Louis Lesenechal seroit revenu ches ledit déposant et luy auroit dit qu’il avoit eu des nouvelles de leurs chevaux et qu’ils estoint à Astis et pria luy déposant d’y aller avec luy, ce qu’il luy accorda et estant arrivés au cabaret d’Astis, plusieurs personnes dudit lieu arrivèrent autour du déposant et luy dirent en ces termes ; « Voisla le monsieur aui avoit perdu ses chevaux s’il avoit tardé au lendemain à partir, il auroit veu passer son cheval et sa cavalle, que Gaillard Bois estoit monté sur la cavalle et le nommé Lehamel sur le cheval qui alloint vers le pays de bas, et ayant resté jusques au lendemain, il arriva un particulier audit cabaret qui dist au déposant que le cheval qu’il cherchoit, n’y estoit plus mais que la cavalle y estoit encore de la manière dont il l’avoit dépeinte, mais qu’elle estoit bien émégrie et coupée sous la queue et qu’elle étoit à la Touroudière mais qu’ils ne la metoint plus au champ depuis le jeudi précédent mais qu’il n’estoit pas possible d’en a procher par ce qu’ils estoint cinq volleurs à port d’armes, ce qui obligea ledit déposant et ledit Louis Lesenechal d’aller ches le sieur d’Astis pour le prier de leur rendre service, lequel leur donna une lettre pour donner à la brigade de Condé afin d’en faire la recherche. Laquelle ils portèrent au directeur de Condé. Et ensuite retournèrent et n’en a plus entendu parler ... et est tout ce qu’il a dit scavoir.


9 Charles Leguerney, prêtre, de Sepvrey, 55 ans


10 Michel Pierre, laboureur, de Sepvrey, 74 ans


11 François de Gautier, escuyer, sieur de Montreuil, de Sepvrey, 45 ans


12 François Lanson, laboureur, de Mesnil Jean, 35 ans

-dépose qu’il connaît le nommé Hamel, voiturier de charée et de charbon pour estre mal famé sans pourtant connoistre de son chef qu’il ait commis aucune mauvaise action, le connoist seulement pour l’avoir veu plussieurs [fois] l’année présente et précédente avec le nommé Guillard Bois en divers endroitz passant et repassant, les avoir veu boire au cabaret de Saint Malo il y a un an et plus et est tout ce qu’il a dit scavoir.


13 Jacques Morand, boullenger, de Saint Malo4, 57 ans

-dépose qu’il y a environ dix huit mois qu’estant cabaretier en ladite paroisse de St Malo, ledit Gaillard Bois a beu dans son cabaret trois à quatre fois tant pendant le mois d’aoust que dans l’hiver avec le nommé Hamel et un breton qu’ils nommoint Tout Rond, qui se disoit de la paroisse de Fresnes proche de Vire, a connoissance que ledit Hamel se nommoit communément Grillon et que lesdits Gaillard Bois et luy ont la réputation d’estre des fripons et est tout ce qu’il a dit scavoir.


14 François David, boullenger, de Saint Malo, 45 ans


15 Jacqueline Houyer, femme de François David, boullenger toillier, de St Malo, 40 ans


16 Gabriel Bourgerie, Meunier au moulin de Bernay5, 40 ans


17 Marin Delarivière, maitre charbonnier, de la Fresnaye au Sauvage, 30 ans


18 Jean Jouenne, laboureur, de Mesnil Jean, 48 ans


19 Guillaume Lair, sieur de chapelles longchamps, de Putanges, 35 ans , etc (vues 336 à 377)

***


En 1715, lecture est donnée à Gaillard Bois des témoignages, témoignages qu’il réfute losqu’ils l’accusent.


  *

 * *

Notes :



1 Pour cavales (en Normandie le ch peut se prononcer « q »)

3 Paroisse rattachée à Batilly

4 Paroisse rattachée à la Fresnaye-au-Sauvage

5 Paroisse rattachée à Batilly