Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1671 Deux orphelins à la Chapelle-Moche
Par : dozeville
Publié : 8 septembre 2016

1671 Deux orphelins à la Chapelle-Moche

Voici de très jeunes orphelins (mais les âges paraissent bien approximatifs puisqu’ils n’ont que 6 mois d’écart).

Qui va s’en occuper ? Pendant combien de temps ?

Ici leur héritage parait assez conséquent, il y a donc quelques moyens financiers (loyers et vente de meubles) mais on verra que le garçon et la fille ne sont pas traités de la même manière !

Qu’en était-il pour les enfants mineurs dénués d’héritage conséquent ?

Le dix-neufiesme jour de mars, l’an mil six cens

soixante et unze avant midy au lieu de la Valette

paroisse de la Chapelle-Moche.


Se sont assemblés les parens et amys des enfans

mineurs des deffeuns Julien Prodhomme et Françoise

Guillou. Scavoir du costé paternel Pierre et

André Prodhomme, frères, Denys Prodhomme,

boulenger et Julien Hardouin et Jullien Hardouin et du costé

maternel, Nicolas, Michel et Robert Guillou,

père et fils, et François Guillou, marchand.

Lesquels ayant délibéré des affaires

concernant la minoritté desdits enfans,

on, après avoir conféré par ensemble pour

la garde, noriture et alimens desdits

mineurs qui sont au nombre de deux : scavoir

Anne Prodhomme, agée de huit à neuf mois

et Julien prodhomme agé de deux mois

ou viron, enfans et héritiers desdits deffuns,

desquels enfans, ledit Nicolas Guillou, leur

grand-père a bien voulu s’en charger

à la charge pour luy de les garder,norir

garder et conserver et entretenir pendant et

durant trois ans à commencer de ce

jour et finir à pareil jour et terme

par ce que il luy sera délivré pour

la noriture d’yceux, à scavoir pour ladite

fille un boeseau de blé saigle, mesure

de Dompfront, par chaque mois et pour

ledit Julien Prodhomme, cinquante sols,

ausy par chasque mois et à commencer

pour le premier paiement du jour d’huy.

Lesquels bled et argent seront prins

chacun an, de mois en mois ou de quartier

en quartier, sur le revenu des imeubles

ayant apartenu auxdits deffeuns et en cas qu’il ne

soient solvables de satisfaire ce que dessus,

sera print au surplus de l’argent provenant de

la vendue des meubles morts et vifs provenant

de la succession. A quoy faire ledit Nicolas Guillou

soy s’est contenté et chargé des deux enfans

pour les norir, garder et conserver pendant

le temps. Et l’ont tel voulu ainsy et

accepté. Présence de Guillaume Delanoe et Pierre

Duguyé et Guillaume Levayer de la Chapelle

et Tessé, tesmoings


8 marques et 3 signatures (plus celles des notaires)1


-----

Notes :

1 4E102/27 vue 128 (folio 110)