Vous êtes ici : Accueil > Petites histoires d’outre temps > 1740 : Maladie contagieuse à Ménil-Hermei
Par : dozeville
Publié : 13 février 2012

1740 : Maladie contagieuse à Ménil-Hermei

Le dossier de cette maladie contagieuse (sans doute la variole).

La source en est la série C des archives qui regroupe les archives des administrations de l’ancien régime. Ici il s’agit de l’intendance de la Généralité d’Alençon avec 3 documents :
- une "remontrance" du général des habitants du Ménil Hermei
- une lettre du curé
- le compte rendu d"une chevauchée des "levées" des "élus" de l’élection de Falaise (le but de cette chevauchée est de déterminer à l’avance le produit probable de la prochaine récolte afin de calculer la taille).

AD61 C813 vue 175

A Monseigneur le comte de Levignan maitre des requestes intendant de la

généralité d’Alençon

Monseigneur

Les habittans en général de la paroisse du Mesnil Hermay ellection de Falaise

1° prennent la liberté de remontrer très respectueuseument

à votre grandeur que depuis en viron sept à huit mois

les maladies contagieuses dont la parroisse a été

et est encore actuellement affligée, ont causé

la ruinne entière de plus de vingt familles sans

parler de beaucoup d’autre qui n’ont pas été

sy maltraittés, par la perte de chefs, de quantité

d’enfans, et de domestiques ainssy que la ruinne

entière de quantités de pauvres veuves qui sont

restées dans la dernière de touttes les afflictions

et dans la plus grande misère qui fut jamais

2° que depuis un an ils ont encore eu le malheur

de perdre une inffinité de besteaux qui sont mort

de contagion et d’une maladie accidentelle, ce qui

a mis non seulement les fermiers mais encore

les miserables journaliers hors d’état de

payer leurs fermes et mesmes de pouvoir subsister

3°Les supliant monseigneur ont également l’honneur

de vous observer qu’ils n’ont aucuns fruits cette année

les fleurs ayant été brulées par le mauvais air

et par les brouillards, de manière qu’il n’y en reste

point du tout ce qui cause d’autant plus de perte

auxdits habittans, que c’est le principal revenû de

laditte paroisse en sorte que quand ils viennent

à manquer, elle est réduitte dans une extrême

misère

4° Tous les grains comme froment, seigles, orges et

et avoines ont été presques perdus cette années ce qui est

arrivé par la rigueur des gellées de l’hiver dernier

qui les a déracines et fait mourir de sorte qu’il a

falu les refaire et preserver d’autres menus grains

à la place ce qui a fait un tort considérable a la ditte

parroisse.

5° Il seroit Monseigneur inutile fe faire icy un

détail plus circonstancié de ces pertes puisque

le public en a une parfaitte connoissance et qu’il

est nottoire, d’ailleurs que la dite parroisse a eu tant

de malheurs qu’elle a été pour ainssy dire desertée

et abandonnée, de manière que personne ne veut

seulement pas y passer. Il suffit de dire

pour donner un trait bien sensible de toutes

les misères qu’elle a ressentie et qu’elle ressent

actuellement que de trois collecteurs qui étoient

nommés pour l’année prochaine il en est mort

un, et dans ces circonstances Monseigneur,

les suppliants, maintenant en petit nombre et réduit

dans la plus triste conjoncture qui fut jamais

prennent la liberté de donner leur très humble

requeste à votre grrandeur, tendante

A ce qu’il vous plaise Monseigneur ayant égard

à l’énoncé ......

donner une diminution des tailles de 5 à 600 livres (en 1767 l’imposition sera de 1337 livres, 1372 en 1747 ?) .......................................................présenté ce 20 juillet 1740 signé Oriot (2), Verrier (4), Liard (2), Barré, Lehugeur, Ivon, Canau ?

(les notes marginales montrent que cette lettre est prise au sérieux) Lire la lettre

Le mot du curé (vue 177) en bas de la lettre

Je soussigné prêtre curé de Notre Dame du Mesnil Hermey atteste et certifie à Monseigneur l’intendant avec la plus sensible douleur que tout le contenu dans la susdite requête, n’est que trop véritable. De plus sa grandeur voudra bien me permettre en qualité d’un tendre pasteur pour son troupeau de joindre mes prières avec celles de mes parroissiens pour la supplier très instamment de regarder en pitié cette pauvre parroisse qui a été si affligée depuis prin- cipalement deux mois jusqu’à ce jour de maladies contagieuses qui ont enlevé de ce monde plusieurs chefs de famille qui par conséquent ont laissé plusieurs veuves dans la dernière désolation chargées de beaucoup d’enfants hors d’état de gaigner leur vie. J’ay tant de confiance en votre bonté Monseigneur, que touché sensiblement de l’état déplorable où est réduite cette pauvre paroisse, vous la regarderez d’un œil de compassion et que vous lui ferez ressentir les effets de votre charité compatissante à l’égard des membres de Jésus Christ notre sauveur. Ce Faisant nous serons tous obligez de prier Dieu le père des miséricordes et de toutes grâces qu’il vous garde et préserve sur tout de ces mauvaises maladies et de tous autres accidents. Fait au Ménil Hermey ce 25e juillet 1740

M Levavasseur curé du Ménil Hermey AD 61 C813 vue 201

21 juillet 1741 et jours suivants procèz verbal de l’état des levées des paroisses...

vue 220

Et près d’entrer dans la parroisse du Mesnil Hermé nous avons été informé qu’il y avoit des maladies contagieuses, ce qui fait que nous l’avons seulement cottoyée après avoir mandé plusieurs habitans d’icelle ................................................................... suivent les observations sur les récoltes. Dans le 3e quartier, "nous ne croyons pas que l’on puisse en retirer la semence" ..................................................................... Nous disent de même les dits habitants que depuis huit mois il reigne chez eux une maladie contagieuse qui leur a enlevé plus de vingt cinq personnes, ce qui continue encor actuellement, du nombre des quelles, il y en a près de vingt qui payoient de fortes sommes de taille

Les BMS 1739-1740 (vues 29 et suivante)

1739 22/02 1 homme de 80

04/03 1 enfant de 4 ans

08/03 1 enfant de1 an

07/04 1 homme de 72 ans

24/04 1 fille de 2 ans

25/04 1 enfant de 2 ans

06/05 1 enfant de 1 an

16/07 1 femme de 36ans

02/08 1 enfant de 4 ans

24/09 1 femme de 90 ans

24/10 un homme 58 ans

25/11 une femme de 30 ans (fille)

26/12 1 homme 35 ans

soit 13 décès dont 6 enfants et 3 vieillards de plus de 70 ans

1740

20/01 1 enfant

22/01 2 enfants dont 1 en nourrice

26/01 1 enfant

22/02 1 enfant d’un jour

25/03 un enfant de 20 mois en nourrice

22/05 un homme de Flers tombé malade à l’auberge

27/05 un homme de 30 ans

27/05 une fille de 20 ans

09/06 une fille de 9 mois

13/06 un garçon de 4 ans

30/06 un homme 30 ans

02/07 une femme 56 ans

05/07 un homme décédé de la nuit

07/07 une femme de 17 ans (fille) de la nuit

09/07 un homme 45 ans de la nuit

11/07 un homme 30 ans de la nuit

12/07 une femme de 53 ans d’hier

25/07 un homme 30 ans du jour

plus de décès jusqu’à la fin de l’année 1740 soit 19 décès dont 8 enfants (2 en nourrice)

mention d’un malade - l’inhumation semble urgente en juillet

Le compte ne semble pas y être... On ne compte que 5 hommes décédés susceptibles d’être chefs de famille dans la paroisse.