Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1667 Charle Madeline, paroissien de la Lande-Patry, sort de (...)
Par : dozeville
Publié : 25 novembre 2014

1667 Charle Madeline, paroissien de la Lande-Patry, sort de prison

Où l’on voit qu’être recommandé n’est pas toujours enviable,

Où l’on voit aussi qu’il faut non seulement payer l’amende mais aussi le gîte et le couvert comme à l’hôtel, même si le confort y laisse à désirer,

Où l’on voit qu’il faut payer un droit de sortie au geôlier,

Où l’on voit qu’un prêteur se propose d’aider le prisonnier, etc..

JPEG - 41.7 ko
Une des caves dites "prison des anglais"
Est-ce dans un endroit semblable que fut emprisonné notre homme ?
Cliché Monique Guegen

Le vingt quatreiesme jour de mars

l’an mil six centz soixante sept arès

midy par devant les tabellions

soubzsignés à Dompfront.


Furent présent en leur personnes

Charlles Magdelinne parroissien de

la Lande Patry, cy devant prisonnier

aux prisons de ce lieu, et Marguerite

Hamelin, sa femme. Lesquels eux et un chacun

d’eux, laditte Hamelin renonsant

à aucun acte de relévement1, se sont

obligés solidairement, scavoir

ledit Magdelinne par corps et biens

et laditte Hamelin en ses biens, aquitter

et indampniser Maistre Vincent Marie,

sieur de la Marier, greffier de la prison

de Domfront, de la somme de cent

livres tournoiz en laquelle somme ledit Madeligne

ce seroit ce jourd’huy obligé à Maitre

Vincent Paisant concierge desdittes

prisons pour les gistes, geolages2,

et despenses faittes par ledit Madeligne

dans lesdittes prisons depuis le

vingt septiesme mars mil six cent soixante

sept3 jusqu’à ce jour, que pour une

amande de douze livres dix sols

pour laquelle somme ledit Madeline auroit

esté recommandé aux dittes prisons.

L’aquit de laquelle somme de cent

livres les dits Magdeline et Hamelin

feront dans le temps porté

par laditte obligation qui est moettié

au quinzeiesme may prochain et

l’autre moettié au vingt quatre juin

aussy prochain cy a temps que ledit

Marie n’en sera inquietté

pour aseurance de la présente

obligation et pour en faciliter le

paiement, voulant lelesdts Madeline

et laditte Hamelin que ledit sieur Marie

ne soit inquietté de laditte somme

de cent livres, recognoissants

que ce qu’il en a fait, n’a esté que pour

leur faire plaisir et pour

retirer ledit Madeline desdittes prisons

où il périssoit de fain et de

paouvreté, ont donné pouvoir eux

et un chacun d’eux, renonsants laditte

Hamelin à ses droits, de vendre

audit sieur Marie de vendre en

pure vente des biens et héritages

aparttenants audit Madeline en

laditte parroisse de la Lande Patry jusqu’au

bon de concurence de laditte somme

de centz livres insécable de la somme

de saize livres qu’ils ont recognu

avoir esté payée par ledit Marin

pour les faits de l’élargissement dudit

Magdelinne, laquelle vendition

lesdits Magdelinne et laditte Hamelin

ont dès à présent ratiffiée

parce que ledit Marie fera laditte

vendition tout et ainsy que lesdits

Madelinne et laditte Hamelin pouroient

faire au plus haut prix qu’il

poura et ce en leur présence, du

meilleur et plus en vente desdits

héritages qui se poura treuver

en cas que lesdits Madeline

et laditte Hamelin n’aquittent ledit

sieur Marin de laditte somme de centz

livres en luy restituant la ditte

somme de saize livres qui leur

auroit presté pour les frais

dudit élargissement dans ledit

temps cy dessus. Refferé et ainsy

d’accord etc. Présents Maistre

Vincent Paisant, sieur de la fontainne et

Pierre Leprovost cordonnier Maitre Cordonnier

de Domfront tesmoings.


Tous signent sauf la femme qui marque4.



NOTES



1C’est à dire qu’elle renonce au droit de retrait lignager (rachat d’un bien après sa vente, au prix de vente)

2Droit d’entrée et de sortie des prisons

3Date incohérente avec celle du texte puisque postérieure à celle-ci : sans doute faut-il comprendre 1666