Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1690 Pierre Picard, de Chateau d’Almenêches, cavalier, déserteur, condamné aux (...)
Par : dozeville
Publié : 8 mars 2015

1690 Pierre Picard, de Chateau d’Almenêches, cavalier, déserteur, condamné aux galères, gracié par le roi

Itinéraire complexe d’un natif de notre région qui après un beau mariage devient soldat, déserte, est condamné puis gracié, se réengage et ramène des Flandres un mari à sa fille...

JPEG - 78 ko
Officiers de cavalerie -XVIIeme siècle

Le comte d’Auvergne et

colonel général de la Cavalerie légère

de France, lieutenant générales armées

du Roy et gouverneur de la Province

de Limosin


Sur la plainte rendue au mois de juin dernier1

au camp de Wackinheim2 par le sieur de l’Espinay

cappitaine au régiment de cavalerie de Montreuet3 contre

le nommé Pierre Picard dit "du buisson", cy devant

cavalier de sa compagnie pour fait de désertion,

arresté prisonnier es prisons du prevost général

de l’armée, information, récolement et confrontation

des tesmoins faite audit accusé, conseil de guerre

sur ce tenu de nostre ordre audit régiment de Montruet

sentence seroit intervenue par laquelle ledit

Pierre Picard dit "du buisson", cavalier auroit esté

condamné à servir le roi en ses galères comme

forsat suivant la rigeur des ordonnances. Après

laquelle sentence ledit Pierre Picard du buisson

auroit eu recours à la miséricorde du Roy par

l’intercession de Monseigneur le Dauphin et obtenu

son pardon et rappel des galères4. En conséquence,

conformément à l’intention de sa Majesté,

Monseigneur le Dauphin nous avoit ordonné

de faire eslargir et mettre en liberté ledit Pierre

Picard dit "du buisson" et le remettre en sa bonne

forme et renommée et ses biens, non d’ailleurs

confisqués, si aucuns il en a ....5


Le verso du document n’est plus visible car le papier a été cousu sur une feuille de papier blanc pour la renforcer...On verra plus loin un que cela date de 1693.


JPEG - 54.5 ko
Cavaliers sous Louis ViV

Mais que venait-il faire ici ? Un troisième document nous donne la clé de ce comportement.


Devant le notaire royal de Médavy

à Almenesches, viconté d’Essey et d’Argentan

soubsigné, le septième jour de mars MVIC

quatre vingt traize avant midy fut

présent Pierre Picard, sieur du buisson, cavallier

dans la compagnie du seigneur comte

d’Ostainge, Régiment de Massau, estant de

présent en ce lieu, lequel a recogneu avoir

eu et receu d’ingnace de deffunct Ignace de

Guernetot, vivant sieur des Etiers, bourgeois

d’Argentan, c’est à scavoir les sommes

d’argent à luy promises par ledit sieur des Etis

en faisant le contrat de mariage d’entre

ledit sieur Picard et Marguerite de

Guernetot, son épouse, fille dudit

sieur des Etis et mesmes les meubles

contenuz en icelui dont du tout, il en

a tenu et tient quitte ledit deffunt Ignace

de Guernetot et tous autres.....


Qui était ce Pierre Picard ?


Le premier document en ma possession est celui-ci :


L’enregistrement dans les registres d’expédition du secrétariat du diocèse de Sées.


Ce huitième jour de Mars 1666


Dispense de deux bans du

futur mariage entre Pierre Picard fils

de Hierosme et Jeanne Boust, paroisse

de Château d’Almenêches6 d’une part, et

Marguerite de Quento, fille d’Ignace

et Elie Allard de la ville d’Argentan

d’autre part...


Le mariage n’ayant pas eu lieu à Argentan, la recherche est impossible à Château-d’Almenêches faute de registre.

Du point de vue de l’âge de notre homme cela le ferait naître vers 1645.


Le notariat d’Argentan lui garde le contrat de mariage7 mais réserve des surprises.

-Le contrat est libellé du 5 mars 1666

-Le nom des contractants est ainsi rédigé :

entre honneste homme Pierre Picard fils Hierosme et Jeanne Bouvet ses père et mère du Château d’Almenêches

et honneste fille Marguerite de Guernetot, fille d’honneste homme Ignace de Guernetot et Ellie Ellard ses père et mère bourgeois d’Argentan


La dispense de bans semble imprécise notamment pour l’épouse : on note 5 naissances à ce nom entre 1631 et 1646 (mais on n’y trouve pas Marguerite, à ma connaissance.

Par contre selon un autre contrat de mariage à Mortrée pour Jeanne Picard8, le nom de la mère de l’époux est bien Boust comme dans la dispense.


-Enfin le montant de la dot n’est pas du tout négligeable car il s’agit de 600 livres tournois9.

-Enfin on connaît la naissance d’une fille, Jacqueline baptisée à Argentan le 222/7/1679



De la conservation des documents


Le texte principal daté de 1690 est déjà fort abîmé en 1693, il sera réparé et même cousu sur une autre feuille papier.

Pour justifier cela, un autre (petit) acte est nécessaire.


Le septième jour de mars MVIC

quatre vingt traize avant midy


Fut présent Pierre Picard, sieur du buisson,

cavallier dans la compagnie du seigneur

comte d’Ostraine10, régiment de Massau11, lequel

nous a déposé en ce notariat une grâce

à luy accordée par le Roy nostre Sire par

l’intercession de Monseigneur le Dauphin

pour les raisons contenues en icelle

faite au camp de Fouleinnie Bleau12 Flouhainne

le vingt juillet MVIc quatre vingt

dix pour luy en délivrer une expédition

et quand à ce tenu et obligé et est

en présence de Guillaume Roussel et

Mari Thoulin d’Almenêches...

Laquelle est demeurée cy atachée,

sur laquelle il y a quelques morceaux

de papier colléz pour la conserver

les ruptures des plis d’icelle à force

d’avoir esté porté -en glose Flouhainne

bien rayé Fouleinnie Bleau


Notes

1Année 1690

2Les noms de lieux et de régiments sont difficiles à cerner avec précision.

3Ici ce pourrait être le régiment de Montreuil dont on trouve mention dans …. les registres du bagne (en 1695 pour un autre soldat déserteur Jean Morand qui serait né le 5/1/1/1668 à Argentan)

4Il n’était sans doute pas encore parti, en tous cas pas à Marseille, Toulon ou Rochefort où l’on ne trouve pas son nom sur les registres.

6 Château-d’Almenêches est bien une paroisse et maintenant une commune

7AD61 4E74/112 vue 532 (bientôt en ligne)

8Voir ici

9La moyenne des contrats est à cette époque, dans la région, voisine de 200 livres tournois, la moitié d’entre eux est inférieur à 100 livres. Cela situe la famille De Guernetot comme des petits marchands assez aisés , des huissiers ou mêmes notaires. Le statut de Pierre doit être comparable : riche laboureur ? On comprend mal qu’il devienne soldat

10Pour Auvergne ?

11Il a donc réintégré le sein de l’armée. (C’était semble-t-il la condition pour être gracié.)

12Fontainebleau ?