Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > 1620 Injures, fumier, ... scènes de la vie quotidienne à Loré
Par : dozeville
Publié : 11 février

1620 Injures, fumier, ... scènes de la vie quotidienne à Loré

A l’occasion de ce conflit villageois "ordinaire", on verra l’usage d’une arme de dissuasion bien oubliée : la Quérémonie.


De quoi s’agit-il ?
Quand un délit est commis, la victime peut s’adresser au tribunal religieux (l’officialité du diocèse) pour mener une enquête et prouver ses dires.
En pratique, il lui est permis de faire lire en chaire, par le curé du village, une requête (monitoire) auprès des habitants pour les obliger à témoigner sous peine d’excommunication. Cette menace, qui peut nous
paraître bénigne, semble être très efficace à cette époque.

JPEG - 40.8 ko
Bagarre
Adriaen Van Ostade - vers 1635

Le sesiesme jour de juillet l’an mil six cent

vingt au lieu de la Garrelière en la paroisse se

Lorey est ? midy par devant Jean La

Bourdays et Jacques Louvel tabellions

en la viconté de Dompfront


Comme ainsy soit que Jehan Garnier filz et héritier de

deffunct Jean Garnier Garrelière se fust pourveu

d’un mandement quérimonial1 qu’il avoit pbtenu

de Monseigneur l’official du Maine au siège de Dompfront

par lequel il se plainct entre autres choses de ceux

ou celles qui luy usurpent et veulent faire perdre

la propriété de certain estraige au lieu de la

Garreliere mesme contre ceux qui l’auroient

scandalizé et accusé d’avoir usé mainminse

à la personne de sa mère. Lequel mandement ledict Garnier

avoit faict publier en l’églize de Lorey, à laquelle

publication ledict Garnier avoit eu plusieurs déclarations

contre Louys Garnier demeurant audict lieu de la

Garrelière par lesquelles après que ledict Louys

usurpeet met partie de son engrés et fumier

sur la terre du plaignant ensemble que

Louys, Perrine Millard sa femme et Mathurine

leur fille et autres leurs enfans ont mal et

témérairement scandilizé ledict Garnier et l’ont accusé

d’avoir battu sa mère. Voyant lesquelles déclarations

ledict Louys Garnier, sa femme et enfans pour

demeurer exempt d’icelle querimonie en ont

en ont accordé et transigé en la forme et manière

qui ensuyt. Et pour ce furent présents lesdictes

parties, parroissiens de Lorey, lesquels ont

départy ledict estraiges2 estant entre la maison

dudict Louys et l’estable et fumier dudict Garnier

plaignant et du fumier de Michel Garnier son

oncle \moitié par moitié/ suivant une divise3 qu’ils ont plantée et

minse au milieu dudict estraige au droict d’une

antienne qui estoit au pied de la porte de l’estable dudict

Louys \faisant séparation entre eux/ tendant ladicte divise du milieu entre la

maison dudict Louys Garnier et l’estable et fumier

dudict Jean à l’estraige dudict Michel Garnier qui

est au devant des vieilles murailes qu’il a

acquist des ……4 sans que ladicte divise du

milieu du …… puisse porter pjudice à l’estraige

qui apartient totalement audict Jean au devant de sa

grange et estable dudict Louys et d’autant que

le fumier dudict Louys est sur la terre et

estraige dudict Jean et Michel Garnier en partie

Il sera subjet de l’oster dens la toussaint prochaine

sans jamais pouvoir le remettre sur ce qui

leur en appartient. Et pour le regard desdictes

injures et scandales lesdicts Louys, sa femme et fille

confessent les avoir proféré audict Garnier

plaignant. Ils luy en ont publiquement fait

réparation dans le cimetiere le Lorey à jour de

de dimanche et issue de messe par ce qu’ils

ont recongneu et recognoissent l’avoir accusé

à tort et avoir mal et témérairement proféré

lesdictes injures par envie et passion qu’ils avoient

contre luy, recognoissent tous ensemble ledict

Jean Garnier estre exempt desdictes injures et scandales

et n’y estre aucunement coupables et pour les

frays que ledict Garnier pouvoit ptendre pour

ses vacations par luy faictes pour ladicte quérimonie ledict

Louys Garnier luy a promins et s’est obligé payer

touttefois et quanttes la somme de six livres tournoiz.

En ce faisant demeurent civilement quittes les [uns]

vers les autres de touttes les injures, querelles et

disputes qu’ils avoient par ensemble. A l’entretien de

de ce que dessus lesdictes parties en ont obligé tous leurs

biens présent et advenir. En tesmoins de quoy présent à ce

Messire François Lebourdays, prebtre, curé de Lorey, et

Jullien Bansard jary, tesmoins5


le merc de la dite Milard


signatures de

L Garnier

J Garnier

J Bansard

F Lebourdays

J Lebourdays, tabellion

Sonnet, tabellion6



Notes :

1 On parle aussi de monitoire – il s’agit d’un acte juridique religieux (tribunal de l’officialité) permettant de demander, en chaire, à tous ceux qui ont connaissance d’un fait d’en témoigner sous peine d’excommunication.

2 Aire (de battage ?)

3 Borne servant à séparer des propriétés

4 Mot incompris ( idem ligne suivante)

5 Suit la liste des mots en interligne pour les confirmer