Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > 1669-1673 Réhabilitation de mariage à Rabodanges
Par : dozeville
Publié : 27 février 2014

1669-1673 Réhabilitation de mariage à Rabodanges

De temps à autre, il arrive que l’on trouve 2 mariages pour un même couple. Le second est généralement, mais pas toujours, qualifié de "réhabilitation de mariage".

On trouvera ci dessous un cas particulièrement bien documenté. J’y ai ajouté quelques compléments sur le sujet.

2 mars 1669 : premier mariage

Le semmedy segond jour de mars audit
an 1669 dans l’église de Neufvy, devant
moy Denys Durand pbre vicaire dudit
lieu furent mariés Guillaume Chauvel
et Françoyse Auber, tous deux de la
paroisse de Rabodanges par la permission
et attestation des bans du sieur curé
dudit lieu. Lesdites parties aagées de chacun
quarante ans ou viron. Présentz Philippin
Billet, Leonard Auber dudit Rabodanges
Jehan Dupray demeurant à Neufvy et
Thomas Bondye dudit lieu, tesmoings  [1]

Septembre 1673 : Mandement de l’évêque de Sées

Coppie

Jean Forcoal, par la grâce de dieu et du sainct siège
apostolique, évesque de Sais, conseiller du roy en tous
ses conseils et aumonier ordinaire de sa majesté

à tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut et
bénédiction. Veu la requeste à nous présentée par
Guillaume Chauvel et Françoisse Aubert sa femme
de la paroisse de Rabodanges par laquelle, il
nous est exposé qu’ils ont cy-devant contracté
mariage sans scavoir qu’ilz fussent parents au troisième
degré [2] et n’ont peu avoir dispense de sa
saincteté à cause de leur pauvreté, veu ausy
l’information faicte par Messire Denis Durant prebtre
vicaire de la paroisse de Neuvy en conséquence
de nostre ordonnance vérifiant les faits contenust
en ycelle requeste et qu’il nous a paru que ledict
mariage a esté faict soubz la bonne foy des parties,
que toutes les cérémonies ordonnées par le concile
de Trente ont esté deubment observées, considérant
mesme qu’à cause de l’habitation de laditte Aubert
[avec] ledit Chauvel est sorty une fille
nommée Marie aagée de trois et demy ou
viron, il arriveroit un très grand scandalle et
laditte femme perdue d’honneur et de réputation
si leur mariage n’estoit confirmé. A ces
causes avons dispensé et dispensons les dittes parties
du degré d’affinité et avons ordonné et ordonnons
au vicaire de Rabodanges de rabiliter ledit mariage
en observant toutes les cérémonies en tel cas
requises. Donné à Sais sous notre seing et
seel et le seing de nostre secrétaire le douziesme
jour de septembre mil six cents soixante et
traize. Signé Jean Forcoal évesque de Sais
et plus bas : par son commandement Denis
Breschant avec paraphe . Collation fait
sur l’original par moy soubz signé 

JPEG - 110.9 ko
AD61 1G89

 [3] [4]

23 septembre 1673 : second mariage

Aujourd’huy vingt troisiesme jour de septembre ont conparust
devant \nous/ Guillaume Chauvel et Françoisse Aubert
sa femme avec la dispense de Monseigneur
de Séez tendante aux fins de rabiliter leur
mariage suivant qu’il m’a été ordonné
par mondit seigneur, après avoir leu et publié
laditte dispense au prosne de la grande messe
paroissiale afin que personne ne prétende
cause d’ignorance, je receu le consentement
des dittes partie et rabilité ledit mariage
dans les formes ordinaires et l’enfant sorti
et yssu des dittes parties présent et mis soubz
le drap afin de demeurer légitime. Le tout faict
en présence de Mr Jean Bouffaré pretre et
Mr Jacques Oury sieur des escorces et Jean Gautier, Pierre
Boutin, Nicollas Heudiard, Jean de Beauvais la couture
Nicollas Bertrain, Gilles Delaballe tous lesquels
tesmoings ont signé avec nous pretre vicaire
deservant le bénéfice de Rabodange soubsigné

Les causes de réhabilitation


- une dispense nécessaire ( consanguinité, affinité) n’a pas été demandée[[

Les différents types de dispenses

Extrait de "Instruction très facile et nécessaire pour obtenir en cour de Rome toutes forme d’expéditions…", par Jacques Pelletier, Paris, 1680

1°) La consanguinité
 la consanguinité simple nécessite des dispenses jusqu’au quatrième degré inclu.

2°)L’affinité
 Il y a deux sortes de parents d’affinité :
 - les parents d’affinités qui viennent du mariage, sont ceux qui estoient parents de consanguinité, de celuy ou de celle avec qui l’on a esté marié. (pour bien connoistre les parents d’affinités qui procède du mariage, il faut compter le père ou la mère de celuy ou de celle avec qui l’on a esté marié, comme s’ils estoient ses propres père et mère). Nécessite des dispenses jusqu’au quatrième degré inclu.
 - les parents d’affinité, qui viennent de la copule illicite, sont ceux qui ont eu de mauvais commerces avec les père ou mère, frère ou sœur, cousin ou cousine germains de celuy ou celle que l’on veut épouser. (pour bien connoistre ceux qui procède de la copule illicite, il faut considérer les père ou mère de celuy ou de celle avec qui on l’a commise, comme s’ils estoient ses propres père et mère). Nécessite des dispenses jusqu’au deuxième degré inclu.

3°) L’affinité spirituelle
 L’affinité spirituelle procède du baptême, parce que celuy ou celle qui a tenu un enfant sur les fonds baptismaux, contracte avec luy une affinité qui le rend comme son père ou sa mère, il contracte en outre une autre affinité avec les père et mère de l’enfant (compaternité).

4°) L’affinité survenante
 L’affinité survenante est un crime qui se commet par des gens mariez ; sçavoir, le mary ayant de mauvais commerces avec la sœur, la nièce ou cousine germaine de sa femme, et la femme avec les frères, neveux ou cousins germains de son mary.

5°) Honnesteté publique
 -Mariage non consommé
si l’homme veut épouser une des parentes de celle avec qui il a esté marié mais que la mort a dissout ce mariage avant la consommation. (dispense nécessaire jusques au quatrième degré)
 -Fiançailles
Parce que celuy qui a esté fiancé a contracté une affinité telle, qu’il ne peut épouser la sœur de celle avec qui il l’a esté sans dispense. (cette affinité ne passe pas le premier degré).

Pour appuyer leur demande de dispense, on pouvait apporter des “causes

Notes

[1] AD61 Neuvy au Houlme EDPT404_11 vue 10

[2] le texte est assez contradictoire puisque plus loin, il n’est question que d’affinité - voir la note sur les dispenses -

[3] L’expédition de ce document est curieusement datée du 5 septembre dans le registre de la comptabilité de l’évêché de Sées. Elle se fait à titre gratuit ( voir le G dans la marge). Cet acte est, exceptionnellement en français on peut le consulter ici AD61 1G89(il se lit assez aisément).

[4] EDPT 416_9 Rabodanges vues 9 et 10