Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1701 Réception d’une fille pour le service des pauvres malades à la Maison (...)
Par : dozeville
Publié : 10 décembre 2012

1701 Réception d’une fille pour le service des pauvres malades à la Maison Dieu d’Argentan

Les filles de la Maison Dieu sont dites dans d’autres actes "Dames de la Maison Dieu". Ce ne sont pas de simples servantes, le "droit d’entrée", autrement dit la dot nécessaire, est là pour en témoigner.

Sont-elles religieuses comme le suggère l’emploi du mot "sœur" ? Seul les statuts permettraient de répondre mais leur engagement est, comme pour les congrégations ou pour le mariage, irrévocable.

Les statuts, dont je ne connais pas le texte, se laissent deviner , en partie, à la lecture de cet acte.

L’hôpital d’Argentan est aussi dit "hôpital St Thomas" du nom de l’église qu’il contenait en son sein.

Hotel Dieu in Argentan

Dudit jour quinze janvier 1701 après midy

Fut présente Marie Louise Lefessier, fille de Gabriel Le
Fessier, sieur de grand prey et de défunte damoiselle Elisabeth Yver ses père
et mère, aagée de vingt ans six mois. Laquelle, mue de dévotion
et ayant le désir de passer le reste de ses jours avecq les autres filles
qui se sont volontairement données, elles et leurs oeuvres à la Maison
Dieu d’Argentan pour le service des pauvres malades a faict contract
et paction avecq Louis Servain, sieur de la Chapelle, conseiller du Roy, lieutenant général
de la Viconté , en sa qualité de Maitre administrateur dudit Hôtel Dieu d’Argentan,
présent et acceptant pour luy et ses successeurs par laquelle ladite Lefessier
s’est charitablement donnée audit hôpital, elle et ses œuvres pour tout
le temps de sa vie pour l’employer à assister et servir les pauvres
malades qui sont gisants sur les licts dans les infirmeries dudit
hôpital et s’y comporter avecq toutte vertu et bon exemple comme il
est requis et nécessere tout ainsy que font présentement les autres
filles qui se sont données audit hôpital, le tout conformément aux
statuts arrestés au corps de ville le 27 novembre 1678, confirmés
et approuvés par lettres patentes de sa Majesté expédiées à St
Germain en Laye au mois d’avril 1679, registrés où besoing a esté
et desquels statuts lecture a esté faicte à ladite Marie Louise Le
Fessier, laquelle a promis les exécuter et entretenir en tout leur
contenu sans y déroger. Et ledit Sieur Servain, administrateur, en sa
part, pour luy et ses successeurs a agréé ladite Lefessier pour demeurer
audit hôpital au service desdits pauvres malades et conformément auxdits
statuts et parce que ladite Lefessier a donné et aunosné [1] audit Hôtel Dieu
la somme de douze cents livres, laquelle somme a esté présentement payée
comptée et nombrée audit sieur administrateur en louis d’or et d’argent
de présent ayant cours et de bonne mise à l’édit du Roy et reçue par
ledit sieur administrateur dont il s’est tenu à content. Lequel à ce moien,
pour luy et ses successeurs, s’est obligé payer l’interest de ladite somme de douze
cents livres au denier dix huict suivant l’édit du Roy à la communauté
desdites filles pendant la vie de ladite Marie Louise Lefessier et après
sa mort laditte somme de douze cents livres demeurera exteinte
et amortie au bénéfice de ladite Maison Dieu, d’autant que la somme de
huict cents livres destinée pour la communauté desdites filles suivant
leurs statuts est remplie par les constitutions précédentes. Ce fait
en la présence et du consentement des sœurs Jacqueline Leclerc,
Margueritte Trouvé, Magdeleine Leclerc, Renée Coifferel, Louise Thérèse Barbot,
Louise Catherine Barbot, Charlotte Marie Coifferel, Barbe Yver
et Catherine Marie Loyson, lesquelles ont accepté laditte Lefessier
et reconnu estre satisfaites et contentes de sa probité, conduitte
et vertu qu’elles ont reconnu en elle depuis un an qu’elle
demeure avecq elles pour faire son approbation. En outre ladite somme
de douze cents livres, ladite Lefessier a fourny ses habits. Ce
faict et aussy en présence de Monsieur Jean du Moulin, escuier seigneur du
bois de Commeaux, conseiller du Roy, trésorier général de France au bureau
de Caen, Jean de Pollin, escuier et sieur de Valmesnil, conseiller du Roy en
son … en l’ellection dudit Argentan, membres du bureau dudit
hôpital, Me Jean Lesieur, Me Jacques Leroux et Me Louis
Lesieur, prêbtres condonnés [2] dudit Hôtel Dieu, Me Jean Langlois prebtre
et ce faict aussy en présence et par l’avis dudit sieur de Grand Prey,
père de ladite Lefessier, Charles Yver, sieur de Bordeaux et François
Boulley, oncles de laditte Marie Louise Lefessier, présence aussi de
Messire Jacques Lemière, sieur des Pallières, conseiller du Roy, éllu en
laditte ellection et Me Louis Barbot, advocat, sieur de Belloenne dudit Argentan [3]

Notes

[1] pour aumosné

[2] "donné" = qui s’est donné en entier, lui et ses biens, à un couvent, un hôpital...Cela concernait aussi les laïques, notamment les couples vieillissants qui viennent s’installer à l’hôpital tant qu’ils sont valides. Ils s’occupent des invalides tant qu’ils le peuvent.

[3] 4E74/377 vue 215