Vous êtes ici : Accueil > Petites histoires d’outre temps > La dispersion du patrimoine génétique par le clergé
Par : dozeville
Publié : 26 mars 2013

La dispersion du patrimoine génétique par le clergé

Non, non, ce n’est pas une attaque contre le clergé, ni une charge sur ses mœurs !

Les prêtres, lorsqu’ils n’étaient pas nobles, étaient souvent nommés curés à quelque distance de leur paroisse d’origine. (10, 20, 80 km ou plusieurs centaines de kilomètres.) [1]
Il semble qu’ils aient eu pour habitude d’emmener avec eux quelques membres de leur famille (neveux, nièces) ou parfois un petit voisin, sans doute comme serviteur.
Et là, "l’expatrié(e)" trouvait à se marier (et, pour les filles, souvent dotée par le prêtre).

On trouvera ici quelques-cas qui concernent ma généalogie personnelle et d’autres.

- Jacques Brière , de Pierrefitte en Cinglais, est curé de Durcet en 1702.
Il y marie sa soeur Marie Brière* [2] avec Jacques Duval.

- Julien Gaillard, d’Habloville, est nommé vicaire à Sainte Honorine la Guillaume.
Il marie son neveu Marin Mériel* à Mille Savattes.

- Jacques Druet de St Sauveur de Carrouges est nommé curé de la Carneille. Sa nièce Claire Sellos* de Rouperroux s’y marie.

- Julien Bréard de Ste Honorine la Guillaume est curé à Pierrepont, il y emmène un fils Bricon de Ste Honorine qui s’y marie.

- Moins flagrant, mais on changeait de diocèse à l’époque, Julien Blaise de Landigou, curé de Durcet y marie sa soeur Renée Blaise*.

- Plus lointain : plusieurs Ruppé de Dompierre vont, dès 1600, se marier à Meursac, en Saintonge, et y font souche. Ils semblent y avoir accompagné des oncles paternels et maternels (Furon) prêtres, curés de diverses paroisses : Meursac, Marans, Marennes...

- D’autres Ruppé, toujours de Dompierre, partent, prêtres, à Chartres, Tours. Y emmènent-ils des parents ?

- J’ajouterai la citation d’un courrier : "je me permets de vous écrire pour vous remercier d’avoir mis en ligne les actes notariés [3] concernant les DROMER de Beauchene (61). Vous me permettez ainsi de confirmer mon hypothèse concernant mes ancètres ROBBE de Brizambourg (17).

Le curé de Brizambourg signe Jacques ROBBE de Beauchesne Au mariage de mon ancêtre Lydie ROBBE en 1675 à Brizambourg, on trouve une belle signature DROMER [4] "

Après tout, les prêtres, au moins ceux issus du peuple, devaient être choisis pour leurs qualités... [5]

Notes

[1] Je ne m’explique pas ces nominations, je les constate.

[2] L’étoile * signale un/une de mes ancêtres

[3] il s’agit des liasses notariales de Tinchebray

[4] également de Beauchêne -cela date de 1650 environ

[5] Pour des recherches sur ce thème la lecture des actes notariés est irremplaçable, notamment les actes concernant les successions et surtout les actes de ventes consécutifs à ces héritages.