Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1732 Les mineurs de Rânes
Par : dozeville
Publié : 11 février 2013

1732 Les mineurs de Rânes

le contrat de travail

Pour faire fonctionner le fourneau, il faut du minerai, donc des mineurs. Que l’on n’imagine pas les puits et les machines complexes du XIXe siècle. Les minières des XVII et XVIIIe siècles sont, dans notre région, des carrières à ciel ouvert. Il s’agit de "gratter" le sol plutôt que de le creuser.

Le métier n’en est pas moins dangereux : on constate des morts par chute dans les minières dans les BMS.

JPEG - 19 ko
Ancienne minière à St Clair du Halouze
Photo du site de la communauté de Communes.

Le dixyesme jour de février
mil sept cent trente deux

Furent présents Pierre et Daniel Gautier, père et
fils et René Gautier fils feu Daniel, mineurs
de la paroisse de Rasnes. Lesquels se sont soliderement
un seul pour le tout, sans division ny ordre de
discussion, renonçant au bénéfice d’yceux et a tout
ordre d’exécution submis et obligés de livrer
au sieur Marq Antoinne Jorys sieur de Louville, Maitre
des grosses forges de Rasnes, stipullé et
représenté par Philippe Bienvenu, son commis
au fourneau de ladite forge de Rasnes, trente
pippes de mines [1] dans les minnerets du bois
de Rasnes [2] appartenant à Mr le marquis de
Ranes, bien nette de pierre, terre et sables
qui sont desjà faites et aprestées. Lesquelles
trente pippes de minnes, l’achept [3] déduit,
il s’oblige de livrer dans le Caresme prochain
venant. Et au cas qu’il sy en trouve en plus
outre que lesdites trente pippes de minnes l’achept
déduit à proportion, elle sera payée auxdits
auxdits Gautier à raison de trente sols la pippe
cent quattre pour cent. Et en outre, lesdits Pierre et
Daniel Gautier se sont obligés de tyrer,
faire et apprester dans les minerets du bois de
Rasnes le nombre de cinquante pippes de minnes
cinquante deux pour cinquante bien nette de pierre
terre et sable à raison de trente sols par pippes
agept [4] déduit qui leurs seront payées à fur et mesure
du travail et livrement qu’ils en fairont et
de quinzeinne en quinzeinne suivant le travail et
livrement qu’ils fairont. Laquelle livraison desdites
cinquante pippes se faira dans le dernier jour du
mois de juillet prochainne venante. Et ont reconnu
lesdits Pierre, Daniel et René Gautier avoir receu la
somme de vingt livres sur les trente pippes de
myne cy devant spécifiées. Et en faveur du présent,
ledit sieur de Louville, stipullé (ainsy) que dessus, promet donner
chacun un rable [5] aux mineurs. Dont d’accord et à
l’entretien du présent lesdits Gauthier en obligent corps et
biens comme de marchand (à marchand). Fait aux présences de
Messire Gervais Léveillé prêtre et Toussaint Fouquet de Faverolles
et (St) Georges, tesmoins. [6]

Notes

[1] une pipe de mine vaudrait 750 kg, semble-t-il

[2] sur la géologie de ces mines voir le site de Bernard Langelier

[3] le prix d’achat - il s’agit seulement de rénumérer le travail

[4] écriture aberrante pour "achept" ou achat. Le scribe fatigue, l’écriture, l’orthographe se dégradent, il oublie des mots.

[5] c’est la partie arrière d’un lièvre ou d’un lapin, mais aussi un outil pour "écumer" le métal ou le verre fondu. Quel est le sens ici ?

[6] AD61 4E119/184 vue 105 prochainement en ligne