Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1750 Une mort suspecte à Larchamp
Par : dozeville
Publié : 12 septembre 2013

1750 Une mort suspecte à Larchamp

Une mort inexpliquée et voilà Mr le curé qui se transforme en inspecteur de police !

Le vendredi traize jour de mars 1750, par nous prêtre, curé de Larchamp a été
inhumé dans le cimetière dudit lieu le corps de Louise Vaujois fille de Jean
Vaujois et de Jeanne Mourice laquelle est décédée sans avoir pu avoir
connoissance du genre de sa mort quelque précaution que nous ayons pu prendre
en nous informans à tous les voisins pour cet effet, ce qui nous a obligé d’avoir
recours à Mr le procureur du roy de Domfront pour avoir la permission de faire
ladite inhumation. Vu laquelle à nous accordée et cy jointe pour y avoir
recours en cas de besoin et après nous être informée au père et à lamère dudit
enfant s’ils n’avaient en rien contribué à sa mort, et à Jeanne Gilles qui l’a ensevelie
si elle n’avoit aucunne connoissance de cicatrice sur ladite morte, et à François
Hergaux, voisin, s’il n’avoit nulle connoissance d’aucun maltretement depuis peu,
et à Gilles Dianet de même s’il n’avoit nulle connoissance de quelque maltraitement
depuis peu . Tous lesquels dénommez nous ont répondu que non et que ladite
fille étoit hydropioque et même poulmonique et qu’elle étoit (entamée ? [1])
par les rains par le lit quel gardoit presque toujours. Vu lesquels taimoignages et la
permission cy atachez, nous avons fait l’inhumation de ladite fille agée de
viron quinze ans en la présence des sousignez.....
 [2]

JPEG - 262.7 ko
Miniature représentant le Christ guérissant un homme hydropique. Le malade est allongé sur son lit, faible, les yeux rivés sur Jésus qui lui pose les mains sur le front.

Notes

[1] =affectée

[2] AD61 Larchamp 3E2_223_1 vue 112