Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1695 Tombé dans la rivière à Putanges
Par : dozeville
Publié : 15 février 2013

1695 Tombé dans la rivière à Putanges

Encore un accident mortel aux forges de Putanges.

Ici nous avons l’ensemble de la procédure en usage en cas de mort violente : constat du sergent, rôle de l’avocat, avis du procureur fiscal, décision finale.

François de Paris, sergeant royal aux vicomtés d’Argentan et
Exmes, …. en bailliage audit Argentan, ordinaire à Putange, résidant
aux Rotours, certifie que ce jourd’huy samedy neufiesme
jour d’avril MVc quatre vingt quinze, sur les dix heures
de matin, suivant l’advis à moy donné par Jean Le Mesnager
demeurant en la parroisse de Courteille que le jour d’hier,
viron sur les neuf heures de soir, un petit garçon, filz d’un
vallet d’affineur en la forge de Putange, scituée sur la rivierre
d’Orne se seroit noyé et submergé en ladite rivierre devant
les palles qui fait marcher les roue du marteau et de
la chaufferye de ladite forge. Sur iceluy advis, je me suis
cedit jour et heure susdit, transporté en ladite forge, où estant
je suis allé en la maison de François Rousseau, vallet d’affineur
dans lequelle je trouvé à la renverse le cadavre de Georges
Rousseau filz dudit François, agé de viron six ans suivant son
raport tout encor en ses vestements à la réserve de son chapeau
et iceluy cadavre tout en escume par le visage et du sang luy
sortant par les narines . Et après l’avoir veu et visisté par
les endroits de son corps et de ses vestements, je ne luy ay
trouvé aucuns coups parroissant . Je luy ay trouvé une paire
d’oeuvre à l’usage de Sées, et m’estant informé à plusieurs du
commun s’il estoit bon catholique, apostolique et romain,
on m’a répondu que ouy. Et après avoir demandé audit François
Rousseau, père, encor Louis Rousseau son autre filz en la manière
que ce petit garçon s’estoit noyé et péry ainsy, ils m’ont répondu
qu’il y avoit des personnes chez eux et que voyant l’heure
un peu brune, ledit François Rousseau luy auroit dit : « Petit garçon,
prend une chandelle et ------ chez le martheleur
qui se nomme Godey affin de l’alumer . » Ce qu’il fist ausy
tost et, pour chez lequel allé et revenir, il falloit de
nécessité passer par desus le pont de devant les palles desdites roues du
marteau et de chaufferye. Et ensuitte, je me suis pareillement
informé audit Godey sy le petit garçon estoit allé chez luy avec la
chandelle pour l’alumer. Il m’a dit qu’il estoit vray, et que après
qu’elle fut allumée, il resortit ausytost pour s’en retourner chez
son père et pour passer sur ledit pont où il y a de distance
desdites deux maisons viron vingt pas et ledit pont de longueur
quatre pas. Et comme ledit François Rousseau s’ennuyoit que ledit
son filz ne rentroit point, une peur le prit qu’il ne fust tomber
dans le cours d’eau de ladite palle, et au mesme instant y estant allé
chercher dedans, ilz trouvèrent le cadavre dudit Rousseau, son filz,
mort, sans luy voir aucune espèce ny soupir de vye et leur....
mis et aporté dans le lict où le le trouvé. Ce que lesdits Rousseau,
père et filz atestent, à tous ce qu’il apartiendra, estre véritable
ainsy que ledit Godey pour la déclaration. Comme aussy a esté
ledit cadavre veu et visisté pa Philippe Leboucher, Maitre chirurgien
juré demeurant Putange et pour ne luy avoir veu aucune
playe ny blessures que comme esté cy devant dit. Ce fait en
exécution de l’édit de création, lettre de finance et autres arrests
en conséquence de sa charge. En foy de quoy, je dressé le présent
procedz verbal pour en estre ordonné ainsy que le …. En présence
de Pierre De Langle, demeurant à Tessé, Léonard Laisné sieur du
lieu, demeurant à Berjou et Adrian Lebarbier, maitre de ladite forge
de Putange. Et ledi le pésent fait et délivré sur le registre d’...
Signé et controllé au Pont Ecrepin ledit jour cy dessus
Deparis

Monsieur le bailly d’Allençon ou Monsieur son
lieutenant au siège d’Argentan

Suplie humblement François Rousseau de la
parroisse de Putanges et vous
remontre que le jour d’hier, sur les sept et
huit heures du soir, Georges Rousseau, aagé
de sept à huit ans, son fils, revenant de la
maison du martheleur de la forge de Putanges
où il estoit allé alumer de la chandelle,
seroit tomber en la rivère en passant
le pont et y auroit esté noyé comme il
paroist par le procès verbal cy dessus.
Et comme ledit curé de Putanges refuse
de l’inhumer jusques à ce que vous l’ayez ordonné.
Cest causes, monditsieur, il vous plaise
ordonner que ledit sieur curé inhumera
incessamment ledit enfant et vous
ferez justice.

Présenté ce neufe d’avril 1695
présence de Germain Leger stipulant pour
ledit Rousseau
J Lemenager

Soit communiqué au procureur
du Roy à Argentan audit jour et an
Dufour

Le procureur qui a veu la requeste et le proceds
verbal de Paris Rien n’empesche que l’enfant
dudit Rousseau soit inhumé sauf audit procureur
du Roy à l’aprouver comme il advisera bien ledit jour
et an
Duclos Lange

Veu les conclusions du procureur
du Roy, nous avons ordonné que le
dit enfant sera inhumé par le
sieur curé de Putanges. A Argentan
cedit jour et an
Dufour

Il a été payé au procureur du roy XII s VI
au juge pour l’authorisation de la requeste X s
Et le porteur n’en a payé que vingt sols. Il faut
renvoyer deux sols six deniers qu’on ….
 [1]

Notes

[1] Putanges EDPT55-312 vue 58 sur le site en ligne des AD61