Vous êtes ici : Accueil > Transcriptions de textes > Le mariage > Les contrats de mariage > 1696 A Carrouges, sous les apparences d’un contrat banal... la mobilité (...)
Par : dozeville
Publié : 29 janvier 2013

1696 A Carrouges, sous les apparences d’un contrat banal... la mobilité professionnelle.

ou De la Bourgogne à la Normandier

Du jeudy deuxiesme jour d’aoust après midi l’an
mil six cent quatre vingt seize à la forge de Carrouges

Au traité de mariage qui au plaisir de dieu sera faict et
accomply entre Nicolas Forton, fils de deffunct Jacques Forton et
de Magdelaine Fanneau de la parroisse de Lignères, pays du Mayne,
d’une part, et Barbe Lepere fille de Rémy Lepere et de Françoise
Midré de la paroisse de Chastillon sur Seine, province de Bourgogne, [1]
à présent demeurant aux grosses forges de Boussey d’autre part.
Furent présents lesdits futurs, lesquels en la présence et du
consentement de leurs parents et amis cy après dénommés
et signés en fin du présent, se sont donnés la foy de mariage
et promis de s’épouser l’un l’autre à la première réquisition de
l’un d’iceux, après les solennités de l’église deubment faictes
et observées. En faveur duquel mariage, pourveu qu’il soit faict
et accomply, furent présents ledits Lepère et Midré, père et
mère deladite future, lesquels ont promis et se sont obligés
solidairement bailler et payer audit futur, la veille des épousailles
précizément la somme de cent livres tournois pour la part
et portion qu’elle pourroit espérer dans leurs successions
et laquelle somme tiendra dudit jour nature des propres
de ladite future et des enfants qui naistront dudit futur mariage,
au nombre desquels sera celuy dont ladite future est enceinte,
que ledit futur a déclaré estre de ses œuvres et le déclare par
ce présent habile à luy succéder ainsy que ceux qui ..
pouront provenir pendant leurdit mariage. A laquelle future ledit
futur a gagé douaire coutumier à courir du jour de la dissolution
dudit mariage sans que soit besoin de le demander. Dont ils
sont demeurés d’accord et à l’entretien du présent, ils obligent tous
leurs biens. Ce fut faict et passé en la présence de
Germain Ricoeur, sieur de basmond, maitre des grosses forges
dudit Carrouges, Gilles Duboys, escuier, sieur de la guérinière de la
parroisse de La Chaux, Anthoyne Duboys, sieur des estres, maitre
des grosses forges de Boucé, Marin Forton, cousin dudit futur et
autres soubsignés, tesmoins (un mot rayé nul en glose Nicolas, approuvé) [2] [3]

JPEG - 236.8 ko
A Varenne, l’église était fort loin de la forge, aussi on y construisit une chapelle pour les offices.
Ste Anne et St Eloi y prirent place.

Notes

[1] on y retrouve bien toute la généalogie de cette famille

[2] Aucun des époux n’est normand, mais c’est cette coutume qui s’aplique.

[3] Cote : AD61 4e96/120