Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1731 Les charbonniers et la forge de Rânes
Par : dozeville
Publié : 10 février 2013

1731 Les charbonniers et la forge de Rânes

Le bois n’est pas directement utilisable dans le fourneau des grosses forges. Pour obtenir la température nécessaire à la fusion du métal, il faut utiliser du charbon de bois, donc faire appel à des ouvriers formés à sa fabrication.

Il est nécessaire de se les "attacher" d’une façon ou d’une autre pour assurer la fourniture du charbon.

Dans le cas présent, le maitre de forge utilise un point particulier du droit normand : le retrait d’une vente. En effet en Normandie prévoit un délai de réflexion au vendeur -trois ans renouvelables sauf accord différent- pour reprendre son bien.  [1]  [2]

GIF - 22.6 ko
Henry-Louis Duhamel du Monceau, L’Art du Charbonnier ou Manière de faire le charbon de bois, Paris, 1761. Paris, BnF.

Furent présents George et Nicolas Chrestien
père et fils, maitre charbonier de la paroisse
de Rasnes. Lesquels reconnaissent que Monsieur
du Ponceau maitre des forges de Rasnes leur a
aujourd’huy presté la somme de cent trente et
deux livres pour faire un retrait du
champ nommé le clos à la roche situé en
la paroisse de Rasnes au village de Pringault.
Laquelle pièce ils affectent spéciallement
et tous leurs autres biens venus et à venir
pour ladite somme. Laquelle ils s’obligent
de rendre touttes fois et quantes qu’il plaira
à mondit sieur du Ponseau, si mieux n’aime
leur rabattre de quinzeine en quinzeine
à proportion de la cuisson et du dressage
de ses ventes [3] que les dits Chrestien s’obligent faire
partout où besoin sera et sans aucun
retardement en leur payant les loyers
ordinaire de cuisson et de dressage dont
comte [4] sera fait annuellement et en continuant
pendant que mondit sieur du Ponseau jouira
des forges du Champ de la Pierre sans pouvoir
aller travailler ailleurs que par l’exprès
consentement dudit sieur du Ponceau, à peinne de
tous dépents, dommages et intherests et
sans préjudice d’autre deub. A quoy ledit sieur du Ponseau
réserve au payement de laquelle somme lesdits
Chretien en obligent soliderement un seul pour le
tout, tous et chacuns leurs biens et eux mesmes
par corps comme de marchand à marchand.
Arresté aux présences de Pierre Eudeline,
Jean David de Rasnes, tesmoins.  [5]

Notes

[1] Ici, les charbonniers désirent retrouver un champ.

[2] Cela ressemble au retrait lignager prévu par la Coutume mais en diffère notamment par la durée.

[3] Partie de forêt dont le bois, vendu ou en instance d’être vendu, est prêt à être exploité ; ensemble des arbres d’une partie de forêt qui viennent d’être abattus. ( Larousse)

[4] compte

[5] AD61 4E119/183 vue 78