Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Des travaux et des hommes > 1667 Comptes et état des lieux de la grosse forge du Champ de la (...)
Par : dozeville
Publié : 1er décembre 2012

1667 Comptes et état des lieux de la grosse forge du Champ de la Pierre

Ce texte, assez long, est truffé de termes techniques dont la signification exacte m’échappe en partie, même en ayant recours à l’Encyclopédie.

(Pour la lisibilité, les lignes de l’original n’ont pas été respectées. Dans la seconde partie, les paragraphes sont d’origine.)

Etat des travaux faits par les maitres de forge [1]

Le dernier jour de may, l’an mil six cents soixante et sept, nous Pierre Gautier et François Aumouette, tabellions royaux en la viconté de Fallaise pour les parties de Carrouges et Rasnes.

A la requeste de Messire François de Broon, chevalier, Marquis de Fourneaux, seigneur du Champ de la Pierre et autres lieux et de Louis et Germain Ricoeur, sieurs de Vittray et Basmond, père et fils, maitres des forges dudict lieu du Champ de la Pierre, nous nous sommes transportés pour faire et dresser procez verbal de l’estimation qui a esté faicte en notre présence par expert et gents à ce congnoissants dont les parties ont convenu.

JPEG - 79.6 ko
le marteau
Planche de l’Encyclopédie de Diderot

Et toutes et chascunes les réparations et résertions [2] que lesdictz sieurs de Vittray et de Basmond ont faict faire à ladicte forge pendant leur bail qui a commencé le douziesme jour de novembre, l’an mil six cents cinquante et sept et finy à pareil jour en l’an mil six centz soixante et trois et encore pendant trois années que ledict bail a esté prolongé et générallement de toutes les choses qu’ils auroient fournir pour l’entretien et ladicte forge auquel ils n’estoient pas obligez par leurdict bail ny par un accord faict par devant les tabellions de Carrouges le vingt septiesme décembre mil six cents cinquante et sept [3] ou estant ont comparu en leurs personnes ledict seigneur de Fourneaux et lesdicts sieurs de Vittray et de Basmont et encore Jullien Clouet de la parroisse de Ste Margueritte de Carrouges et Jean Chauvin de la paroisse de Thessay maitres charpentiers, Jean Chabot de ladicte paroisse de Ste Margueritte de Carrouges et Pierre Lecerf de la paroisse du Champ du Bout, Maitres Massée et Jean et Martin Lorgueilleux, frères, de la parroisse de Saint Martin [l’aiguillon), maitres couvreurs.

Lesquels Clouet et [autres] ont estimé le bois de trois postilles [4] que lesdicts sieurs de Vittray et de Basmond avoient faict mettre au noc du fourneau à quarante cinq livres à quoy ledict seigneur estoit obligé, la

trois cheminées à chascune trente neuf livres qui font la somme de cent dix sept livres [compris charpente],

une roue à soixante et huict livres,

deux [nocs] de marteau à chascun quarante [livres] qui font quattre vingt livres,

un [] de chauferie à trente cinq solz,

la charpente des halles du fourneau, ce que lesdictz sieurs de Vittray et de Basmond ont fourny, à quoy ledict Seigneur de Fourneaux estoit obligé, quattre vingt douze livres,

la charpente de trois carée de maison, quarante deux livres,

un chessis [5] neuf livres.

Et lesdicts Chabot et Le Cerf ont estimé les murailles de trois carées de maison à la somme de cent dix livres, un mur entre la petite forge et la halle d’icelle à douze livres

et lesdictz Lorgueilleux, frères, la latte des halles du fourneau à vingt cinq livres, la couverture desdictes trois carées de maison à soixante deux livres qui sont toutes les choses ausquelles ledict seigneur de Fourneaux estoit obligé de payer auxdicts sieurs de Vittray et de Basmond.

Pour le regard des dictes résertions et réparations toutes lesquelles sont cy dessus revenant à celle de six cents vingt et une livres que ledict seigneur de Fourneaux a promis déduire sur ce qui luy peuvent debvoir de reste conformément audict accord en dabte du vingt septiesme décembre mil six cents cinquante et sept. Le tout sans préjudice du marteau que lesdictz sieurs de Vittray et de Basmond ont dict avoir faict visitter et refaict recours au procez verbal qui en a esté faict qu’ils représenteront et... outre a esté accordé entre les dictes parties que le fourneau de la forge sera restably au fraiz dudict seigneur de Fourneaux à l’exception de trente livres que lesdicts sieur de Vittray et de Basmond se sont obligés de fournir pour y contribuer et par ledict sieur de Vittray ce qui sera nécessaire pour la résertion et restablissement dudict fourneau, à déduire pareillement de ce qu’ils peuvent ou pourront debvoir... du prix de leurdict bail et continuation d’icelluy à l’exception comme dit est de la somme de trente livres qu’ils sont …. fournir et ce sans préjudices des autres résertions qui se pouront trouver à faire lors de la rendue du procez berbal de visitte qui sera faict des dictes forges du Champ de la Pierre dans mardy prochain par expert .. et maitres de forge que les parties ameneront et dès à présent ont convenu de la personne sieur de la Rivière maitre de forges de Varennes. Le … qui se pouront trouver à faire … deubz par les dicts sieurs de Vittray et de Basmond. Ce que dessus faict et arresté en présence et par l’advis de Messieurs Des Buatre et de Tresesaint qui ont signé avec lesdictes parties, tesmoings

JPEG - 80.2 ko
Le patouillet permet le lavage du minerai.
Son existence n’est pas attestée au Champ de la Pierre.
Cette planche de l’encyclopédie permet d’avoir un aperçu de l’importance du bois et du travail extraordinaire dont il était l’objet ; tout ici est en bois ou presque : roues, engrenages...

Devis des travaux à faire [6]

Du septiesme juin MVIC soixante et sept a esté l’ Estat des résertions des forges et fourneau du Champs de la Pierre, circonstances et dépendances, ausquelles Monsieur le Marquis de Fourneaux s’est trouvé obligé :

Premièrement, à la grande forge

Ledict seigneur marquis est obligé de faire mettre un sep et un fausep et deux clefz pour tenir la solle dormante avec lesdictz sep et fausep [7] . Le bois desquels sep et fausep sera fourny par ledict seigneur Marquis et mis en oeuvre sur le lieu aux fraiz du sieur de Vittray et à l’esgard des dicts deux clefs seront aussy pareillement faictes aux fraiz dudict sieur de Vittray, du viel bois qui proviendra des viels sep et fausep qui sont sur ledict lieu en cas qu’il soit sufisant sinon sera fourny d’autre bois par le dict seigneur marquis.

A l’esgard du drosme [8] a esté trouvé qu’il n’est recevable et néanmoings poura encore servir et en cas qu’il vint à manquer, pendant le bail du sieur de Basmond, il en sera mis et placé un autre aux fraiz et despents dudict sieur marquis et au regard des deux estaches [9], l’une de dehors, appelée la grande estache et l’autre de dedans apellée la petite, elles ont esté jugée quant à présent assez bonne et néanmoings en cas qu’elles périssent pendant ledict bail, il en sera mis d’autres aux fraiz et despends dudict sieur marquis.

Comme aussy à l’esgard du stoc [10], en cas que pendant ledict bail il feust jugé nécessaire par le marteleur dudict sieur de Basmond d’y en mettre un autre il y sera mis aux fraiz et despens dudict sieur marquis.

Et après avoir examiné la charpente de ladicte forge, il s’est trouvé qu’elle est de peu de valeur, le premier sommier [11] d’icelle du costé de la chaufrie et affinerie estant portés sur deux estançons [12], les trois et quatriesme sommiers d’icelle estant rompus et rallongés et poortés sur deux estansons, un et deux [...] ou sous chevron de ladite chapenterie rompu et le feste [13] et fillière d’icelle en plusieurs endroits et courbés à cause de leur foiblesse. Les chevrons en la plus grande partie de deux pièces foibles et éloignés les uns des autres et néanmoings ladicte charpenterie pourra encore subsister et en cas qu’elle périsse pendant ledict bail, ledict marquis la fera restablir.

De ladicte forge estant passés dans la chambre aux soufflets du fourneau, a esté remarqué que l’arbre de la roue dudict fourneau qui a esté fourny par ledict sieur marquis en conséquence du procèz verbal du traiziesme novembre MVIC cinquante sept n’est pas sufisant ny recevable et néanmoings peut encore subsister pendant le dict bail, il [14] vint à périr ledict Sieur Marquis en fournira un autre qui sera faict et placé au fraiz dudict Sieur de Basmond sans qu’il soit tenu en mettre un autre de son chef.

Dudict lieu estant descendu à la petite forge, a esté remarqué que la grande estache de dehors, le sep et le fausep sont de nulle valleur pourquoy ledict sieur marquis fournira pareillement le bois sur le lieu pour en estre mis d’autre à la dilligence et aux fraiz dudict sieur de Basmond, que le drosme est trop faible et néanmoingz poura subsister et en cas qu’il perist pendant ledict bail, ledict sieur marquis fournira pareillement du bois sur le lieu aux fraiz dudict sieur de Basmond.

Fournira ledict sieur marquis un arbre pour mettre à la roue de l’affinerie de ladicte forge qui sera mise aux fraiz dudict sieur de Basmond et en cas qu’il fallust mettre un autre stoc pendant ledict bail le bois en sera aussy fourny par ledict sieur marquis et placé aux fraix dudict sieur de Basmond.

La charpenterie deladicte forge a esté trouvée de peu de valleur, le faiste l’un des faistes d’icelle estant rompu par le bout vis à vis du drosme. L’une des fillières qui porte un petit comble à l’endroit dudit drosme estant rompue les autres fillières sont courbées. Les chevrons en la plus part de deux pies [15], faibles et esloignés les uns des autres, que la fillière vers la roue du marteau n’est soustenue que par un estanson comme aussy la fillière oposée à icelle vers l’affinerie est aussy soustenue par un estanson et le faiste à l’endroit des deux estansons aussy soustenus d’un autre autre estanson de bois rond que deux des fillières de la halle estant au bout deladicte petite forge sont sufisamment soustenues pour.

Pour satifaire ausquelles résertions cy dessus, ledict sieur marquis est prest est prest de fournir le bois nécessaire toutesfois et quantes que ledict sieur de Basmond le requiera et ledict sieur de Basmond prest de le recevoir toutefois et quantes que ledict sieur marquis voudra le faire charoyer.

A esté aussy observé que la masse de pierre seiche qui porte la grande huche du marteau fait ventre vers le dehors et est entrouverte en plusieurs endroits, la jouenture [16] des pierres qui la compose estant un peu laschée

A esté aussy remarqué qu’il n’y a que sur la plus grande partie du faiste de ladicte forge qu’il n’y a point d’enfesteaux [17] et que ledict faiste a esté par le passé couvert d’enfusteaux de tuille et de terre ou gasons, laquelle terre ou gasons sont présentement ruinée en la pluspart et que sur l’estandue de la moittié dudict faiste ou environ, il pleut dans la dicte forge lorsqu’il tombe de l’eau du ciel faute d’enfesteaux, à quoy ledict sieur de vittray proteste faire travailler incontinent et sans délay mesme à la réparation du surplus de la couverture qui n’est en sufisant estat.

Et au regard des nocs [18] qui sont necessaires dans la chaussée [19] de ladicte petite forge et empallement [20] d’iceux, ils seront refaicts et placés entièrement aux frais dudict seigneur marquis en cas qu’ils ne soient sufisants devant lesquels empallements il n’y a aucuns ratelliers [21] et que dès à présent il viendra metre un noc tout neuf pour porter l’eau sur les roues de la chaufferie et affinerie à quoy ledict sieur marquis fera travailler incontinent dans l’estandue et la largeur de ladicte chausée seullement

Au regard des résertions des maisons des forgerons a esté trouvé qu’elles sont en pareil estat qu’elles estoient lors du procès verbal du traiziesme novembre mil six cents cinquante et sept à quoy ledict seigneur marquis fera travailler incessament.

Et parce que le conte [22] fait entre les parties, le dernier jour de may dernier ledict sieur marquis de Fourneaux avoit alloué audit sieur de Vittray et de Basmond quelque somme de deniers dont récompense ne leur estoit pas deue se montant à la somme de cinquante deux livres au moyen de quoy, il leur demeuroit redevable de la somme de six cent vingt et une livres. Ledicts sieurs de Vittray et de Basmonds ont vollonterement remis audict sieur marquis la somme de cinquante deux livres au moyen de quoy, il leur demeure seullement redevable de la somme de cinq cent soixante et neuf livres pour les causes portées par ledict conte du dernier may denier, laquelle somme il leur a promis déduire sur ce qu’ils luy peuvent debvoir, conformément audict traicté. Le tout fait et aresté entre ledict seigneur marquis et lesdicts sieurs de Vittray et de Basmond. En présence et par l’advis de François Allexandre, sieur de larivière, maitre de la grosse forge de Varennes, Gabriel Le Verrier, escuier, sieur de Trezesaints et autres leurs amys communs sans préjuder [23] de la récompense que lesdicts sieurs de Vittray et de Basmond prétendent leur estre deubs pour avoir faict refaire le marteau de ladicte grande forge du Champ de la Pierre à l’entrée de leur premier bail suivent qu’il estoit porté par le procès verbal du traize novembre MVIc cinquante sept, les deffenses dudict sieur marquis réservée au contraire jusques à ce qu’il se soit informé de la véritté du faict et sans préjudicier aux autres clauses du dernier bail faict audict sieur de Basmond . Présents ledicts tesmoings

Notes

[1] AD61 4E96/71/3 vue 117

[2] réparations (F Godefroy)

[3] on ne trouve pas cet accord dans les minutes conservées mais, curieusement, en novembre 1657 on trouve 3 baux du seigneur de Carrouges :
- bail de la forge de Carrouges pour 2400 livres par an plus 110 livres par arpent de bois consommé
- bail de la forge de Lignères pour 38000 livres pour 6 ans et 388 arpents de bois
- bail à Louis Ricoeur d’une ferme et de bois.
(AD61 4E96/50)

[4] poteaux pour la palle (vanne)

[5] chassis

[6] AD61 4E96/71/3 vue 120

[7] Sep, fausep et clef désignent des pièces de bois destinées à maintenir la solle. Ce dernier terme n’a pas un sens clair. Ici, cela semble désigner une pièce de charpente dans la machinerie de la forge. La Solle/sole est aussi la partie plane d’un four. Ces mots ne sont pas employés dans l’Encyclopédie de Diderot.

[8] pièces de charpente qui portent le marteau d’une forge

[9] poteaux dont l’usage m’est inconnu

[10] Sans doute faut-il lire "estoc" qui désignerait soit un outil servant au marteau, soit, plus probablement, le "manche" du marteau

[11] Poutre maitresse supportant la charpente ou les planchers

[12] étais

[13] faîte

[14] pour "s’il"

[15] pieds

[16] jointure - les joints

[17] faitage

[18] conduites d’eau en bois

[19] prolongement du bief

[20] les "palles" sont des vannes pour ouvrir ou fermer le passage de l’eau

[21] probablement des sortes de grilles pour empêcher que des débris tombés à l’eau, ne viennent endommager les roues.

[22] le compte

[23] sans préjuger