Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1727 Le prix du sang au Ménil Gondouin
Par : dozeville
Publié : 20 mai 2013

1727 Le prix du sang au Ménil Gondouin

Indépendamment des suites éventuelles devant la justice, il est habituel qu’un homicide fasse l’objet de transactions entre les parties.

Dans l’acte qui suit, on notera les protestations d’amitié. Le petit dossier qui suit montre que le statut social des parents de la victime et celui de l’assassin sont fort différents.

Du jeudy avant midy trente unième jour de juillet l’an
mil sept cent vingt sept.

Fut présent Nicolas Vienne du Ménil Gondouin,
lequel a présentement et volontairement reconnu que l’homicide
commis par Jean Baptiste Morin, sieur des Champeaux,
de ladite paroisse en la personne de Marie Vienne, sa fille
le dix sept octobre dernier, a été un fait malheureux et
involontaire de la part dudit sieur des Champeaux et sans
aucune mauvaise intention. Déclarant iceluy Vienne ne
s’opposer en aucune manière que ce puisse être, directement
ny indirectement, aux lettres de pardon que ledit sieur des
Champeaux pourra ensuite obtenir au sujet dudit homicide,
reconnoissant même ledit Vienne que ledit sieur des Champeaux
et toute sa famille ont toujours été de ses amis et luy ont
toujours fait du bien, tant avant que depuis ledit jour, et
a été le présent accord ainsy fait moyennant le prix et somme
de cent cinquante livres. De laquelle somme de cent cinquante
livres, ledit Vienne s’est tenu content et bien payé, moyennant
un billet de pareille somme que ledit sieur des Champeaux a
présentement fait de sa main audit Vienne et hors le présent.
Lequel étant acquitté et rendu, il ne sera besoin d’aucune autre
quittance ny émargement, renonceant iceluy Vienne à jamais
rien demander en plus outre audit sieur des Champeaux
et à jamais l’inquiéter ny rechercher en aucune manière
que ce puisse être au sujet dudit homicide et sera
ledit sieur des Champeaux tenu de satisfaire à tous les frais
de justice faits ou à faire en son propre et privé nom, sans
que ledit Vienne en puisse jamais être inquiété comme
ne s’étant rendu partie. Et ainsy sont demeuré d’accord, promettans,
s’obligeans et renonceans sur l’obligation de tous leurs biens présent
et à venir. Présence de Marin Labbé fils Claude, de la paroisse des
Yveteaux et Charles Durand de celle de Ménil Gondouin témoins
qui ont signé avec ledit sieur des Champeaux et a ledit Nicolas
Vienne marqué ayant déclaré ne sçavoir écrire ny ny signer de
ce enquis. [1]

L’acte de décès

 [2]

Les familles

Nicolas Vienne s’est marié avec Renée Mallet le 9/10/1703.
Le contrat de mariage, à Putanges, est de 100 livres.
Marie a été baptisée le 14/7/1715 (donc elle a 11 ans au moment de son décès.)

Jean Baptiste Morin, Sieur Des Champeaux, est lieutenant de cavalerie (son père était mousquetaire gris). Il décédera le 9/1/1763 à 75 ans (donc il a 39 ans lors des faits).
Il s’est marié avec Marie Madeleine Dubois le 22/2/1727 à Francheville. Nous n’avons pas son contrat de mariage. Un de ses frères conclut le sien pour 7000 livres.

Notes

[1] Voir l’acte sur geneanet. Cote AD61 4E174/76

[2] AD61 vue 19