Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1763 Décès accidentel d’un vieux mendiant à Epinay-le-Comte
Par : dozeville
Publié : 29 mai 2016

1763 Décès accidentel d’un vieux mendiant à Epinay-le-Comte

La vieillesse et l’infirmité conduisent, lorsqu’on n’a aucun bien, à la mendicité.

On trouvera ci-dessous le rapport du sergent royal de L’Epinay-le-Comte au procureur royal aux fins de délivrer une main-levée pour inhumer un mendiant décédé accidentellement.

Aujourd’hui quinziesme jour de juin l’an mil sept cent

soixante trois, sur deux heures après-midy, René Legranger,

sergeant royal au bailliage de Domfront, y reçu, exerceant résidant

à l’Epinay........ à la requeste de Monsieur le procureur du roy du

baillage royal de Domfront, y demeurant en laditte ville où il a eslu son

domissille, agissant pour lui sur l’avis quy nous a été donné ce jour

par Etienne Gohier et Jean Duray, Simeon Fleury et plusieurs autres

habittans de la paroisse de l’Epinay que un nommé François Gauttier,

mandians et cherchant la charitté quy aurait été logé aussy par

charitté avec son épouse ausy mandiante par ledit sieur Fleury dans

un petit apartemens d’une petite chambre située au haut de la ville

de l’Epinay. Et comme cet homme, étant caduc de viron quatre-vingt

ans, ce serait ce matin levé pour aller chercher sa substance de vie

et comme il était …., demeurant dans cette petite chambre, voulant

descendre d’icelle dans l’embas au desous de laditte chambre, il luy

aurait pris une faiblesse tant par l’âge que …...............,

ce serait écrié à sa femme « viens à mon secours » et pour lors laditte

femme ce voyant surprise de pareil accidents aurait eu recours

aux voisins de son domissille qu’elle aurait pour lors apellés et ne

voyant aucune vie à cet homme que seulement un soupir de

mort, elle ce seroit le jour et heure cy dessus accompagnée de son

voisinage de venir à son aide.Et comme dans ce bruit commun

quy aurait été répandu par plusieurs personnes,nous, requeste que

dessus, me serais exprès transporté dans le domissille dudit funt

François Gauttier où étant, ayant soumis et interpellé Renée

Charmereien, femme dudit Gauttier, de nous déclarer le genre

de mort dudit funt son mari, elle nous a répondu que son

âge vétusté était tombée en faiblesse et voulant ce lever pour

descendre de laditte chambre, une faiblesse l’aurait pris comme

cy dessus est dit et pour lors tombé mort et l’aurait fait

ensevelir en des linceuls [en] présence du voisinage comme n’ayant

aucun atacque de genre de mort que seulement la vétusté et

faiblesse du secours de nature. Veu quoy, ayant trouvé ce cadavre

ensevely dans ses linceuls dans l’embas soubs la ditte chambre

veu que lesdits Gohier, Colin, Duray, Fleury et plusieurs autres apellés à ce

secours, nous ont déclaré que la dite déclaration de la ditte veuve

est véritable, pourquoy nous avons rédigé le présent procès-

verbal pour servir et valoir aussy qu’il apartiendra et le déposer

à justice....1



--------

Notes :

1 AD61 Epinay-le-Comte 3E2/155/2 vue 2

N’est ici transcris que l’essentiel de l’acte. On trouvera sur le site des archives de l’Orne le texte intégral ainsi que les mots que je n’ai su déchiffrer.