Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1689 : L’incommunité de biens
Par : dozeville
Publié : 9 mars 2012

1689 : L’incommunité de biens

un métier à tisser

Déclaration d’incommunité, c’est à dire de non communauté de bien, entre un père et son fils marié afin qu’il n’y ait aucun problème par la suite.

Le vingt sixieme jour de febvrier mil six cent quatre vingt neuf

fut présent Jean David bourgeois de Messey lequel a

volontairement recognu que Nicolas David son fils aisné

a aporté en la maison dudit Jean David son père un meltier

à toiller fourny de tous les ustensiles à ce necessaires :

deux tremeurs et deux dévidoires avec le nombre de

vingt rosaux et une petite caisse fermant à clef

avec une grande couche ou charlit [1]

clef le tout de bois et le nombre de cinq lames à

faire de la toille en différents comptes [2] lesquels meubles

son fils a acheptés de son pur et propre argent

par luy gaigné en service hors de la maison dudit son

père [3] qui n’y a contribué en aucune manière ensemble

un lict fourny de couette et traversier pleins de coutil

rempli de plume avec une castalogne neufve deux coffres de

bois de chesne fermant à clef avec les habits et linge

à l’usage de Marie Meroult femme dudit Nicolas fils et

enfin tous les autres linges et meubles portés par la

promesse de mariage faite audit Nicolas par Guillaume

Meroult père de ladite Marie à la réserve d’un habit et six

draps non encore livrés [4] tous les quels meubles généralement

et entièrement ledit Jean David a recognu apartenir

singulièrement audit son fils tant provenus de son bon ménage

que à cause de ladite sa femme renonçant à y rien prétendre ny

demander en façon ny manière quelconque ny à acquérir

avec ledit son fils aucune communité [5] de biens non obstant

leur résidence ensemble consentant que ledit son fils enlève

et face son profit particulier de tous les meubles cy dessus

lors et quand il advisera bien sans que en cela ledit son fils

soit préjudicié dans sa part suivant la coustume de la

succession dudit son père après sa mort avec des autres

enfans. Consentant ledit Jean l’insinuation du présent accord

pour plus emple validité et notoriétté quand et ou il apartiendra

instance dudit son fils présence ou absence. Approuvé en interligne

avec une grande couche ou charlit et en abat de plume [6]

un mot de nulle valeur [7] dont lesdites parties sont

demeurés d’accord et contens respectivement qente

pressence de Jacque Gau... et

Louis Chatisel tesmoins

N David J David

L Chatisel J Noël notaire

4E98/78 vue 85

Notes

[1] Attention, il s’agit du cadre ou bâti du métier à tisser et non d’un lit. Cela est souvent nommé la "cage". Cesmots sont en interligne.

[2] Un métier simple comporte 2 lames. Un métier à 5 lames permet la fabrication de tissus plus élaborés que la simple toile.

[3] Cette déclaration est donc faite pour éviter que ce métier à tisser ne "tombe" dans l’héritage du père.

[4] Admirez la précision du texte !

[5] communité = communauté - On appelait ce type d’acte "incommunité" c’est-à-dire non-communauté. Penser également à l’anglais "community"

[6] ce terme (en abat de plume) indiqué en interligne ne s’y trouve pas.

[7] en réalité il y en a 2 : clef et plein