Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1659 Herbages d’engraissement à Chambois
Par : dozeville
Publié : 5 juin 2016

1659 Herbages d’engraissement à Chambois

Pendant longtemps, pour assurer le ravitaillement des villes, il a fallu notamment organiser l’achat et la vente des bestiaux. Ceux-ci venaient parfois de fort loin (la Bretagne et la Vendée pour Paris). Point de transport : le convoyage se faisait à pied. Les bêtes arrivaient amaigries et affaiblies. Aussi il n’y avait pas de commerce des bestiaux de quelque importance sans disposer d’herbages. " On appelle herbages, des pâturages d’engrais ", la définition de l’Encyclopédie méthodique est parfaite dans sa concision.

Le pays d’Auge était idéalement situé et fertile pour cet usage : le contrat suivant en est un petit exemple, bien que Chambois se trouve un peu hors des limites de ce territoire. On trouve d’autres contrats de ce type à Trun (concernant la famille Baril par exemple) mais généralement moins explicites.

JPEG - 88.6 ko
Quatre vaches dans un pré
Paulus Potter 1625-1654 : 25 x 30 cm – huile sur toile – (Stockholm - Nationalmuseum)

L’an mil six centz cinquante et neuf, le mercredy

apprès midy, vingt quattre iesme jour de juin

à Chambois devant les tabellions royaux dudict lieu


Fut présent Sanson Sorel de la paroisse d’Avenelles,

lequel congneult et confessa s’estre submis et

obligé, se submet et oblige par ces présentes envers

Maistre Gabriel Gorge, tabellion, demeurant en la

parroisse d’Ommelz1 ausy présent, scavoir est de le servir

à faire marchandisse de bestial comme boeufz, vasches,

bestes à layne, pourceaux et autres marchandises,

aller acheter et revendre en quelque foire ou

marché que ce soit, tant en présence que apsence2

dudict Gorge. Icelle marchandisse nourie et herbagée

pendant le séjour depuis l’achapt jusques

à la vente d’icelle dans une herbage appartenant

en propriété à Jullien Dubois, sieur du Mesnil,

déppendant de la ferme de Biennais et par luy

affermée audit Gorge. Icelle marchandisse logée

aux maisons de ladicte ferme s’il advient

que bon soit. Recongoissant ledict Sorel que pour

se faire ledict Gorge luy a mis entre les mains

la somme de deux centz livres tournoiz et dont il

s’est tenu à content pour faire ledict trafic de

marchandisses depuis le premier jour de may

dernier jusques au jour de noël prochain.

Et laquelle somme de deux centz livres, ledict

Sorel en rendra audict Gorge le jour sainct

Michel prochain, la somme de trente livres et

le reste audict jour de noël ausy prochain.

Rendra ledict Sorel bon et fidel compte

de sepmaine en sepmaine. Et est ce faict entre

ledict Gorge et Sorel par certain prix

convenu entre eux3. Dont ledict Sorel c’est tenu

et ad ce tenir etc. S’oblige ledict Sorel

corps et biens etc. Présence de

Fleury Hercent de Chamboy et Jacques Lebreton

de Fel, tesmoins. Présence desquels tesmoins et en faveur

de ce que dessus, ledict Gorge a tenu et tient

quitte ledict Sorel de touttes cédulles, promesses

et obligations qu’il pouvoit porter sur luy

faictes auparavant ce jour.


Signent :

F Hercent

G Gorge

Marquent :

Sorel

Lebreton4


 ---------------------

Notes :

1 Omméel

2 absence

3 Une telle clause "secrète" n’est pas exceptionnelle, dès lors qu’il ne s’agit pas d’héritages (biens immeubles).

4 AD61 4E97/73

Sur ce sujet on peut également lire le petit ouvrage de Mr Jean Marie Vallez " Des marchands herbagers protestants : les Mollet, de Caligny " disponible au Pays Bas-Normand