Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > Les contrats de mariage > 1691 Mariage un peu forcé à Athis
Par : dozeville
Publié : 14 mars 2014

1691 Mariage un peu forcé à Athis

Ce contrat de mariage diffère quelque peu de la norme.

En effet la fille est enceinte des œuvres du futur, un procès est en cours, on est "fâché" comme on disait encore dans les années 1950.

Plutôt que de décrire les meubles, s’il y en eût, on s’intéresse surtout à faire cesser les poursuites et à s’en garantir à l’avenir.

JPEG - 19.3 ko
Le repos de la Sainte Famille
Laurent de la Hyre (1606-1656), 1641, huile sur toile, 239,5 x 166,5 cm, musée des Beaux-Arts de Nantes (©RMN/photographie : G. Blot).

Le dernier jour de janvier mil six cent quatre
vingt onze

En traitant le mariage qui au plaisir de dieu
sera faict et accompli en face de saincte
église catholique, apostolique et romaine par
entre Thomas Boisne filz Jacque et Marie Chauffré
de la paroisse de Saint Pierre du Regard d’une part,
et de Anne Poullain fille de Gabriel Poullain et de
Catherine Lesage ses père et mère de la paroisse
d’Hatis1 d’autre. Ladite fille ayant enfanté un enfant
malle conçeu des oeuvres dudit Boisne ce qu’il a
par ce présent recogneu et que ce a esté du depuis
la recherche en mariage que ycelui Boisne auroit
fait de ladite Poullain, à quoy c’est présenté Jean Poullain
frère de ladite fille qui a promis et c’est obligé payer
audit future marié2 pour touttes et telles par3 qu’ils
pourroient avoir et prétendre de la succession de son
dit4 père et mère la somme soixante et dix livres
de laquelle somme, il en tournera5 la moitié au nom
et ligne6 de ladite fille et ce avec ce que ladite fille
peut avoir et son bon mesnage qu’elle emportera
avecque7 elle au moyen de quoy ladite fille a subrogé
ledit Jean son frère pour avoir récompence sur Louis
Poullain aussy frère de laditte fille de xxxxxxxxx
laditte promesse n’ayant voullu estre présent
(à) icelle ainsy qu’il advizera bien sans [y]
appeller lesdits affidéz8 par ce que aussy ledit
proceez encommencé par le dit Jean Poullain contre
lesdits Boisne père et fils en conséquence dudit enfant
est et demeure nul et vide de tous effects [ni]
par ledit Poullain les en rechercher en aucune
façon ny manière que ce puisse estre. De ladite
somme de soixante \dix / livres, il en sera payé par ledit
Poullain au jour des épouzailles dix livres
et ainsy d’an en an jusque en fin du payment.
Et ce fait en la présence de Jacques Boisne [père]
dudit affidé lequel a gagé douaire à laditte affidée
sur tous ses biens. Présence aussy de Thomas
Le Tortu sieur de la torturière9, Jacques De Morieux
sieur de la croix, Robert Leconte larivière,
Jean Tariel, tous de la paroisse de Montsecret10
et de Nicolas Hatier, Hector Delozier,
frère en loy de ladite fille, Gervais Des Brocardières
tous parents et amis desdits affidés. Aprouvé
dix en glose1112

Suivent les marques et signatures des différentes parties

----------

Notes

1 Athis

2 On devrait avoir "auxdits futurs mariés " (forme légale) ce qui est confirmé par le verbe suivant au pluriel.

3 par = part (part de la succession) "touttes et telles parts" est une expression juridique

4 Même remarque "ses dits père et mère"

5 Habituellement on trouve remplacer, c’est à dire garantir une somme soit sur une terre soit en la plaçant en rente. Le couple, durant le mariage, n’a droit qu’au revenu de cette somme qui reste la propriété de la femme (adage "Bien de femme ne saurait périr")

6 Le "nom et ligne" dit aussi "nom, ligne et cotte" c’est le droit de lignage de la fille, la part qu’elle garde quoiqu’il arrive même si c’est le mari qui la gère - droit normand spécifique.

7 Forme ancienne de "avec"

8 Ceux qui se sont donnés la foi (confiance), ici la foi de mariage.

9 En fait Thomas Letortul, sieur de la Tortulière (famille bien connue, un de mes ancêtres, tabellion)

10 Ou Montilly (reliure)

11 Pour valider le mot "dix" en interligne (en glose)

12 voir sur geneanet : cote AD61 4E82/58-61