Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1690 Testament d’un garde du corps du roi, originaire de Lougé-sur-Maire
Par : dozeville
Publié : 13 décembre 2012

1690 Testament d’un garde du corps du roi, originaire de Lougé-sur-Maire

Dans notre région, rares sont les testaments aussi explicites et documentés que celui-ci.

Parmi les dernières volontés, la reconnaissance d’une fille naturelle n’est pas la moins intéressante quant aux mœurs du temps.

Aujourd’huy douze iesme jour de juillet mil six cents quatre vingt
dix, moy Daniel Serey, escuier, garde du corps du roy, de la compagnie
de Lorges [1], brigade de Laval, estant tomné malade et désirant, après
m’estre recommandé à Dieu, mettre ordre à mes affaires, déclare, veux et
entends qu’après mon décès, il soit pris sur le meilleur et le plus
beau de mon bien la somme de cent cinquante livres de rente tournois et ce
pour annuellement et à perpétuité dire et célébrer une messe tous
les jours avec un un De profondis à la fin de chaque messe pour le repos de mon
âme dans le lieu et place où mes pères et mères [2] sont enterrés
qui est la paroisse de Lougé [3]. Scavoir les dimanches et festes à huit heures
et les autres jours de la sepmaine à la volonté de l’exécuteur du testament.
En outre, veux et entends qu’il soit donné et délivré la somme de mil livres
à Catherine Ladotte [4] fille naturelle sortie de moy et que ladite somme soit prise
sur le plus beau et le meilleur de mon bien et ce, pour l’acquit de ma conscience.
Laquelle enfant estoit demeurante chez Monsieur de Ste Marie, escuier, sieur de xxx
xxxx
mon beau-père, paroisse de Ste Norinne la Petite [5] quand je suis parti et sorty
de la province pour servir le roy. De plus, je veux et entends que tous les
frais qui se sont faits et se feront pendant ma maladie et après mon
maladie déceds, tant pour mon inhumation que pour médecins, chirurgiens
et apoticaires soist prist préférablement à toutes choses n’ayant pas
d’argent présentement pour y satisfaire. Et aussy veux et entends que Daniel
Poullain, mon valet, lequel m’a bien servi fidellement et dont je suis très
content, qu’il luy soit donné deux cent livres une fois payé en recognoissance
de son bon service. De plus je donne en recognoissance à François Gaultier, escuier,
sieur de Bonvouloir [6], garde du corps du roy dans ladite compagnie et brigade, mon
camarade, pour les bons soins , amitiés et secours que j’ay receus de luy, tant
dans ma santé que dans ma maladie, la somme de deux mille livres à prendre
sur le plus beau et le meilleur de mon bien, tant sur mes meubles que immeubles.
Veux et entends que tout ce qui est escrit cy dessus soit exécuté ponctuellement
et pour cet effet, j’ay nommé et nomme le sieur Michel Herouard, escuier
sous brigadier dans les gardes du corps du roy, compagnie de Lorges [7], brigade
de Laval pour exécuteur de mes dernières volontés. Veux et entends que
tout soit exécuté par son ordre comme il est escrit cy dessus. Le tout fait
en présence de Messire Joseph Pichon, prestre, aumosnier des gardes du corps
du roy, compagnie de Lorges et de messire Nicolas Dudoit, prestre, aumosnier
dans la compagnie des gens d’armes de la garde du roy et de Pierre Lebarrois
escuier, sieur du buisson, brigadier des gardes du roy dans ladite compagnie de
Lorges [8] et de Jacques de Fribois, escuier, escuier garde du roy, aussy
dans ladite compagnie de Lorges qui ont signé le présent
testament. Aprouvé une ra... Fait au camp de Vuacquen [9] près de
Vorme [10] en Palatin, le douze iesme du présent mois et an que dessus.  [11]

Notes

[1] Guy Aldonce de Durfort, comte de Lorges, duc de Quintin, maréchal de France, capitaine de la 4e compagnie des gardes du corps

[2] Remarquer le pluriel : il s’agit de tous ses ancêtres

[3] Lougé sur Maire (Orne)

[4] Probablement Ledot féminisé

[5] Ste Honorine la Petite paroisse rattachée à Ménil Gondouin (Orne)

[6] Peut être en rapport avec la Tour de Bonvouloir à Juvigny sous Andaines

[7] Cité comme garde, en février 1690, dans Rôles et états (gages et pensions) des Compagnies des gardes du corps du Roi...

[8] Cité comme brigadier, en février 1690, dans Rôles et états (gages et pensions) des Compagnies des gardes du corps du Roi...

[9] Nom de lieu écrit plus ou moins phonétiquement. Se termine probablement par ...heim, peut-être Wattenheim

[10] Worms, ville du Palatinat, en Allemagne, brûlée en 1689 par les troupes de Louis XIV

[11] Cote AD61 4E74/375 vue 296