Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > Les contrats de mariage > 1661 Amour, prison et tractations à Sept-Forges
Par : dozeville
Publié : 27 janvier

1661 Amour, prison et tractations à Sept-Forges

Tout est bien qui finit bien :

si les amours provoquent de grands troubles dans les familles, l’esprit de concorde, après un passage par la case prison, reprend le dessus.

Mais tout cela n’est pas gratuit : pour cette raison, on trouvera ici la transaction/contrat de mariage mais également le financement de cet accord.

De la prison au contrat de mariage


Du quatorziesme jour d’octobre l’an

mil six cent soixante et un après

midy au lieu de l’Estrangere parroisse de

Sept-Forges par devant les tabellions royaux

soubz signés


Comme il soit ainsy que procès fust

mené et pendant en la juridiction de

bailliaige à Dompfront entre Mefray

Deroict, marchand, et Jullienne Cousin sa

Deroict sa fille, d’une part, et Pierre

Prodhomme fils de Jean Prodhomme, tous

paroissiens dudict de Sept-Forges, d’autre

part où ledict Deroit, pour sa dite fille,

est demandeur à ce que ledict Prodhomme

soit condamer à épouzer ladicte Jullienne

Deroict comme l’ayant déflorée et

en icelle engendré un enfans par ces

œuvres donc pour cest effet1 elle

l’avoit fait emprinsonner aux prinsons

dudict Dompfront où il est, fait plusieurs

poursuittes et procédeures et prest que sont

de sucomber en grand emeu dudict procès

ont d’icelluy faict l’acort et pactions

matrimonnialles telles qui ensuit c’est

à scavoir pourquoy ont lesdicts Prodhomme

extraict desdictes prinsons jusques en ce dict lieu

et ladicte Jullienne Deroict comme assistés

de leur pere perres et merres en la

façon et manière qui ensuit : scavoir

ledict Pierre Prodhome assisté dudict Jean

Prodhome son pèrre et de Toussaincte

Dutertre ces pèrre et mèrre d’une

part et ladicte Jullienne Deroict asistée

dudict Mefray Deroict son pèrre de ladicte

Jeanne Cousin sa mèrre d’autre part.

Lequel Pierre Prodhomme et ladicte Jullienne

deroict se sont vollontiers, par l’advis

et déllibération de leur dictz pèrres et mèrres

promys et donné leur foy par mariaige

et promys s’épouser l’un l’autre touttes

fois et quantes que l’un en sera par l’autre

requis en faveur de nostre merre saincte

églize apostolicque et roumaine, faveur

et condition duquel mariaige ledict Mefray

Deroict et sa ditte femme ont baillé, quitté

et déllaissé dès à présent audict futur marié

la somme de quinze livres tournoiz de rente

foncièrres à prendre et ce faire payer sur

ledict Jean Prodhomme chacun an à toujours

mais suivant le contract de constitution

deladicte rente devant nous Jacques

Chaleaux et son adjoint tabellions en dabte

du premier jour d’octobre, moys et an présent

lequel sera mins dans huit ans entre

les mains desdicts futurs mariés pour eux

faire payer aux termes d’icelluy. Oultre

ont ledict Deroict et sa dicte femme promys

et obligés payer et bailler ausdicts futurs

mariés la somme de soixante et dix livres tournoiz

payables scavoir dix livres le jour de leurs

épousailles et les soixante livres restant

vingt livres dudict jour des épousailles

en un an et ainsy contignuerd’an en an

jusques au parfaict payement desdicts soixante

livres. Oultre ont promys et obligés, comme

dict est, atrousseler ladicte Jullienne Deroict, leur

fille, scavoir d’un lict compozé d’unne taye,

un traversier, deux oraillers une garnys

de plume avec une couverture de sarge

sur fil et une courtine de toille de brin en

brin, un grand coffre fermant o2 clef et un petit,

une mèrre vaiche avec un veau de

cest année, six p, une pinte six pettis

platz, six assiettes, le tout d’estain, douze draps

de toi douze serviettes de toille de brin en étouppe

avec deux grandes nappes de paraille touelle

unhabit sellon sa condition sans comprendre

ce qu’elle peut avoir de linge et habis.

Payables lesdicts meubles le jour de leurs épouzailles

ou dans six mois après au plus tard. Laquelle

promesse tant de ladicte rente que meubles

cy dessus déclarée et faicte par lesdicts

Deroit et femme est pour touttes par et telle

part et portion que lesdicts futurs mariés

pouvoient avoir, prétendre, espérer et demander

de la succession d’icelluy Deroit et femme et

dont ils seronts contents renonsant dès à présent

au surplus. Et est acordé que après le payement

fait par ledict Deroict ou icelluy faisant de

ladicte somme de soixante livres en sera faict

emploitter3 par ledict Pierre Prodhomme en fond

d’héritaige au non et ligne de ladicte Jullienne Droict

pour être réputté son propre, et du cas que

ledict Jean Prodhomme voulust fairre

des héritaiges à luy baillé en fieffe par ledict

Deroict et femme pour ladicte somme de quinze

livres poura ledict Pierre Prodhomme en jouir

et disposer sans en pouvoir demander aulcuns

intherest audict Deroict et femme. Et est aussy

acordé entre lesdictes partyes que en cas que

lesdits Mefray Deroict et femme décèddent sans

avoir enfans malles pour succédder

les deux pars de leur suxcession …

en ce cas ladicte Julienne Deroit leur fille

reviendra et prendra part avec ses

sœurs aux deux pars de ladicte suxcession

dudict Deroit et femme. Autrement le présent

n’eust été fait ny accordé et ainsy

en ces termes les partyes à un et d’acord

et partant hors décord et de procès

sans despens de part ny d’autre, lesquelz

demeurent entre eux compenser et en cas

que ledict Pierre Prodhomme décèdde auparavant

ladicte Deroit, ledict Jean Prodhomme à dès à présent

douairré ladicte Jullienne sur les immeubles de

la somme de quattre livres tournoiz sa vie

durand, et au surplus seront douairés

sur les biens l’un de l’autre suivant

la coustume. Et ainsy d’acord es présence de

Maitre Vincent Paysant, chirurgien, et Guillaume

Pellerin, sergent, de Dompfront, tesmoings et encore

présent Guillaume Legoux, sergent4



JPEG - 35.6 ko
les signatures et marques

__________________


Constitution de la rente

(en forme de bail à fieffe)



Du premier jour d’octobre l’an mil

six cent soixante et un avant midy au

lieu de l’Estrangère, parroisse de Sept-Forges

par devant lesdicts tabellions


Furent présentz en leurs personnes chacuns

de Mefray Deroict5, marchand, et Jeanne Cousin

sa femme, paroissiens de Sept-Forges, lesquelz

vollonterrement eux et chacun d’eux, un seul

et pour le tout, sans division ny biens

renonçant à tous respis6 et dellays

à ce contraire, ont baillé et par les

présentes baillent à tiltre de purre fieffe

de rente foncière annuelle et perpétuelle

à toujours, mais avec promesse de

bonne et valable garantye de tous

et empeschement quelconques à Jean

Prodhomme, paroissien de Sept-Forges, à ce présent

et acceptant, scavoir est une maison

servant d’estable avec droict de servitude de

de la batterie d’une grange à Jassaut7

ladicte estable le tout couverte de tuille

et ardoize sittuée au lieu de Champ Janvier

de ladicte paroisse avec les estraiges au devant

desdits logis et tourd d’échelle derrière

comme il en compette et appartient,

joignant d’un costé et boutte

d’un bout la terre de Pierre Cousin les...

et d’autre bout la chambre dudict Deroict.

Item bailler comme dessus une portion

de jardin à choux et porrée nommé

le jardin du Champ Janvier contenant [une]

portion [de] deux perches de terre ou viron

et qui est ce qui appartient audict Deroit et

femme dans ledict jardin joignant d’un

costé le chemin tendant de Sept-Forges

à St Denis et d’autre costé et d’un bout

la terre dudict Pierre Cousin et d’autre

bout celle dudict Prodhomme. Item

baillent lesdicts bailleurs comme dessus,

une pièce de terre nommée le Champ

de l’Espine contenant deux journeaux

de terre ou viron, joignant d’un costé la

terre des haies pu de la meptairie

de la Mauricière, d’autre costé celle dudict

Pierre Cousin et d’un bout le chemin de

Lorré à Estrigé y comprins8 autour

fond, plant, boys, hayes, franchisses et

dignittés et libertés sans auculne

réservation par lesdicts bailleurs et

iceux héritages et choses imeubles sises

et sittuée au lieu et environ du Champ

Janvier en ladicte paroisse, seigneurerie de Sept-Forges

en laquelle ledict preneur payera et acquittera

les rentes et debvoirs seigneuriaux à

proport et esgal de fief et desquels

imeubles ledict Deroit et femme bailleurs

se sont présentement désaissis et dépocédder

et en ont baillé la plainne pocession

et jouissance audict preneur pour par

luy en jouir et disposer comme de ses

autres propres héritages à tiltre de la

présente fieffe qui est faite pour et moyenant

le prix et somme de quinze livres tournois par

chacun an, premier payement commensant du jourd’huy

en un an et ainsy contignuer d’an en an de

terme à toujours mais sans espérance

de rachapt ny admortissement. Et ainsy

d’acord et est touttefois accordé entre lesdictes

partyes que ledict Deroict et femme bailleurs

se sont réservé la jouissance de ladicte pièce

du Champ de l’Espine pour y…………… un

bled après le carabin qui est à présent

ensemensé en ladicte pièce moyenant qu’il en

ont présentement déduit audict Prodhomme la somme

de huict livres de ladicte rente et sera laissé

moittié de la littière dudict bled sur ladicte pièce et après

ledict bled sera ensemensé icelle pièce en

avoine moittié par moittié qui sera départye

à la gerbe dans ladicte pièce moittié par

moittié, donc pour la part dudict Deroict

et femme en sera déduict de ladicte rente, la

somme de quattre livres sur ladicte rente

et ainsy et en ces termes à un et d’acort

présent François Boullend, Jean Liot de la Baroche…

Tesmoings


Signent avec paraphe

M Drouet

F Boullend

J Chall… tabellions


Merc de

Prodhomme

Jeanne Cousin

Liot9



_________________________

Notes :

1 Pour ce fait

2 o = avec

3 employer

4 4E271/25/1 vue 114

5 Signe Drouet

6 répit

7 Lecture douteuse

8 Compris (...prins dans ce texte doit toujours être lu ...pris)

9 4E271/25/1 vue 112