Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le "général" des paroisses > 1700 droit de place et d’inhumation en l’église de St Patrice du (...)
Par : dozeville
Publié : 1er mai 2013

1700 droit de place et d’inhumation en l’église de St Patrice du Désert

Cet acte relate une décision de l’assemblée des habitants de St Patrice du Désert. S’agit-il d’une réunion du "général" ou de la "fabrique" ? Le texte n’est pas explicite.

Le dimanche dixième jour d’octobre
mil sept cents, à l’yssue et sortie de la
grand messe parroissialle de St Patrice

Furent présents vénérable et discret maitre Julien Lechat,
prêtre, curé de St Patrice, Maitre Thomas Gouyet, prêtre, Julien
Hutrel, Thomas Gouyet fils Jean, Jean Leblanc, Jean Sevin,
Julien Léveillé, Robert Delaunay, Michel Huet, Jean Xxxxx,
Jean Julien et François Radigue, René Bignon et plusieurs
autres parroissiens de ladite parroisse de St Patrice.
Lesquels, tant pour eux que pour les autres habitants de ladite
parroisse, apprès les bannies [1] qu’ils nous ont dit avoir faittes
entr’eux à l’issue des messes parroissiales dudit lieu des trois
dimanches précédents, d’une place dans l’église de ladite parroisse
de quattre pieds et demy ou viron en quarré contre le benistier en
allant vers l’autel dédié à St Eloy et proche la muraille où est
ledit benîtier avec le droit d’inhumation dans la contenance desdits
quatre pieds et demy, et liberté d’y mettre et placer un banc. Ont
ce jourd’huy procédé à la dernière bannie et adjudication et
d’autant qu’apprès plusieurs bannies et enchères, il ne s’est trouvé
personne qui ait voulu mettre ladite place à plus haut prix
que Guillaume Lefévre, sieur du Plessis de ladite parroisse qui l’a
mise et enchérie à la somme de vingt sols tournois de rente foncière
ledit sieur curé et habitants la lui ont fieffée [2] et adjugée pour
ladite somme de vingt sols de rente foncière qu’il a promis et
s’est obligé paier et continuer à toujours \perpétuité/ [3] mais à l’avenir au thrésor
et fabrique de ladite église par chacun an au terme de ce jour,
premier terme du jourd’huy en un an et ainsi d’an en an à perpétuité
au moïen et parce que le dit Lefévre aura, comme dessus, liberté
de faire mettre et placer un banc, et droit d’inhumation dans la
place ci-dessus, aux charges de faire raccomoder à ses dépens
le pavé qui aura été levé pour lesdites inhumation, et de
délivrer à ses frais et mettre au thrésor une grosse
exécutoire de la présente fieffe, laquelle a été ainsi faitte
pour l’utilité, proffit et augmentation de ladite église et du
consentement de Messire René François de St Rémy,
chevallier, seigneur de la Motte Fouquet, St Patrice, Orgères.
Dont du tout, ils sont demeurés contents et d’accord, et à ce tenir
ont respectivement obligés tous leurs biens, en présence de Jean
Courgenouil hallère et Jacques Bernier sieur de la ….,
parroissiens de la Motte Fouquet, témoins [4]

Notes

[1] annonces -comme les bans de mariage

[2] bail à fieffe : vente contre une rente annuelle à perpétuité - voir cet article

[3] les \ / encadrent un mot ajouté en interligne

[4] voir l’acte sur geneanet, cote : AD 61 4E96/129