Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > De l’usage curieux du latin dans les registres paroissiaux
Par : dozeville
Publié : 6 juillet 2013

De l’usage curieux du latin dans les registres paroissiaux

Depuis l’ordonnance de Villers-Cotterêts (6/9/1539), l’usage du français s’impose dans les actes administratifs en France.

Il est cependant des résistances singulières : j’examinerai ici quelques actes du registre paroissial de St Germain d’Argentan en 1699.

"Franciscus Antonius filius naturalis Francisci de
Manoury scutiferi sicut ab obsteri... revelatum est et
Julianae Morand Natus decima octava ejusdem mensis
et baptismus est a Simone Herouard le dix neuf
patrinus fuit Antonius Lorent....."
 [1]

François Antoine, fils naturel de François de
Manoury, écuier, d’après les dires de la sage-femme, et
de Julienne Moarand, est né le 18 de ce mois
et baptisé par Simon Herouard le dix neuf.
Le parrain fut Antoine Lorent et.......

"Catarina Francisca nata est a parentibus ignoris
et inventa est
prope muros capucinorum et a Simon
Herouard duit baptisata die vigesima primum sub conditione
patrinus fuit Petrus Labert, matrina Anna Guilpin quoe
insanis nomen dedit, merque sigillum apposuit"
 [2]

Catherine Françoise est née de parents inconnus
et fut trouvée
près du mur [du couvent] des Capucins et fut
baptisée par Simon Herouard le 21, sous condition.
Le parrain fut Pierre Lambert, la marraine Anne Guilpin qui
imposa le nom. Ceux-çi apposèrent leur marque.

Les autres cas contenus dans ce registre sont tous du même type : enfant illégitime ou enfants trouvés. Cependant tous les enfants dans cette situation (par exemple un enfant trouvé cité à la page 18 du même registre).

Cette bizarrerie tient-elle au prêtre qui officie : déjà un intégriste ?

Notes

[1] AD61 AC006_15 vue 18

[2] AD61 AC006_15 vue 9