Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > Les contrats de mariage > 1785 la séparation de biens dès le jour du mariage à Messei
Par : dozeville
Publié : 30 juin

1785 la séparation de biens dès le jour du mariage à Messei

Si les deux futurs époux ne sont pas bien riches, la future a quelques biens qu’il faut protéger.

Toute sa famille pèse de son poids pour instaurer une séparation de biens dans une union dont un enfant est déjà né avant mariage et ce, depuis deux ans !

Le lecteur pourra imaginer et supputer toutes les scènes et tractations qui ont du avoir lieu.

Devant nous, notaire royal à Messey soussigné, le seizième jour de janvier mil sept cents quatre vingt cinq, en notre étude, avant midy.

Pour parvenir au mariage qui, au plaisir de dieu, sera fait et parfait en face de notre mère, la sainte église catholique, apostolique et romaine, entre Jullien Aulair, journalier, fils feu François et de feue Marie Amiard, ses père et mère, d’une part, et entre Marie Françoise Huet, fille de défunt Jean et de Françoise Gauquelin, ses père et mère, d’autre part, tous de cette paroisse de saint Gervais de Messey1. Pourveu que ledit mariage soit fait et accomply comme dit est, ladite fille demeure duement authorisée par ladite Françoise Gauquelin, sa mère, d’Alexandre Jardin, tuteur particulier, de Michel Gauquelin et Louis Gauquelin2, parents délégués3 et autres parents et amis, soussigné, en la présence desquels lesdits futur époux se sont promis la foy de mariage et de s’épouser à la première réquisition de l’un d’eux faite à l’autre, les cérémonnies de l’église duements observée. Présence desquels parents a été convenu et arêté que lesdits futurs seronts et demeureronts civillement partagés de biens sans que l’un soit susceptible des dettes de l’autre, ny qu’ils puissent être inquiétés, ny prenable des dettes de l’un et de l’autre en façon et manière que ce puisse être, ny que ledit futur puisse, pour aucune raison que ce soit, disposer des biens meubles et immeubles de ladite future pour quelques clauses et sous quelques prétexte que ce soit. Déclarant ladite future n’être saisis d’aucuns meubles, exeptés ses hardes et linge servant à son usage, exepté aussy les deux tiers des meubles mentionnés et détaillés dans le répertoire aresté après le décets d’Alexis Huet, ayeul de ladite future, en ce notariat le dix-septième jour de juin mil sept cents soixante onze, controllé et scellé en ce lieu, le vingt-deux du même mois, du partage desquels meubles sera fait plus ample détail par les lots qui en seronts faits immédiatement après la perfection dudit mariage entre ladite future et la dite Gauquelin sa mère et tutrice. Et a, ledit futur, déclaré n’être saisy pour tous meubles que de ses habits et linges servant à son usage, estimés à la somme de trante livres. Les meubles de la future estimés à la somme de soixante livres et ses fonts à celle de deux cents trante livres. Dont du tout lesdites parties sonts demeurés d’acord et onts consenty que le présent soit lecturés aux assises où il appartiendra, les diligences préalablement faites au terme de la coutume. Pourquoy onts préalablement pareillement consenty que leur noms et surnoms soit inscrit sur le tableau de ce siège comme gens civillement séparés de biens et en requerent l’insinuation. Fait et passé présence et du consentement de François Aulair, père dudit futur, de Françoise Gauquelin, mère de ladite future, de Nicolas Alexandre Gauquelin, de Michel Gauquelin, de Louis Gauquelin, de Michel Nicolas Gauquelin, présence aussy \ ayeuls, oncle et cousins de la future. Présence aussy / de François Manoury et de Jacques Lecorps de \ cette dite paroisse /, témoins et amis des parties. Signé avec les uns des parties, nous, et les autres marqué pour ne savoir signé ny écrire, de ce enquis suivant l’ordonnance. Lecture faite, trois mot rayé nul, Gauquelin surchargé bon.4



*

* *

1Le mariage aura lieu le 1/2/1785. Les mariés reconnaissent Anne Françoise né le 28/3/1783. On peut penser que ce mariage n’est pas vraiment souhaité d’où les précautions.

2Nom surchargé

3C’est tout le conseil de tutelle (moins les 2 avocats) qui est ici nommé.