Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Malheurs > 1770 Suicide à Ste Opportune : démence ?
Par : dozeville
Publié : 23 novembre 2012

1770 Suicide à Ste Opportune : démence ?

Lorsque la mort n’est pas naturelle, la justice se doit d’intervenir.

Après enquête, une main levée sera délivrée par le bailly ou son lieutenant.

Ici le cas est épineux puisqu’il s’agit d’un suicide par pendaison.

JPEG - 84.3 ko
S. Brant, Le fou bande les yeux de la Justice (Das Narrenschiff, 1494)

ORDONNANCE

Me Jean Baptiste Morieux, avocat en la
haute justice de Durcet pour le
procureur fiscal, ayant été informé
que Marguerite Onfroÿ, femme de
Jacques Lainé, pellotier, de la paroisse de Ste
Honorine la Guillaume a été trouvée pendue
et étranglée dans un grenier à foin de la
maison de Jean Onfroÿ, son père, du village
de l’Estre, en la parroisse de Ste Oportune,
le vingt un de ce mois, requiert que monsieur
le bailly de laditte haute justice de Durcet se
transporte en notre présence avec son greffier
ce jourdhuÿ en laditte parroisse de Ste Oportune
pour estre dressé procès-verbal du cadavre
de laditte Margueritte Onfroÿ et que pour
constater son vraÿ genre de mort,
mandement luy soit accorder pour assigner
les sieurs Delanoë, père et fils, chirurgiens
jurés, pour après leur procès verbal
dressé estre requis ce qu’il apartiendra.
Délibéré à Ste Oportune ce vingt trois
avril mil sept cents soixante dix.
Morieux [1]

ASSIGNATION des TEMOINS

L’an mil sept cents soixante dix le lundy viron dix
heures du matin vingt trois jour d’avril, à la requeste
de maistre Jean Baptiste Morieux, avocat de la haute
justice de Durcet, pour l’absence de monsieur le
procureur fiscal dudit lieu, pour lequel domicille est
éllu en son parquet demondit sieur le procureur fiscal
audit lieu, j’ay, Pierre Claude Adrien Lemaistre, sergent
royal, huissier, présent vendeur en la noble sergenterie
de la Forest , reçu le..... aux baillages de Falaise
la Carneille et saint Aubert, résidant à Ste Honorine
la Guillaume, soussigné, en conséquence et vertu de
l’ordonnance de monsieur le bailly de la ditte haute
justice de Durcet rendue sur la requisition de mondit
sieur Morieux, le tout en datte de ce jour d’huy
deubment en forme, j’ay fait et donné assignation

- à Louis Sanson, marchand cabaretier, demeurant en ladite
parroisse de Sainte Opportune en son domicille avec lui en parlant à
sa personne y trouvé

- à Me Jacques Nicolas de Peronne,écuyer prêtre, curé de ladite
parroisse de Ste Opportune en son manoir presbiteral dudit
lieu en parlant à sa personne y trouvé

- à Noël Sanson, maréchal, demeurant en la ditte parroisse de
sainte opportune, en parlant à sa personne, y trouvé à
domicille

- à Jean Février, laboureur demeurant en laditte parroisse de Ste
Oportune, en son domicille audit lieu, en parlant à sa personne,
y trouvé

- et à Jean Graindorge, journalier, demeurant en ladite paroisse
de Ste Oportune en son domcille, avec lui en
parlant à sa personne, y trouvé

Touts à comparaitre ce jourdhuy heure
Présente au manoir presbitéral dudit lieu de Sainte
Opportune devant monsieur le bailly de laditte
haute justice de durcet pour y estre ouyes, enquis
et examinés au secret de justice sur les faits qui
leur vonts estre demandée consernant l’omicidation
de Marguerite Onfroy, femme de Jacques Lainé et
autres faits qu’il plaira à monsieur le procureur fiscal
de les faire interoger. En outre y faire ce que de
raison. Dont acte. relation délivrée à qui j ay parlé
et à chacun séparesment ...
Lmaitre
 [2]

EXAMEN du CORPS

Aujourd’hui vingt trois d’avril mil sept cent
soixante et dix nous soussigné chirurgiens
juré des paroisse de Durcet et Briouze,
en vertu d’une assignation à nous comise resque [3]
de maitre Jean Baptiste Morieux, avocat pour
l’abscence du procureur fiscal de la haute justice
de durcet, en date de ce jour ,pour nous transporter
en la paroisse de Ste Opportune, village de lettre,
pour voir et visiter la nomée Marguerite Onfray
femme de Jacques Lainé de la paroisse de Ste Honorine
la Guillaume, laquel nous avons trouvée dans le
grenier de Jean Onfray, son père, laquelle nous
avons trouvée pendüe et etranglée avec un
cordeau passée quel avoit passée aux col et le
dit cordeau ataché à un contrevent de la couverture [4]
et après une exatte perquisitions sur tout son
corps, nous n’avons trouvé aucune playe ny
contusions et avons regardé l’étranglement comme
seul cause de mort, en foy de quoy nous avons
areste le present pour valloir et servir ce que
de raisons ce dit jour et an que dessus
L Delanoë chirurgien juré, L Delanoë chirurgien juré [5]

INFORMATION [6]

Information faitte par nous, Jean
François Sauquet, bailly de la haute justice
civille et criminelle de Durcet, présent et
assisté de Jacques Marin Lemarchand
notre greffier ordinaire. Le lundy
vingt trois avril an mil sept cent soixante
dix, sur les dix heures du matin, au
manoir presbitéral de la paroisse de Sainte
Opportune

En conséquence du réquisitoire de Me
Jean Baptiste Morieux, avocat en ce siège,
pour l’absence du procureur fiscal, en datte
de ce jour, de luy signé au bas duquel
et notre ordonnance de ce dit jour de
nous signée et scellée et de nous signé cotté
et paraphé au bas de chaque page
d’un original d’exploit d’assignation
commise aux sieurs Delanoe, père et fils,
chirurgiens jurés des paroisses de Durcet et
Briouze, et à plusieurs témoins par le
ministaire de maitre Briquet de ce jour,
controllé à Messey ce dit jour, avons procédé
à la ditte information ainsy qu’il ensuit aux
fins de la preuve des faits mentionnés au dit
réquisitoire.

Premièrement

  • Maitre Jacques Nicolas de Perronne, prêtre,
    écuyer, curé de la paroisse de Sainte Opportune,
    y demeurant, âgé de soixante ans ou environ,
    assigné par exploit sus datté de la coppie
    duquel il nous a fait apparoir et à luy rendue
    par nous. Dument juré de dire vérité, ce qu’il
    a promis de faire.

    - enquis s’il est parent ou allié et en quel
    degré serviteur ou domestique des parties

    - a dit quil n’est parent ny allié en aucun
    degré, serviteur ny domestique des dittes
    parties

    - Lectures a luy faitte dudit requisitoire
    cy devant datté et des faits y contenus

- Dépose qu’il a connaissance que Margueritte
Onfroy femme de Jacques Lainé, pellotier,
de la paroisse de Sainte Honorine la Guillaume,
qui a été trouvée pendue et etranglée dans
le grenier à foin de Jean Onfroy son père,
en cette paroisse, est tombée en démence depuis
environ quatre ans, que sa folie a même
redoublé depuis le commencement du carême
dernier, quelle est revenue chés ledit Jean
Onfroy, son père, que le sieur déposant l’a
trouvée acrouppie dans l’église de cette paroisse
ainsy que sous le portail de la ditte église sans
sans vouloir se lever, ny s’en aller, disant quelle
vouloit y demeurer le reste de sa vie pour
prier dieu . A aussy entendu dire, ledit sieur
déposant, dans le voisinage que la ditte Onfroy
étoit dans un trouble perpétuel d’esprit
et disoit souvent qu’elle se délivreroit d’une
manière ou de l’autre et tout ce qu’il
a dit savoir et lit sa déposition qu’il a dit
contenir vérité, qu’il y persiste, ny voulant
changer, augmenter, ny diminuer, va signer
après lecture ... [7]

  • Louis Samson, marchand maréchal de laditte paroisse se Sainte Opportune, y demeurant, âgé de cinquante ans ou environ assigné par exploit sus datté de la copie duquel il nous
    a fait apparoir et à luy rendüe par nous
    dument juré de dire vérité ce quil
    a promis faire

    - enquis s’il est parent ou allié et en quel
    degré serviteur ou domestique des parties

    - a dit quil n’est parent ny allié en aucun
    degré, serviteur ny domestique des dittes
    parties

    - Lectures a luy faitte dudit requisitoire
    cy devant datté et des faits y contenus

- dépose qu’il a connoissance que Margueritte
Onfray, femme de Jacques Lainé, pellotier,
de la paroisse de Sainte Honorine la Guillaume
qui a eté trouvée pendüe et etranglée dans
le grenier à foin de Jean Onfray, son père
en cette paroisse, est tombée en demense depuis
environ quatre ans et que sa folie a redoublé
depuis le commencement du carême dernier,
quelle est revenue chés ledit Jean Onfray
son père et quelle étoit dans un trouble
perpétuel d’esprit et est tout ce quil a dit
scavoir et est sa deposition dont lecture
luy ayant été faitte, a dit quelle contient
vérité, qu’il y persiste, ny voulant changer,
augmenter, ny diminuer, va signer et .....
du tout enquis suivant l’ordonnance
L sanson L marchand [8]

  • Noël Samson fils Loüis maréchal de la
    paroisse de Sainte Opportune y demeurant agé
    de trente ans ou environ assigné par
    exploit sus datté de la copie duquel il
    nous afait apparoir & a luy rendüe par
    nous dument juré de dire vérité ce quil
    a promis faire
    - enquis sil est parent ou allié et en quel
    degré serviteur ou domestique des parties

    - a dit quil nest point ny allié en
    aucun degré, serviteur ou domestique
    des dittes parties

    - Lecture a lui faite dudit requisitoire cy
    devant daté et des faits y contenus

- dépose quil a connaisance que Margueritte
Onfroy, femme de Jacques Lainé, pellotier,
de la paroisse de Sainte Honorine la Guillaume
est tombée en démence depuis viron quatre ans
que la folie a redoublé depuis le commencement
du carême dernier, quelle est revenue chés
ledit Jean Onfroy, son père, dans le grenier
à foin duquel elle sest pendüe et etranglée
et quelle étoit dans un trouble perpetuel
d’esprit et est tout ce qu’il a dit scavoir
et est sa deposition dont lecture luy
ayant été faite, a dit quelle contient
vérité quil y persiste ny voulant
changer, augmenter ny diminuer, va
signer et et a requis taxe de sa vacation
du tout enquis et interpellé suivant
lordonnance. [9]

Les autres témoins ne varient pas. ..........................................................

LA DECISION

Me Jean Baptiste Morieux, avocat pour
le procureur fiscal de la haute justice
de durcet, ayant pris communication
de la procédure extraordinairement
commencée contre le cadavre de Marguerite
Onfroÿ femme de Jacques Lainé de la paroisse
de Ste Honorine la Guillaume trouvée pendüe
et étranglée dans la maison de Jean Onfroÿ
son père, de la paroisse de Ste Opportune
village de lestre, ensemble de l’information
de ce jour, par laquelle il est prouvé que la
ditte Onfroÿ etoit en démence, sans
conduitte, n’y raisonnements depuis quelque
tems, nottamment depuis son retour chez
ledit Jean Onfroÿ, son père où elle s’étoit
retirée en abandonnant son mari et
ses enfants. Pourquoy, vu la ditte information
requiert qu’il soit ordonné que le cadavre
de la ditte Onfroÿ soit inhumé suivant
les formes ordinaires à laquelle fin mainlevée
accordée au sieur curé de la paroisse
de Ste Oportune du cadavre de la ditte
Onfroy. Délibéré à Ste Oportune ce vingt trois avril mil sept
cents soixante dix [10]

L’ACTE de SEPULTURE

Le lundy vingt trois avril mille sept cent
soixante dix, le corps de Marguerite Onfrey
fille de Jean Onfrey et de Barbe
Durand, femme de Jacques Laîné de la
parroisse de Ste Honorine La Guillaume, ledit Lainé
pellotier, décédée samedy vingt et un dudit mois, agée
de viron 35 ans [11]
a été par moy, curé de cette parroisse, inhumée
dans le cimetière de cette église, par et en vertu
de la main levée à moy donnée par Monsieur
Sauquet, bailly, juge civil et criminel de
la haute justice de Durcet, signée et scellée et
cy attachée en datte du vint trois avril mille sept
cent soixante dix trois. La ditte inhumation faite aux
présences du Sr Chantrel, chapelain de Durcet, de
Louis Samson, laquelle inhumation a été faite
par moi, curé de cette parroisse.
 [12]

Notes

[1] Ref 28BP6/11 vue 85

[2] ref :28BP6/11 vues 80 & 81

[3] pour requeste

[4] le toit

[5] Ref 28BP6k vue 81

[6] c’est l’enquête

[7] ref :28BP6/11 vues 77 à 79

[8] Ref 28BP6/11 vue 86

[9] Ref 28BP6/11 vue 87

[10] Ref 28BP6/11 vue 84 .
La quasi totalité du jugement est ici transcrite.

[11] en interligne

[12] AD61 Ste Opportune vue 91