Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1676 Meurtre à la Lande Patry
Par : dozeville
Publié : 2 décembre 2012

1676 Meurtre à la Lande Patry

Le jour même du meurtre, la victime est inhumée, les coupables emprisonnés et le père de la victime négocie sur la future indemnisation.

L’acte notarié qui suit, est un acte de vente, vente de l’action en justice et des indemnités qui seront obtenues d’un futur jugement dont il faudra payer les frais... [1]

Du mercredy vingt sixieme jour d’aoust mil six
cents soixante saize avant midy, par devant les
tabellions royaux de la vicomté de Dompfront
soubs signés

Fut présent en sa personne François Aupée, hostelier
cabarrettier, demeurant au village du noyer, paroisse
de la Lande Patry. Lequel ayant le jour d’huy rendu
plainte en justice par devant Monsieur le lieutenant
criminel de ce lieu pour raison du meurtre de Marie
Aupée, sa fille, contre les nommés Jean et Pierre
Fossard, frères, Jacques Goudier, amenés prisonniers
en la consiergerie de ce lieu et accusés dudit meurtre.
Et le dit Aupée, plaintif, ne désirant demeurer partye
en l’accusation, ny au procès criminel parce qu’il n’a
faculté ny moyens suffisants pour poursuivre
les informations et procédures qu’il convient
faire à la suitte et aprofondissement d’un
procès criminel. A ledit Aupée , plaintif, quitté,
cédé et délaissé et par les présentes, quitte,
cède et délaisse sans aucune garantie, à Jean Potel,
la vallée, de la parroisse de Monsegrey, présent et
acceptant, pour luy ou ses ayants causes, tous
et chacuns les interests civils, condemnations
et réparations civiles, frais, dommages et
despens que ledit cédant, père de ladite fille,
père et tuteur naturel de ses autres enfans,
auroit peu prétendre ou réclamer pour raison
de ladite plainte ou accusation en principal,
circonstance et dépendance, sans aucune
exception ny réservation, de telle manière que les
choses soyent jugées. Ce faict au moyen et
parce que ledit cédataire a présentement payé
en deniers comptents et effectifs, la somme
de vingt livres tournois, à laquelle
iceluy cédant s’est contenté et renoncé en
prétendre en davantage pour raison dudit faict
soubs tel prétexte que se soit parce que aussy
ledit cédataire a renoncé à toute garantie et
demeurera chargé de continuer les suittes de ladite
plainte par telles voyes et procédures qu’il
advisera bien, en l’absence et sans y appeler
directement, ny indirectement ledit cédant
et aux frais dudit cédataire vers justice et
autrement qu’il se trouvera appartenir. Le
toult ainsy faict et consenty. Es présences
de François Du Mesnil, sieur des domaines,
de ladite parroisse de la Lande Patry, Jullian
Verraquin, sieur de la Jaunaye, d’Avrilly, tesmoings

les 4 témoins signent + le notaire (Noire) [2]

L’acte d’inhumation

Le vingt sixième jour d’aoust audit [ an] a esté inhumée Marie Aupée,
fille de François et de Chardine Malerbe son épouse, tuée par
sort accident [3] dans la maison dudit François Aupée par la permission
du sieur Surlandes, lieutenant criminel du baillif d’Alençon
et autres gens de mestier qui ont dit en la présence d’Anne Fourray
et de Susanne Fouray, Bertrand Briosne, Jean Duval et de
Gilles Houvet qu’ils permettoient au sieur curé de l’inhumer, la
dicte Marie Aupée. Laquelle a esté inhumée par nous,
vicaire dudit lieu. Aux présences de François Aupée et de Michel Houvet. [4]

Notes

[1] Signalé par Mr Pierre Villeroy

[2] La Haute Chapelle 4E20/33 -bientôt en ligne-

[3] Noter que le curé est peu clair sur les faits

[4] AD61 La Lande Patry vue 32