Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > 1072 Le concile de Rouen et le mariage
Par : dozeville
Publié : 12 mai 2014

1072 Le concile de Rouen et le mariage

Relisant Orderic Vital, il m’a paru intéressant d’attirer l’attention sur le mariage tel qu’il semble se pratiquer au XIe siècle.

Ce texte extrait de son "Historia ecclesiastica" relate un de ces conciles de notre province qui se tînt en 1072 à Rouen.

JPEG - 5 ko
Marteau de Thor Xe Siècle

Item. Les noces n’auront plus lieu en cachette, ni après dîner ; mais l’époux et l’épouse, à jeun, seront bénis dans le monastère par un prêtre également à jeun : avant de les unir, on recherchera avec soin quelle est leur famille ; et si l’on découvre quelques rapports de consanguinité au dessous de la septième génération, et si quelqu’un d’eux a été divorcé, le mariage n’aura pas lieu. Le prêtre qui n’observera pas ce statut sera déposé. On observera le concile de Lisieux [1] en ce qui concerne les prêtres, les diacres et les sous-diacres qui se permettent d’avoir des femmes : ils ne gouverneront les Églises, ni par eux-mêmes, ni par leurs suffragans ; ils n’auront droit à aucuns bénéfices. Les archidiacres qui doivent les diriger ne leur permettront d’avoir, ni concubine, ni femme venant en cachette, ni courtisane ; mais ils vivront chastement et justement. et donneront à leurs subordonnés l’exemple de la chasteté et d’une sainte conduite. On doit choisir les doyens de telle manière qu’i1s sachent reprendre et corriger ceux qui leur sont soumis, et que leur vie ne soit point infâme, mais au contraire plus régulière que la conduite de ceux qu’ils doivent diriger.

Item. ll est interdit à celui qui, du vivant de sa femme, a été accuse d’adultère, d’épouser, après la mort de cette femme, celle qui fut 1’objet de l’accusation. De la non observation de cette mesure, il est résulté beaucoup de maux, et plusieurs maris ont par ce motif fait périr leurs femmes.

Item. Celui dont la femme a pris le voile, ne peut tant qu’elle vivra en épouser une autre.

Item. Si la femme, dont le mari est parti en pèlerinage ou allé ailleurs, a pris un autre mari, elle sera excommuniée jusqu’à satisfaction suffisante, tant qu’on n’aura pas la certitude de la mort du premier. [2]

Notes

[1] en 1062

[2] Concile de Rouen dans "Histoire de Normandie" d’Orderic Vital, traduit par M. Guizot en 1826 Tome 2 livre IV p 209 réédité chez Charles Corlet