Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > Les contrats de mariage > 1646 Contrat de mariage de Julien Jardin et Nicole Granger à la Ferté Macé : (...)
Par : dozeville
Publié : 16 mars 2013

1646 Contrat de mariage de Julien Jardin et Nicole Granger à la Ferté Macé : la vieillesse des parents

Contrat presque ordinaire à deux clauses près :
- les nouveaux mariés demeureront chez les parents de la future épouse
- l’attention répétée à la vieillesse des parents de l’épouse. [1]

Du sixiesme [2] jour de décembre mil six cent
quarante six au village du boys martel
paroisse de la Ferté Macé

En faisant et traitant le mariage qui
au plaisir de dieu sera faict et acomply
en face de notre mère sainte église
catholicque, apostolicque et rommaine après
les solennités deument faites en tel cas
requis, entre Jullien Jardin fils de
defunct Jean et de Louyse Gauthier d’une part
et Nicolle Granger fille de Jullien Granger
bois martel et de Barbe Roussel ses
père et mère d’aultre, tous de ladite paroisse
de la Ferté. Lesquelles partyes se sont
promins épouzer l’un l’autre à la
première somma requeste qui sera
faicte par l’ung d’iceulx. Lequel traité
de mariage est faict du consentement et en
la présence dudit Julien Granger et de
ladite Roussel sa femme qui ont consenty
que ledit Jardin prenne ladite Nicolle
avec tous et chacuns les droictz et biens
qui pouront apartenir à ladite affidée
de la succession dudit Julien Granger et
de ladite Roussel. Et a esté stipulé
et accordé entre lesdites partyes et du
consentement dudit Granger et de sa
femme que au cas que ladite Nicolle
décédast auparavant ledit Jullien
affidé sans enfans vivants de leur
mariage que pour don de nopces et
pour auchunnement le récompenser des
fraitz que poura fere ledit affidé
pour arriver à la perfection dudit mariage,
\il luy donnera la somme de deux centz livres/ [3]
avec stipulation et promesse que la ou [4]
ladite Nicolle viendrayt à mourir sans
enfans, comme dit est, auparavant
le décéz dudit Granger père et de ladite
Barbe Roussel que ledit Jardin affidé
ne poura obliger lesdits père et mère
de payer ladite somme de deux centz
livres que après leur décès, que ledit
Jardin prendra icelle sur les biens
desdits Granger et Roussel sur le plus
clair et aparoissant [5]. Lequel Jardin
a dès à présent gagé douaire à sadite
affidée et assigne à icelle au cas que
il mourust sans hoirs dudit mariage
la somme de soixante livres sur
tous et chacuns ses biens tant présentz
que advenir. Consentant lesdites partyes
l’insinuation [6] du présent devant tous juges
qu’il apartient [7], ont à cette fin constitué
leur procureur le porteur de la présente.
Consentant ledit Granger et sa dite femme que
leurdite fille ---se [8] du linge qu’elle
peust avoyr. Promettant [9] ledit Jardin
et sadite affidée demeurer avec lesdits
Granger et Roussel afin de les gou
gouverner et soulager en leur vieillesse.
Dont de tout lesdites partyes sont demeurées
d’acord. A l’entretien de quoy ils se sont
respectivement obligez les ungs vers 
les autres. Es présence de Messire Guillaume
Jouenne .................... [10] subdiacre, Messire
Jehan Febvrier, subdiacre, Jehan Febvrier
.................... [11] conseiller du roy, lieutenant
aux eaux et forestz de la maitrisse et
viconté de Fallaize, Pierre Jardin,
François Petit et Michel Desmoullins
fils Henry de ladite paroisse tesmoings. En
interligne aprouvé : la somme
de deux centz livres, et en marge : il
luy donnera, approuvé présentz les tesmoings [12]

Suit la reconnaissance du contrat le 12/6/1650. Barbe Roussel ajoute 200 livres pour récompenser « les bons services » du couple.

Notes

[1] Quelques mots manquent à la transcription : avis aux bonnes volontés...

[2] les lettres en italique signalent les lettres restituées des abréviations du texte.

[3] \ et / signalent un interligne ajouté après coup.

[4] Pour "au cas où" ?

[5] Généralement formulé : "Sur le plus clair et mieux apparaissant de leurs biens"

[6] Sorte d’enregistrement qui officialise le contrat. La pratique varie selon les provinces. On distingue les insinuations religieuses et les insinuations laïques.

[7] Qui conviennent (à cet effet)

[8] Mot non compris qui signifie probablement qu’elle peut emporter son linge.

[9] promettre est ici pris au sens fort : c’est une obligation : c’est une des raisons qui justifie l’insinuation.

[10] Titre : sieur du....

[11] Titre : sieur du....

[12] AD61 4E172/34 vue 25