Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1684 - Une blanchisserie à la Ferté-Macé
Par : dozeville
Publié : 7 août 2015

1684 - Une blanchisserie à la Ferté-Macé

Une succession difficile nous permet de connaitre une industrie florissante en cette fin de XVIIe siècle.

Cette blanchisserie était située à la Ferté-Macé au lieu-dit Le Pont Chapelle.

La consultation de l’article de l’Encyclopédie permettra de mieux comprendre ce texte dont l’essentiel est ici souligné.

Le lecteur curieux pourra consulter sur internet l’acte de 1689 qui clos la transaction.

JPEG - 150.1 ko
Une des deux planches illustrant l’article de l’Encyclopédie (image réduite).

Nous Demoiselle Marguerite de Mesenges, veuve de Gatian Chapelle,

vivant sieur du Pontchapelle, Charles Chapelle, sieur du []

advocat au parlement, Louis Chapelle, sieur de Sainte Marie,

François Chapelle, sieur de Boischapelle, advocat, et Charles

Chapelle, sieur du Pont, officier de la maison du roy,

sommes demeurés d’accord de ce qui ensuit : c’est à scavoir

que ne pouvant diviser entre nous la blanchisserie q[ui]

nous est commune, consistant en six corps de logis.

Scavoir deux destinés à faire la lessive et savonnerie

des toilles dans lesquels sont sept mortiers, quatre

fourneaux, quatres grandes chaudières d’ayrain avec

les chaudrons de mesme, huit grandes cuves de [mesme],

les greniers estant dessus pour les amas des cendres

et autres drogues, Item le magasin dans lequel sont

les presses avec quatre grandes tables pour mailler

et ployer les toilles, Item une laiterie dans laquelle

sont les réservoirs pour mettre le lait consistant

en quatre grands bassins de carreau et quatre cuves

de bois enfoncées1 et enterrées, Item un corps de logis

nommé la Maison Neuve autrement la savonnerie,

Item le moullin foulleur avec toutes leurs circonstances

et dépendances, Item les deux pièces de terre en pré

nommées les grandes et petittes Houdinières et la

pièce estant au bout appelée les Landelles

[]2

au chemin à droitte ligne par les divises plantées ensemble,

les douves, fossés, liberté des eaux, privilèges et franchises

attribuées à ladite blanchisserie. Nous avons jugé à propos

entre nous sus dits de la licitter pour demeurer au plus

offrant et dernier enchérisseur parce que celuy qui en

sera adjudicataire ne pourra demollir, changer ou

imoller aucunes choses jusques à ce qu’il ait

remply et acquitté le prix de la licitation lequel

sera et demeurera en attendant le payment qu’il en

poura faire aux autres partageans séparent et

chacun pour sa part constitué au denier dix-huit,

celle de l’adjudicataire retenue par ses mains et

précontée pour l’assurance de laquelle constitution

ledit adjudicataire sera tenu de tenir les choses

en bonne réparation comm’elles sont à présent

parce que néantmoins vue la casualité de commerce

et que s’il cessoit par quelqu’accident imprévu et

sans la faute dudit adjudicataire, il pourra remettre

ladite blanchisserie aux autres licitaux dans six ans3

de ce jour sans pour cela payer aucun désinter-

ressement en rendant la blanchisserie en bon estat

sans aucune dégradation ny diminution après

l’expiration desquelles six années, il en sera censé

le maistre et le propriétaire absolu aux charges

cy dessus et pour cet effet []

à l’exécution duquel elle sera spéciallement obligée

et par hypothèque généralle tous les biens de la []

cataire en procédant à laquelle licitation ou clauses

et pactions cy devant reférées et après plusieurs

hausses et enchères passées entre nous elle est

demeurée audit sieur Charles Chapelle comme

dernier offrant pour la somme de dix mil huict cents

livres laquelle courra en interest sur luy au

denier dix huict à commancer et procréer ares

au premier jour de janvier prochain.

Sur laquelle somme de dix huict cent livres,

ladite demoiselle de Mesenges percevra son douaire

suivant la coutume et sans que le principal

puisse luy en estre admorty autrement qu’en

la présence de nous tous et le surplus sera

partagé par quart à la charge de contribuer

à la légitime de nos soeurs. Faict et arresté entre

nous, le dixième juillet mil six cent quatre-vingt

quatre


5 signatures4


____________________

Notes

1 C’est-à-dire munies d’un fond.

2 Ici manquent trois lignes, le bas de la page étant détérioré (format différent du reste du registre)

3 L’acte final se trouve dans le même registre à la suite du présent.

4 4E99/22 - Voir l’acte