Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > 1778 Le mariage : quelques points de droit (normand) rappelés au curé de la (...)
Par : dozeville
Publié : 19 octobre 2015

1778 Le mariage : quelques points de droit (normand) rappelés au curé de la Chaux

Le curé se sent investi du bon gouvernement de sa paroisse : parfois il abuse quelque peu (mais en même temps on voit la morale du XIXe montrer le bout de son nez).

Voici un petit rappel à l’ordre de l’autorité civile qui nous permet de mieux appréhender quelques points de droit touchant au mariage.

Une petite flatterie finale permet d’adoucir la remontrance...

Monsieur,


Marin Crouin dit que vous faittes

difficulté de marier Louise Druet, veuve Jacque

Loiseau, sous prétexte que son père est absent depuis

fort longtemps et qu’on ignore si il existe ou si il

est mort. Vous devez savoir, monsieur, qu’une

veuve âgée de plus de 25 ans n’a besoin en

droit civil, ny en droit canon, d’aucun agrément

ni consentement. La veuve dont est question, non

seulement à plus de 25 ans, mais même plus

de trente. Elle a eu plusieurs enfants de son

premier mariage. Il y a environ 4 ans qu’elle

est veuve, elle a été mariée en 1ere nopce

son père absent : l’absence de plus de 10 ans reputte,

suivant touttes nos loix, l’homme civilement mort.

Touttes ces raisons concourrent à proscrire les

les difficultés que vous faittes naitre. S’il n’y a pas d’autres

motifs d’empeschement, crois moy, passez outre et

ne détrompez l’opinion qu’on a, à juste titre,

de votre savoir, par des objections mal fondées.

Voilà le conseil que dicte le désintéressement

à celui qui est bien véritablement l’ami

de l’ordre.

Votre très humble serviteur


Avocat – bailly, le subdélégué

à la Ferté-Mécé, ce 30 septembre 17781



Note


1La Chaux AD61 Edépôt101/7/2 vue 70