Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Vie quotidienne > 1670 Enfant reconnu in extremis à la Lande de Lougé
Par : dozeville
Publié : 30 mai 2013

1670 Enfant reconnu in extremis à la Lande de Lougé

Imaginons un peu la scène :

Dans l’église de la Lande, on se presse pour le baptême d’un enfant illégitime. Connaitra-t-on le nom du père ?

Les parrain et marraine sont là, le curé va procéder à la cérémonie après s’être enquis du père auprès de la sage-femme mais la mère s’est tue pendant l’enfantement.

La porte de l’église s’ouvre, un messager, que l’on image hors d’haleine entre, clame que Gabriel Lefebure reconnait l’enfant pour sien. [1]

JPEG - 58.9 ko
Le début du baptême
Image provenant des AD de l’Orne

Le dimanche douzième jour d’octobre [l’an mil]
six cent soixante et dix a esté [baptisé]
un enfant masle par nous soub[signé]
curé, dont nous n’avons jamais [su]
le nom du père quoy que nous [ayons enjoint]
la sage femme devant le St Sa[crement]
de nous en dire ce que ladite mère
luy en a dit en son enfantement et...
a juré en en (sic) présence de plusieurs
...................................................................
La marraine Robine Rivière, Jacques Le
Roy \et autres/.

JPEG - 64 ko
Le coup de théâtre
On notera le changement d’écriture

Et au mesme temps, [devant]
les présents un nommé Jacques Anthoine Duchemin
escuyer, sieur du lieu qui nous a dict et déclaré en
présence dedicts tesmoins icy desnommés et signés
de toute la compaignée dans notre église qu’il
étoit envoyé de la part de Gabriel Lefebvre
escuyer, sieur de Provilles, père dudit enfans qui a signé
en notre registre, l’enfant a esté nommé Jacques par
son père s’apelle donc Gabriel Lefebure, escuier sieur
de Provilles et sa mère Damoiselle Marie L’asne Du Mont. mère(sic)

signé : Duchemin, Moulin, Guinebois, Grandière (curé)
marqué : Des Othieux, Martin ? [2]

Notes

[1] Ce document malheureusement assez mal conservé se trouve aux AD31 La Lande de Lougé EDPT449_4 vue 14

[2] Sur ce problème des enfants nés hors mariage, deux remarques :
- il semble y avoir un tiers d’enfants illégitimes dont on connait le père (que la mère le nomme ou que celui-ci se revendique comme tel) et deux tiers sans père connu.
- personnellement, je mets ce fait en relation avec ce que j’ai eu à connaitre, professionnellement, dans la même région, : c’est l’inceste dont l’importance est mal connue car cachée même si souvent, dans les campagnes et les bourgs c’était un secret de polichinelle.