Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > L’enlèvement d’enfants pour convertir les protestants.
Par : dozeville
Publié : 19 janvier

L’enlèvement d’enfants pour convertir les protestants.

Le protestantisme est un sujet inépuisable. Il est utile de prendre parfois un peu de recul par rapport aux documents bruts.

Voici donc un aperçu du mémoire de maitrise de M Nicolas Clolus à l’université du Maine : "La politique de répression et de conversion de l’intendant d’Alençon Lallemant de Lévignen envers les protestants (1726-1766) : une politique réussie ?".

Si le sujet vous intéresse, le lien vous permettra de consulter le mémoire en entier.

JPEG - 216.2 ko
Ordonnance pour se faire remettre deux enfants.
Crocy le 25/12/1740
(AD61 C612)

C’est sous l’intendance de Lallemant de Lévignen que les enlèvements d’enfants sont les plus pratiqués. La répression ne se fait quasiment que par cette méthode. En effet, Lallemant de Lévignen estime qu’il est inutile et vain de tenter de convertir à la religion catholique les adultes protestants. La plupart du temps ce sont de bons calvinistes qui ont une foi inébranlable et l’intendant se semble pas enclin à utiliser la force pour qu’ils deviennent catholiques, car leur conversion, ainsi obtenue, serait simulée. Il est ainsi frappant de constater que les protestants adultes de la généralité sont rarement inquiétés. Un seul couple de NC semble poursuivi pour ne pas être marié légalement. Aucune action ne paraît entreprise contre des NC morts relaps. Les protestants qui réunissent des assemblées clandestines ne sont pas directement poursuivis, comme Pierre Chapeau, marchand de Bellême, qui est même soupçonné d’avoir influencé la conversion d’un catholique au calvinisme. Dans le bourg de l’Aigle, le sieur de Corneville est présenté par l’évêque de Sées comme tenant« hautement des discours d’une dangerosité conséquente et capable de séduire ». Rien n’est entrepris contre lui. Dans le village de Crocy, en 1741, Thomas Plainel est considéré comme « le chef des protestants » : « Il sème l’erreur de la RPR par ses discours scandaleux sur la religion catholique dont il ne fait aucun exercice. » Seule sa pension d’ancien soldat lui est retirée. Quelques prédicants de ce village sont arrêtés la même année comme Simon Houel ou Jean-Thomas Ruillier. Mais tous les autres protestants adultes enfermés pendant cette période le sont parce qu’ils refusent de présenter aux autorités leurs enfants ou qu’ils les enlèvent des couvents sans permission, car ce sont les enfants qui constituent la principale cible de l’intendant.

En effet, Lallemant de Lévignen est persuadé que l’on peut facilement venir à bout des protestants en leur prenant leurs enfants afin d’enseigner à ces derniers les principes de la religion catholique. Cette conviction repose sur une idée simple, celle selon laquelle les enfants sont plus malléables que les adultes. Les garçons et filles sont arrêtés par ordre du Roi ou, parfois, de l’intendant. Ils sont ensuite envoyés dans les couvents des Nouveaux et Nouvelles Catholiques d’Alençon. Ces établissements ont été crées en 1679 et approuvés par Louis XIV par lettres patentes.